Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

254 articles avec nouvelles de la fondation

La fondation Brigitte Bardot au salon "Veggie World"

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Les animaux s'invitent au menu des candidats à la présidentielle !

Publié le par Ricard Bruno

Les animaux s'invitent au menu des candidats à la présidentielle !

Propulsé par les scandales dans les abattoirs et une mobilisation des associations comme la SPA ou la Fondation Brigitte Bardot, le sujet de la condition animale, souvent loin des enjeux électoraux, s'invite davantage dans les programmes des candidats à la présidentielle cette année.

De Benoît Hamon à François Fillon, en passant par Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, les principaux candidats se disent tous préoccupés par le bien-être animal, à des degrés divers.

Ainsi, la nécessité d'améliorer les conditions d'abattage fait l'unanimité, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, mais aussi Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Jacques Cheminade (Solidarité & Progrès) se disant favorables à l'étourdissement systématique des animaux avant leur mise à mort.

Les candidats du PS, de La France insoumise et du Front national se retrouvent aussi pour condamner les projets de fermes-usines et promouvoir la recherche de solutions de remplacement à l'expérimentation animale.

 

Cette émergence de la condition animale dans le débat politique est "une nouveauté", souligne Daniel Boy, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris (Cevipof), pour qui le sujet était "vraiment absent" à la présidentielle de 2012.

Jusqu'à présent, relève-t-il, "la question du droit des animaux, de leur bon ou mauvais traitement, était soulevée par des groupes très motivés, (...) très militants, mais qui n'avaient pas beaucoup d'audience nationale".

"Maintenant, il y a un élargissement", notamment parce qu'ils "ont trouvé des moyens d'expression extrêmement efficaces": "Filmer des abattoirs et diffuser les images sur Youtube et les réseaux sociaux, c'est une arme extraordinaire, le numérique rendant une cause facilement diffusable à peu de frais", explique le chercheur.

Depuis 2013, l'association L214 a ainsi diffusé plus d'une dizaine de vidéos-choc montrant la maltraitance des animaux dans des abattoirs à travers la France, qui ont eu un fort retentissement auprès de l'opinion.

Parti animaliste

Mais surtout, pour la première fois, "les milieux de la protection animale, qui étaient assez éclatés" sont parvenus à "une forme de convergence très forte" en adoptant un "manifeste" destiné à faire entrer le bien-être animal dans la campagne, renchérit Christophe Traïni, professeur de sciences politique à l'IEP d'Aix-en-Provence.

Dans ce document, 26 organisations, dont la SPA, le Fonds international pour la protection des animaux, L214, Peta ou la Fondation Brigitte Bardot, exhortent les candidats à prendre position sur 30 propositions: interdiction de l'écornage, de la castration à vif et du gavage, transport limité, étourdissement avant la mise à mort pour les animaux d'élevage, lutte contre l'expérimentation animale, abolition des corridas, réforme de la chasse...

Pour l'instant, seuls cinq candidats ont répondu. Mais pour Lucille Peget, coordonnatrice du projet, "c'est déjà extraordinaire dans la mesure où il y a quelques années, ça aurait été impensable".

"Avant, parler de la condition animale, c'était un peu mièvre, mémé à chat...", estime-t-elle, mais maintenant, "les politiques se rendent compte que c'est une question sociétale, politique."

"Plus ou moins sincèrement, ils ne font plus l'impasse sur le sujet", confirme Christophe Marie, de la Fondation Brigitte Bardot.

Reste que ce sujet demeure souvent marginal dans les discours. "Que les animaux soient sous-traités n'est pas tellement étonnant, étant donné que l'environnement est lui-même sous-traité" dans les grands débats, note M. Boy.

 

Pour mieux faire entendre leur voix, certains défenseurs des animaux ont franchi un pas supplémentaire, en se lançant eux-mêmes dans le combat politique: une poignée d'entre eux a lancé en novembre le Parti animaliste, à l'image de ceux qui existent dans plusieurs pays européens, notamment aux Pays-Bas.

Malgré "la sensibilisation croissante de l'opinion publique" à la cause animale, attestée par des sondages, "les réponses apportées sur le plan politique sont complètement insuffisantes", explique l'une de ses fondatrices, Hélène Thouy.

Le parti, qui veut notamment abolir la corrida, créer un ministère de la protection animale et constitutionnaliser la protection animale, revendique un millier d'adhérents. Et espère présenter une centaine de candidats aux législatives.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Election présidentielle : Quel candidat pour la cause animale ?

Publié le par Ricard Bruno

En France (ici dans le Nord, en novembre 2015), 40 millions de lapins sont élevés en cages dépourvues de tout aménagement.

En France (ici dans le Nord, en novembre 2015), 40 millions de lapins sont élevés en cages dépourvues de tout aménagement.

Vidéos choc à répétition, révélations des conditions d’élevage, actes de maltraitance… : les Français ne veulent plus fermer les yeux sur la souffrance des animaux.

Selon un sondage Ifop réalisé pour la Fondation 30 millions d’amis daté du 17 mars 2017, la cause animale est un enjeu important pour 80% des personnes sondées (soit 4 Français sur 5). 72% des futurs électeurs interrogés souhaitent que les candidats s’engagent sur des mesures concrètes en matière de protection des animaux et 39% estiment que ces dernières «pourraient avoir une influence sur leur vote» (+10% par rapport à 2012). Le collectif Animal Politique, qui regroupe 26 associations -L214, PETA, Fondation Brigitte Bardot, 30 Millions d’amis, CRAC Europe, Sea Shepherd…-, a rédigé un Manifeste riche de 30 propositions en novembre 2016 afin d’interpeller chaque candidat et connaître leur engagement. A deux semaines du premier tour, le point avec Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot.

Paris Match. Les 11 candidats ont-ils tous répondu au Manifeste Animal Politique ?
Christophe Marie. Parmi les favoris, on attend toujours la réponse d’Emmanuel Macron… Mais la plupart se sont positionnés, que ce soit à travers le Manifeste ou par l’envoi d’un courrier. Il y a enfin une parole politique et publique évidente sur la condition animale.

Est-ce la première fois ?
Oui. Lors des présidentielles de 2012, le scandale de l’abattage rituel a éclaté. Le Front National s’en est immédiatement emparé pour des mauvaises raisons et cela a créé une crispation autour du sujet animaux. Il est devenu tabou, on n’a pas pu le faire avancer auprès des autres candidats. Aujourd’hui, grâce à de nombreux intellectuelles et au travail des associations, l’animal est devenu un vrai sujet de société. Le traitement médiatique a évolué, le débat n’est plus marginalisé ou ridiculisé. Les politiques ne peuvent plus afficher leur mépris ou faire l’impasse. Preuve que les choses ont changé : la plupart des candidats se positionnent pour la mise en place d’un étourdissement obligatoire avant l’abattage. Il n’y a plus de clivage gauche-droite sur ce point. C’est une vraie nouveauté.

Sur quel autre point sont-ils d’accord ? 
D’une manière générale, l’élevage en cage est également remis en cause. Dans le courrier qu’il nous a adressé, François Fillon souhaite, à terme, l’arrêt des cages aménagées. Jean-Luc Mélenchon élargit la problématique aux lapins (99% d’élevages en cage en France). Il parle très régulièrement des animaux, propose qu’ils aient leur place dans la constitution en tant qu’êtres vivants…

Benoît Hamon a autour de lui des personnalités pro-animaux"

L’abolition de la corrida n’est pourtant pas inscrite dans son programme…
Ce qui me gêne le plus, c’est qu’il ferme le débat parlementaire. Selon lui, le sujet ne devra pas être abordé au Parlement parce qu’il y a d’autres priorités. La force du Parlement c’est justement de pouvoir légiférer !

Un candidat s’est-il engagé à protéger l’animal dans sa globalité ?
Non, aucun ne porte toutes nos revendications. Mais Benoît Hamon a autour de lui des personnalités pro-animaux comme Laurence Abeille. Il a aussi Yannick Jadot, qui s’est retiré en sa faveur, et qui avait signé les 30 engagements que nous proposions.

Quelle est selon vous la mesure qui pourrait être mise en œuvre rapidement et qui permettrait une réelle avancée ? 
Il faudrait appliquer les textes réglementaires existants. Le code pénal punit les mauvais traitements et les actes de cruauté, à l’exception de la corrida et des combats de coq. C’est une aberration ! L’article L214.1 du code rural impose quant à lui que les animaux soient placés par leur propriétaire dans des conditions qui répondent à leurs besoins biologiques. Alors comment justifier les cages, les cirques, les delphinariums… ? Il faut donner du sens aux textes adoptés et arrêter les incohérences. Ce sera déjà un grand pas.  

Retrouvez toutes les réponses des candidats au Manifeste AnimalPolitique

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Braconnage au zoo de Thoiry : la Fondation Brigitte Bardot porte plainte !

Publié le par Ricard Bruno

Braconnage au zoo de Thoiry : la Fondation Brigitte Bardot porte plainte !

Après le massacre, dans la nuit de lundi à mardi, d’un rhinocéros blanc au zoo de Thoiry, la Fondation Brigitte Bardot* porte plainte pour acte de cruauté.

"C’est une situation inédite, extrêmement préoccupante, la justice et l’Etat doivent être intraitables. La faune africaine a été pillée et les parcs zoologiques sont désormais des cibles pour les braconniers.

...

Le trafic ne se limite pas à l’Afrique vers l’Asie, on trouve désormais des cornes de rhinocéros à Paris, vendues comme aphrodisiaques et pour la médecine chinoise… La corne du rhino Vince pourrait donc très vite se retrouver sur le marché, sans même avoir à sortir de France…"

*La Fondation Brigitte Bardot participe depuis 20 ans à la CITES (convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d’extinction) et travaille avec les équipes de l’ONCFS dédiées à la lutte contre le trafic d’espèces protégées.

Source : Fondation Brigitte Bardot

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Communiqué de presse "Le plus grand cabaret"...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Communiqué de presse "Le plus grand cabaret"...

Partager cet article

Repost 0

Une centaine de poneys, moutons et brebis sauvés par la fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis

Publié le par Ricard Bruno

Depuis plusieurs mois, une centaine de poneys, brebis et moutons étaient laissés à l’abandon dans une commune du Pays de Bray.

Depuis plusieurs mois, une centaine de poneys, brebis et moutons étaient laissés à l’abandon dans une commune du Pays de Bray.

Un propriétaire malveillant a laissé à l’abandon depuis plusieurs mois une centaine de ses bêtes. Les habitants de la commune de Saint-Saire dans le pays de Bray ont prévenu les autorités. C’est le vendredi 17 février 2017 que le calvaire de ces animaux a pris fin.

Une centaine de poneys, moutons et brebis sauvés par la fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis
Une centaine de poneys, moutons et brebis sauvés par la fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis

La fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis ont dépêché une équipe pour sauver les bêtes en souffrance. Des gendarmes de la brigade de Neufchâtel et quatre agents de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) ont participé à cette action. C’est la DDPP qui a lancé la procédure.

Une centaine de poneys, moutons et brebis sauvés par la fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis

Errant dans un terrain à peine clôturé
Pendant des mois poneys, moutons et chèvres étaient laissés sans soins dans un terrain de 7 hectares à peine clôturé.


L’avenir des bêtes


Les animaux ont été placés dans des refuges de la fondation Brigitte Bardot ou dans des associations partenaires.
Le parquet de Dieppe a ouvert une enquête. Le propriétaire a déjà été condamné il y a plusieurs années. Interrogé par nos confrères du réveil de Neufchâtel, Le directeur du  pôle protection animale précise :

compte tenu du manque de traçabilité des animaux on pouvait craindre qu’ils partent vers des filières clandestines

Une centaine de poneys, moutons et brebis sauvés par la fondation Brigitte Bardot et 30 millions d’amis

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Abolition de l'hippophagie : c’est d’une importance capitale pour moi, signez et faites signer la pétition !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Abolition de l'hippophagie : c’est d’une importance capitale pour moi, signez et faites signer la pétition  !
Brigitte Bardot : Abolition de l'hippophagie : c’est d’une importance capitale pour moi, signez et faites signer la pétition  !

Je ne mange pas de viande de cheval !

Le cheval, la plus noble conquête de l'homme ne doit plus finir dans nos assiettes. Honte à l'Italie, la France et la Belgique, principaux consommateurs de viande de cheval en Europe !

"Ceux qui aiment les chevaux , les aiment vivants et libres dans les prés, pas dans leur assiette" Brigitte Bardot.

Je soutiens le texte de Brigitte Bardot, je signe la pétition.

" Vous qui aimez les chevaux,

Qui les montez professionnellement ou pour le loisir, vous qui les aimez forts, beaux, nobles, puissants, dociles ou farouches, acceptez-vous qu’une fois réformés, ces animaux si nobles soient pour la plupart envoyés aux abattoirs pour finir en lasagnes ?

Si comme moi cet état de faits vous répugne et vous écœure, REAGISSEZ en signant cette pétition, afin que nous formions un groupe soudé, puissant et assez déterminé pour exiger du gouvernement L’ABOLITION de L’HIPPOPHAGIE en France et le changement du statut du cheval d’animal de rente à « animal de compagnie ».

Votre soutien m’est indispensable et urgent.
Je compte sur vous de toutes mes forces.
Merci

Brigitte Bardot "

Pourquoi ne faut-il pas manger de viande de cheval

Un de mes premiers combats après celui des phoques en 1977 fut de m’attaquer à un commerce infâme et inhumain : celui de la viande de cheval. C’est Roger Macchia, Président du C.H.E.M., qui à l’époque me fit découvrir la barbarie des transports de chevaux entre la Pologne et la France et celui non moins ignoble entre le continent américain et la France.

Que ce soit par train, par camion ou par cargo, le résultat est le même. Entassés, piétinés les uns par les autres, sans boire ni manger, arrivant blessés, agonisants ou morts, nous sommes le réceptacle d’animaux horriblement mutilés qu’il faut parfois gruter pour les déposer plus morts que vifs sous le couteau des tueurs.

Et pourtant, le cheval est « la plus noble conquête de l’homme », le compagnon indispensable de l’être humain, que ce soit pour les transports, les travaux des champs, le sport, les loisirs mais hélas aussi pour les guerres où ils ont donné leur vie pour notre liberté !

le cheval, comme le chien, est un ami de toujours. Le cheval ne doit pas faire partie du bétail, sauf pour la Belgique, la Hollande, l’Italie et bien sûr la France, ces 4 pays qui, honteusement, continuent à s’empiffrer d’une agonie et d’une douleur obscènes !

Le France devient une véritable poubelle. On nous envoie ce qui reste des chevaux qui, après une vie de labeur au service de l’homme, mériteraient une retraite autre que l’abattoir. J’ai vu de mes propres yeux l’épouvante dans leurs yeux à Gorizia en Italie à la frontière slovène, en 2000, alors qu’ils transitaient, venus des pays de l’Est, pour entrer dans la Communauté Européenne ! Cela me hante !

Pourtant les pays de l’Est sont « pauvres » en comparaison du luxe dans lequel nous nous vautrons. Eux, ne mangent pas de cheval, pas plus que les pays du continent américain. Ils ont cette dignité !

C’est vers 1866, dans un contexte de famine et de pauvreté que les Parisiens affamés commencèrent à se nourrir de tout ce qui était « mangeable », à commencer par les chevaux !

Nous n’en sommes plus là, il me semble.

Nous regorgeons d’aliments, nous crevons de cholestérol et d’obésité, nous ne pensons qu’à bouffer. Notre physique est le reflet de notre âme, de notre cœur. Nous sommes devenus robotisés, déshumanisés, et « ignorants » par commodité. Les emballages plastifiés des supermarchés nous présentent la chair des chevaux bien rangée, bien « appétissante » pour ceux qui ne savent pas la détresse, la douleur, la souffrance qu’ont enduré ces pauvres bêtes avant de finir dans ces présentoirs.

Lorsque j’ai fait un scandale auprès de la Corée du Sud lors de la Coupe du Monde de football en 2002 parce qu’ils mangent du chien et qu’ils se conduisent de manière barbare et atroce, j’ai été non seulement menacée de mort mais on m’a répondu que « chez moi » en France on mangeait bien du cheval alors que j’aille me faire voir !

Mettons-nous enfin aux normes des autres pays de l’Union Européenne qui ne mangent pas de cheval.

Aujourd’hui, j’en appelle à vous tous. Je vous supplie de ne plus manger de cheval pour arrêter cet infâme commerce indigne d’êtres dits « humains ».

Au 21ème siècle, alors que nous sommes des phares, qui donnons exemple à d’autres, nous ne pouvons pas, nous ne devons pas continuer d’accepter une barbarie aussi écœurante, aussi lamentable.

Tolstoï a dit : « Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille ».

Supprimons les abattoirs de chevaux, peut être le monde sera t’il moins sanguinaire !

Brigitte Bardot

 

Pour ne plus voir de telles images, Pour que cette barbarie cesse enfin, JE DIS NON A L'HIPPOPHAGIE !

 

En signant cette pétition, je soutiens la proposition de loi déposée à l’Assemblée Nationale par le député Nicolas Dupont-Aignan, visant à modifier le statut juridique du cheval en le faisant passer d’animal de rente à animal de compagnie.

Cliquez ICI pour télécharger la pétition papier.

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot....30 ans de combats pour les animaux

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot....30 ans de combats pour les animaux
Brigitte Bardot....30 ans de combats pour les animaux
Brigitte Bardot....30 ans de combats pour les animaux

Partager cet article

Repost 0

Cadavres et maltraitance : scène d’horreur dans une écurie du Haut-Doubs...

Publié le par Ricard Bruno

Le tribunal de Besançon a condamné un homme qui avait délaissé ses sept chevaux. Deux ont été retrouvés morts, dont un partiellement découpé à la tronçonneuse.

Squelettiques, les cinq chevaux survivants ont été recueillis par la fondation Brigitte Bardot. Photo d’illustration

Squelettiques, les cinq chevaux survivants ont été recueillis par la fondation Brigitte Bardot. Photo d’illustration

C’est sa propre fille qui a découvert le sinistre tableau et, choquée, a aussitôt prévenu les gendarmes. Un homme de 50 ans comparaissait devant le tribunal de Besançon pour maltraitance et détention de cadavre animal non autorisée.

Écroué le 28 avril 2015 pour des faits sans lien avec cette affaire, il avait, dès le lendemain, appelé sa fille pour qu’elle aille jeter un œil à son écurie située à Longemaison, dans le Haut-Doubs.

Les équidés pataugeaient dans un mètre de crottin

Ce qu’elle a découvert, imitée ensuite par les gendarmes, le vétérinaire et le maire, était difficilement soutenable… Dans leurs boxes, cinq équidés squelettiques pataugeaient dans un mètre de crottin. Deux cadavres gisaient non loin de là. L’un était mort depuis suffisamment longtemps pour être en état de décomposition avec, détaille la présidente du tribunal « des asticots de deux centimètres de long » dans ses chairs. L’autre cheval avait été partiellement découpé par une tronçonneuse, déposée à côté, encore ensanglantée.

Le prévenu ne nie pas les faits, mais avance des circonstances atténuantes, notamment ses difficultés financières qui l’ont contraint, dit-il, à se passer des coûteux services de l’équarrisseur. Ces chevaux lui avaient été confiés par un ami, qui devait les récupérer dans plusieurs mois, selon lui.

La fondation Brigitte Bardot, qui a pris en charge les bêtes survivantes, s’est constitué partie civile, demandant notamment 26.000 € pour les frais engagés. Cette requête a été rejetée par la juge.

Le prévenu a en revanche été condamné pour les faits. Il devra payer une amende cumulée de 1.700 €, à laquelle s’ajoutent 1.000 € de préjudice et 450 € de frais d’avocat.

Source de l'article : cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Sauvés d’un trafic révoltant par la Fondation Bardot, ces 6 chats cherchent une famille

Publié le par Ricard Bruno

Sauvés d’un trafic révoltant par la Fondation Bardot, ces 6 chats cherchent une famille

Le trafic de chats et de chiens destinés à l’industrie de la viande continue de faire des ravages en Asie du Sud-Est, où la viande de ces animaux restent encore très largement consommée, malgré un recul depuis quelques années.

Sauvés d’un trafic révoltant par la Fondation Bardot, ces 6 chats cherchent une famille

La Thaïlande a cependant décidé d’agir contre ces pratiques, et participe désormais actuellement au démantèlement des réseaux illégaux d’animaux, souvent à destination de la Chine et du Vietnam. Des dizaines de restaurants servent notamment de la viande de chats à Hanoï, la capitale du Vietnam. D’ailleurs, rares sont les chats qui s’aventurent dans la rue. Les trafiquants n’hésitent pas à s’en prendre aux animaux domestiques, et leurs propriétaires évitent de les laisser sortir, par crainte de ne plus les revoir.

Sauvés d’un trafic révoltant par la Fondation Bardot, ces 6 chats cherchent une famille

Si l’écrasante majorité de la population thaïlandaise est opposée à la consommation de viande de chat, il n’en est pas de même en Chine, par exemple, où près de quatre millions de chats sont mangés chaque année.

 

C’est dans ce contexte particulièrement difficile qu’intervient la Fondation Brigitte Bardot, très engagée contre la consommation de viande de chat et de chien en Asie du Sud-Est. Après avoir réussi à tirer de l’enfer 12 chiens destinés à l’abattoir l’année dernière, l’association a aujourd’hui sauvé 6 adorables chats.

Sauvés d’un trafic révoltant par la Fondation Bardot, ces 6 chats cherchent une famille

Les animaux seront rapidement rapatriés en France, où ils seront proposés à l’adoption. Vous pouvez consulter leur profil sur cette page et découvrir ces six rescapés qui n’attendent que de pouvoir connaître la douceur d’un foyer.

Voici les six chats miraculés :

Sauvés d’un trafic révoltant par la Fondation Bardot, ces 6 chats cherchent une famille

Si l’adoption vous intéresse, contactez au plus vite la Fondation Brigitte Bardot :

au numéro 01 45 05 14 60.

Vous pouvez également partager l’information autour de vous !

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>