Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nouvelles de la fondation

Manifestation contre la fourrure à Paris le 23 octobre 2010

Publié le par Ricard Bruno

Manifestation contre la fourrure à Paris le 23 octobre 2010

marche contre la fourrure

Comme l'an passé, rendez-vous place de l'Opéra à 14h, pour un départ à 15h (fin vers 18h). Code couleur : noir !

Venez nombreux !

Plus d'infos >>

 

 

marche contre la fourrure

Manifestation contre l'expérimentation animale
à Mezilles le 30 octobre 2010

Contre l'une des plus grosses sociétés d'élevage de chiens de laboratoire. Rendez-vous à 13h30 à 3 km de Mézilles, près d'Auxerre.

Plus d'infos >>


 

 
marche contre la fourrure

Dernière minute ! Rendez-vous demain
20 octobre pour les lapins

Face aux conditions de vie inadmissibles des lapins dans les élevages, les lapins géants vous donnent rendez-vous à Paris, le mercredi 20 octobre à 9h30 devant le 4 rue Dupleix (supermarché Simply Market). Nous avons besoin de vous pour faire bouger les choses. Venez ! L'action se terminera vers 12h15 rue de Varenne (ministère de l'Agriculture).

Plus d'infos >>


 

 

L'actu en bref !

OMERTA sur l'abattage rituel qui se généralise : Nicolas Sarkozy n'a pas tenu ses promesses. Brigitte Bardot Présidente de la République ? suite >>

Les daims du domaine de Chantilly sont aujourd'hui condamnés à mort et 4 ont déjà été abattus. La Fondation Brigitte Bardot demande l'arrêt immédiat de cette tuerie et votre aide ! suite >>

La justice n'a pas donné raison à Axelle, jeune étudiante qui avait refusé de pratiquer des dissections dans le cadre de son cursus universitaire. suite >>

Parisiens*, mobilisez-vous pour faire interdire les cirques avec animaux sauvages dans la capitale

Nous en sommes actuellement à 1173 signatures ! C'est un bon début, mais, même si nous avons 1 an pour récolter les
54 000 signatures requises ce n'est pas suffisant ! Le temps passe vite et nous devons TOUS agir avec plus de force et d'ampleur !

QUE FAIRE ?

Signez vous-mêmes cette pétition Ici >>

MAIL : Envoyez un message à TOUS vos contacts parisiens afin qu'eux aussi signent cette pétition.

FACEBOOK / TWITTER / BLOG/ NEWSLETTER : Placez l'information sur vos sites, profil facebook, groupes, dans vos newsletters, etc...

PETITION PAPIER : Vous pouvez imprimer la version papier afin de la faire signer au plus grand nombre. Si vous n'avez pas d'imprimante, nous pouvons vous l'envoyer par courrier.
Telecharger la petition papier >>

Merci de nous aider dans ce combat !

**ATTENTION :
cette initiative concerne UNIQUEMENT les personnes majeures et domiciliées à Paris.

Fondation Brigitte Bardot
28, rue Vineuse 75116 Paris
Tél. : 01 45 05 14 60 Fax : 01 45 05 14 80
www.fondationbrigittebardot.fr

Partager cet article
Repost0

Stoppez l'abattage des daims de Chantilly !

Publié le par Ricard Bruno

Chasse
Les daims du domaine de Chantilly sont aujourd'hui condamnés à mort et 4 ont déjà été abattus. La Fondation Brigitte Bardot demande l'arrêt immédiat de cette tuerie.
 

Stoppez l'abattage des daims de Chantilly !

Achetés par la "Fondation pour la sauvegarde du Domaine de Chantilly" pour agrémenter le vaste domaine s’étalant sur près de 8000ha, ces daims et les autres cervidés, présents depuis plusieurs années, sont maintenant accusés de tous les maux et notamment de détruire les plantations du domaine. De nombreux salariés du Domaine de Chantilly se sont émus de cette macabre et lâche décision et ont eu le courage de signer une pétition demandant qu’une solution plus humaine soit trouvée mais sans succès…

C’est en désespoir de cause que la Fondation Brigitte Bardot a été sollicitée pour tenter de sauver ces daims d’une mort certaine.

C’est pourquoi, la Fondation Brigitte Bardot est très rapidement intervenue auprès de Monsieur Cameron RASHTI, responsable de la Fondation pour la sauvegarde du Domaine de Chantilly ainsi qu'auprès de la Princesse Catherine Aga Khan, dont la famille est à l'origine de la dite fondation. Dans ce courrier, la Fondation Brigitte Bardot demande de faire cesser immédiatement cette tuerie qui a déjà entraîné la mort de 4 malheureuses bêtes sans défense… Nous en appelons aux qualités de cœur de M. RASHTI afin qu'il prenne conscience du caractère inhumain et invraisemblable d’une telle décision et qu'il stoppe l’abattage de ces daims innocents qu'il a lui-même introduits sur le domaine.

En effet, nous pensons que d’autres solutions peuvent être trouvées pour maintenir, en toute sécurité pour les plantations, ces cervidés (daims et cerfs) sur ce très vaste domaine. L’aménagement d’enclos ainsi que la stérilisation des individus mâles pourraient déjà être envisagés afin de limiter l’augmentation du nombre d’individus.

Agissez vous aussi, aidez nous, aides les !

Domaine de Chantilly
Monsieur Cameron RASHTI
7 rue du Connetable
60500 CHANTILLY
Ecrivez à son assistante : caroline.chimenti@domainedechantilly.com
Tel : 03 44 27 31 60

Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40284
Partager cet article
Repost0

Stop aux massacres du Grind !

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot et Sea Shepherd ont réuni leurs forces pour mener une campagne contre le Grind. Il s´agit d´une pratique qui consiste à regrouper des groupes de dauphins pilotes pour les tuer sur les plages aux Iles Féroé.

Fin septembre, des centaines de personnes se sont réunies à Paris pour dénoncer la pratique du Grind aux Iles Féroé, appartenant au Danemark. Une tradition aussi préoccupante que le massacre de phoques mais peu connue du grand public.

Quatre semaines de mission en mer ont été réalisées aux Iles Féroé. Ensuite, lors du rassemblement parisien, une « cour funèbre » portant le corps d´un jeune dauphin a été emmenée jusqu´aux portes de l´ambassade du Danemark. L´ambassade a refusé tout dialogue.

Quand la tradition devient cruauté

Mais en quoi consiste exactement le Grind ? Il s´agit d´une tradition ancestrale qui se maintient sur l’archipel des Iles Féroé, situé au nord de l´Atlantique entre l´Écosse et l´Islande. Cette pratique a comme but de parquer et tuer sur les plages des globicéphales. Quelle espèce ? Des dauphins noirs à tête ronde qui peuvent atteindre 6 mètres de long et qui vivent plus de 40 ans.

A savoir : le Grind ne fait l´objet d´aucun commerce et n´a aucune réalité économique. Il est pratiqué uniquement par tradition, qui veut que la viande soit partagée entre les habitants. Cependant, la chair, chargée de métaux lourds, est impropre à la consommation selon les médecins. 

Les actions et les contradictions

La pratique du Grind reste le plus grand massacre de mammifères marins en Europe. Elle nous rappelle le massacre de phoques au Canada. Il s´agit donc d´une contradiction car l´Union Européen vient d´interdire les produits dérivés de phoque. Mais elle continue à permettre cette chasse aux dauphins…

Pour ouvrir les yeux à l´Europe face à cette tragédie, la Fondation Brigitte Bardot et Sea Sheperd veulent alerter le Parlement Européen. Les deux organisations affirment que la marine danoise contrôle le territoire de pêche et protège les navires qui abattent les globicéphales.

Cette année, 950 dauphins ont été tués et 12 Grinds ont eu lieu. Les deux organisations ont développé une mission de quatre semaines cet été aux Iles Féroé, période pendant laquelle un seul Grind a eu lieu. Pour protéger et éloigner les cétacés, des balises acoustiques sont immergées le long des côtes.

Petit rappel enfin : le Danemark est un pays signataire de la Convention de Berne de 1979, laquelle garantit la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l´Europe par une coopération entre les États.

Plus d´info, photos et vidéos

http://www.stop-the-grind.com/
http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40277
http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40273

Source : http://www.neo-planete.com/2010/10/11/stop-aux-massacres-du-grind-2/

Partager cet article
Repost0

Expérimentation animale...

Publié le par Ricard Bruno

La justice n'a pas donné raison à Axelle, jeune étudiante qui avait refusé de pratiquer des dissections dans le cadre de son cursus universitaire.

 Le bras de fer entre l’université François Rabelais et Axelle, étudiante en génie de l’environnement, s’achève dans le mépris.
Le Conseil d’Etat a donc finalement rejeté le dossier d’Axelle, cette jeune étudiante au prise à un véritable combat avec son université depuis la rentrée 2009.

Les dissections n’ayant pas été explicitement mentionnées dans les descriptifs du cursus, Axelle demande aux enseignants, dès septembre2009, de pouvoir utiliser des méthodes d’apprentissage alternatives aux dissections. Ce qu’ils refusent, soutenus par la direction ; Les enseignants décident alors de ne pas valider son premier semestre, malgré des notes suffisantes. Axelle décide alors de saisir le Tribunal administratif afin de faire annuler cette décision du jury. Hélas la requête est rejetée, sans aucune argumentation. Dans le même temps, le 2ème semestre est invalidé par le jury, sans justification puisque toutes les moyennes sont bonnes. Cependant, le Conseil d’Etat, à son tour, vient de rejeter la demande.

La liberté de conscience de chaque individu est donc pleinement bafouée à tous les niveaux tout comme les convictions personnelles de personnes ayant soif d’apprendre sans pour autant vouloir contribuer à la mort absurde de nombreux animaux prévue lors des dissections.

« Cette étudiante n’a pas refusé de participer aux travaux pratiques mais a simplement demandé de recourir à des méthodes alternatives, ce qui lui a été refusé. Je trouve cela absolument scandaleux et totalement imbécile car on refuse de donner la possibilité aux étudiants d’être formés à de nouvelles techniques d’avenir et on s’acharne à leur enseigner des méthodes archaïques, cruelles et totalement inutiles. » Brigitte Bardot

Il est de plus extrêmement important de préciser que les dissections ne sont pas du tout considérées comme indispensables dans le cursus choisi par cette jeune fille, d’abord parce que, heureusement, tous les IUT ne l’exigent pas et aussi parce qu’elle n’aura pas à manipuler d’animal durant la carrière professionnelle à laquelle elle se destine. Cette décision que nous jugeons injuste et décevante fait écho au rejet de la question du député Lionnel Luca qui souhaitait faire traduire en droit français l'objection de conscience à l’expérimentation animale.

Les associations (Fondation Brigitte Bardot, Pro Anima, One Voice et la Fondation 30 Millions d’Amis) n’ont plus qu’un recours, l’Union Européenne ou certains pays possèdent déjà une loi sur l’objection de conscience à l’expérimentation animale.

Aidez-nous signez notre pétition pour le droit à l'objection de conscience !!

Lire la lettre de Brigitte Bardot à Valérie Pécresse>>

 

Source :  http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40282

Partager cet article
Repost0

Iles Féroé: La tradition du sang!

Publié le par Ricard Bruno

Iles Féroé: La tradition du sang

Depuis des siècles et au moins une fois par an, des centaines de globicéphales (des dauphins) sont massacrées au large des îles Féroé, dans les eaux danoises, dans une tradition festive dénoncée depuis une vingtaine d’années par l’association Sea Shepherd et la Fondation Brigitte Bardot. Cet été, toutes deux ont uni leurs forces pour une opération de quatre semaines sur le terrain ; une expédition houleuse que nous a racontée Christophe Marie, directeur du bureau Protection animale de la Fondation.

Marie Desnos - Parismatch.com

    Quand la fête et la cruauté se rencontrent. Régulièrement, la mer des îles Féroé (territoire danois autonome, cf encadré) est le théâtre d’un massacre de globicéphales (une variété de dauphins, aussi appelés baleines-pilotes), une chasse traditionnelle remontant à la fin du XVIe siècle. A chaque fois que des groupes de globicéphales se présentent à l’horizon, les Féringiens sont autorisés à quitter leur travail, ou même l’école, pour se rendre en mer et participer à cette barbarie. D’un naturel très solidaire, ces cétacés se déplacent en bande et sont facilement appâtés par le sang des leurs. A chaque fois, plusieurs centaines d’animaux sont ainsi rabattus sur la côté, à l’aide souvent d’un morceau de cadavre (comme cette tête ci-contre) avant d’être tués à coups de crochet planté dans l’évent (orifice qui leur permet de respirer, ndlr). La douleur est certaine, le spectacle immonde. Les femelles prêtes à mettre bas sont éventrées.

    Copyright © Peter Hammarstedt / Sea Shepherd Conservation Society

    Et tout cela sans aucune autre raison que la tradition. Car si à l’époque, cette fête du «grindadanzur» était de nécessité alimentaire, il ne s’agit aujourd’hui pas d’une chasse de subsistance. Une recommandation de 2008 proscrit même la consommation de la viande et de la graisse de globicéphale qui présentent des taux très élevés de mercure, et autres polluants provoquant notamment des problèmes nerveux -des cas de parkinson ont ainsi été relevés sur des enfants de moins de 10 ans. Il ne s’agit pas non plus d’une chasse commerciale: les pêcheurs ne vendent pas sa viande et sa graisse n’est pas non plus recyclée en rouge à lèvre ou autres cosmétiques. Si les Féringiens assurent néanmoins consommer la chair de l’animal, la Fondation Brigitte Bardot, qui s’est rendue sur place lors d’une expédition en mer du 31 juillet au 24 août aux côtés de l'association écologiste Sea Shepherd, certifie que cette vérité n’est que toute relative. «Les cadavres entiers que l’on a retrouvés en témoignent», relate Christophe Marie, le directeur du bureau Protection animale de la Fondation. Selon leurs recherches, seuls quelques morceaux sont prélevés et distribués dans certaines écoles et hôpitaux.

    Traqués par les autorités

    Après vingt ans de combat mais un rite qui perdure, la Fondation Brigitte Bardot s’est associée à l’ONG fondée par Paul Watson (cf encadré), finançant une opération de quatre semaines en mer. Un groupe formé d’une quinzaine de personnes au total, s’est ainsi rendu dans les eaux danoises pour constater, analyser, mais aussi et surtout sensibiliser l’opinion et installer des balises pour faire fuir les animaux. Comme lors de l’opération menée par François-Xavier Pelletier, en 1987, au cours de laquelle l’éthno-cétologue avait risqué sa vie pour observer et filmer ces pratiques, le danger était de tous les instants. Leur bateau, le «Golfo Azzuro», a fait l’objet de fouilles musclées de la part de la police de la mer féringienne, soutenue par l’armée danoise. Il a été suivi par la Navy durant quatre jours consécutifs, traqué par hélicoptère, des appels étaient même lancés vie Internet exhortant les pêcheurs à faire couler leur embarcation. «C’était très éprouvant», avoue Christophe Marie, qui garde en tête les tirs qu’avait essuyés François-Xavier Pelletier il y a dix ans, faisant couler son bateau. Le spécialiste et passionné, qui avait passé trois mois à se à créer un réseau local d’informateurs pour le prévenir en cas de chasse, était parvenu à tourner ces images, qui firent plus tard l’objet d’un documentaire Ushuaia (TF1), en 1988. «Il avait eu l’autorisation de prendre des photos, rappelle Christophe Marie, ce qui ne l’avait empêché de passer sept semaines en détention», en résidence surveillée. A noter que François-Xavier Pelletier faisait une fois de plus et malgré tout partie de l’aventure.

    Trois personnes se sont succédé à terre dont l’une a été informée d’un grind (le nom de cette chasse), le 5 août… trop tard. Après des essais préalables concluants sur des dauphins, l’équipe a ensuite installé les fameuses balises-son à basse fréquence, dans quelques unes des 23 baies qu’abrite l’archipel. Là encore, il s’agissait de ne pas se faire repérer par les Féringiens à l’affût. Quand tel était le cas, des foules entières étaient amassées sur la côte avec des jumelles ; l’embarcation devait alors fuir au plus vite, et se faire oublier pendant un temps. Or, il y a eu des fuites. La presse locale a informé la population du fait que s’il n’y avait eu qu’un abattage au mois d’août, -alors que c’est la période la plus propice- c’était à cause de balises émettant des «cris d’orques», posées par deux associations. Une fois, après avoir eu vent d’un rabattage imminent, ils se sont rendus au lieu dit, dans des conditions terribles, en pleine tempête. Mais ce n’était qu’un traquenard. Le «Golfo» a dû rebrousser chemin contre vents et marée et se réfugier dans un Fjord le temps que la situation se tasse et que la mer se calme. Le dernier jour, l’équipe est allée dans les sept baies qui n’avaient pas encore accueilli cette «fête» locale -car comme nous l’a expliqué Christope Marie, les Féringiens se répartissent assez égalitairement ce «privilège»- pour y installer leurs sondes, accompagnés de petits messages à l’attention des Féringiens. L’un d’eaux reprend la célèbre phrase de Gandhi: «The greatness of a nation can be judged by the way people treat their animals», c'est-à-dire «La grandeur d’une nation peut-être évaluée à la manière dont les gens traitent leurs animaux».

    Celui-ci fait référence à la première mission que Brigitte Bardot et Paul Watson ont menée ensemble, au Canada (cf encadré).

    Lettre ouvert à la reine

    Le 20 août dernier, au lendemain de la découverte d’un charnier marin par François-Xavier Pelletier (photo François-Xavier Pelletier), Brigitte Bardot et Paul ont envoyé une lettre ouverte à la reine Margrethe II du Danemark, dans laquelle ils l’appellent à faire pression sur les îles Féroé, via les subventions que le pays lui verse, afin «d’abolir enfin une pratique aussi cruelle qu’inutile», à défaut de quoi les deux organisations «ont décidé de s'unir pour mener une campagne internationale contre le Danemark, coupable et complice d'actes de barbarie». Car ils réfutent la position de Copenhague, qui se réfugie derrière l’autonomie du territoire, pour se dédouaner de toute responsabilité. «Un député danois pourrait tout à fait déposer une déclaration écrite demandant à la Commission européenne d’agir par exemple», souligne Christophe Marie. «D’ailleurs notre prochaine mission sera de convaincre la Commission d’elle-même faire pression sur le Danemark, qui bénéficie également de subventions européennes.»

    Leur lettre a été publiée dans le «Metroxpress» et le «Jyllands-Posten», deux quotidiens Danois, et devrait l’être dans L’«European Voice» en septembre. La prochaine étape de leur lutte sera le Parlement européen en novembre. Leur action est rendue d’autant plus difficile que le globicéphale n’est ni considéré comme en voie d’extinction, ni ne fait l’objet d’un commerce international (donc la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d’extinction, ou Cites, n’est pas applicable), et que les îles Féroé ne sont pas signataires de la convention de Bernes sur la protection de la vie sauvage. (Pour en savoir plus, cliquez ici) En outre, les globicéphales sont considérés comme des petits cétacés, donc la Commission baleinière internationale (CBI) n’a pas compétence pour statuer en la matière. Mais «la bataille ne s’arrête pas là», conclut Christophe Marie dans son journal de bord (consultable ici), «bien au contraire, elle commence. Et nous la mènerons (…) jusqu’à l’abolition de cette ‘tradition’ barbare qui fait honte aux féroé, honte au Danemark, honte à l’humanité entière».

    Point finalSource : http://www.parismatch.com/Actu-Match/Environnement/Actu/Iles-Feroe-La-tradition-du-sang-210986/

    Partager cet article
    Repost0

    Il se présente devant le tribunal avec un gilet lui permettant de « résister aux ondes ».

    Publié le par Ricard Bruno


    Mon commentaire : On devrait enfermer cet illuminé, comment peut on laisser mourir des vaches de cette horrible façon, quelle honte...

    Bruno Ricard


    L'audience du tribunal de Périgueux a été très mouvementée, hier.

     Étienne Bourrie a semé le trouble au tribunal de Périgueux, hier après-midi. photo j.-ch. sounalet
    Étienne Bourrie a semé le trouble au tribunal de Périgueux, hier après-midi. photo j.-ch. sounalet
    FacebookL'audience du tribunal correctionnel de Périgueux, hier après-midi, restera sans doute dans les annales.

    Étienne Bourrie, 56 ans habitant entre Plazac et la région parisienne, prévenu pour travail dissimulé, non attribution de congés annuels et mauvais traitements infligés à un animal domestique (des vaches), s'est présenté muni d'un foulard et d'un gilet spéciaux lui permettant de « résister aux ondes ». Car cet homme, ancien expert-comptable, affirme depuis trois ans « être électrosensible et avoir failli mourir à cause des ondes électromagnétiques ». Séparé de ses « protections » pour entrer dans la salle d'audience à 14 heures, Étienne Bourrie s'est écroulé, entraînant l'intervention du service de sécurité. Esclandre, hurlements et gesticulations, le prévenu a même menacé de « sauter par la fenêtre ».

    Délibéré le 6 octobre

    En juillet 2002, Étienne Bourrie a acheté une propriété de 70 hectares et un troupeau de 132 vaches au lieu-dit La Dauge à Plazac, pour s'éloigner des ondes. « Ma philosophie, c'est de laisser mourir les vaches de vieillesse dans le champ », explique le prévenu, qui n'a pas d'avocat. Mais en mars 2009, le huitième ouvrier agricole qui travaille pour lui porte plainte pour travail clandestin et heures non rémunérées. « Il a été payé pour tuer mes vaches », est la seule réponse du prévenu, qui dénonce « un complot pour (lui) nuire ». « Douze vaches étaient mortes avant son arrivée », relève le président.

    Un autre ouvrier agricole se joint à la plainte et fait valoir 153 jours de congés non payés. Alertés par la divagation de certains animaux et un fort taux de mortalité, les services vétérinaires ne constateront pas de « mauvais traitements ». « Les litières étaient en mauvais état avec plus d'un mètre de fumier, a rappelé un agent des services vétérinaires à la barre. Mais les mesures demandées ont ensuite été respectées. »

    La fondation Brigitte Bardot, partie civile dans ce dossier, relève « des conditions de détention du bétail inacceptables » et réclame 1 000 euros de dommages et intérêts. 5 000 euros de dommages et intérêts seront demandés par la défense des anciens ouvriers. Le parquet a requis un total de 4 250 euros d'amende pour les trois infractions.

    Le jugement sera rendu le 6 octobre à 14 heures.

     

    Source : http://www.sudouest.fr/2010/09/02/c-est-un-complot-174564-1980.php

    Partager cet article
    Repost0

    La Fondation Bardot contre le massacre des îles Féroé!

    Publié le par Ricard Bruno

    La Fondation Bardot contre le massacre des îles Féroé

    Chaque année, la mer des îles Féroé (territoire danois autonome) sont le théâtre d’un massacre de globicéphales (une variété de dauphins, aussi appelés baleines-pilotes ou dauphins-pilotes), une chasse traditionnelle remontant à la fin du XVIe siècle. A chaque fois, plusieurs centaines d’animaux sont rabattus sur la côté, avant d’être tués à coups de couteaux alors même que la consommation de sa viande est déconseillée pour la santé –et que l'animal n'est même pas utilisé à quelque fins commerciales.

     

     

    Depuis plusieurs semaines, l'association Sea Shepherd et la Fondation Brigitte Bardot assistent sur place à ce qu’ils considèrent comme le "plus grand massacre de mammifères marins d'Europe". Elles ont envoyé ce jeudi une lettre ouverte à la reine Margrethe II du Danemark dans laquelle elles appellent le pays à faire pression sur les îles Féroé –via les subventions qu’il lui verse- afin "d’abolir enfin une pratique aussi cruelle qu’inutile", à défaut de quoi les deux organisations "ont décidé de s'unir pour mener une campagne internationale contre le Danemark, coupable et complice d'actes de barbarie".

    Source : http://www.parismatch.com/Actu-Match/Environnement/Depeches/La-Fondation-Bardot-contre-le-massacre-des-iles-Feroe-207226/

    Partager cet article
    Repost0

    Fondation Brigitte Bardot prévention : dans une voiture en stationnement votre animal peut mourir en moins d'une heure

    Publié le par Ricard Bruno

    vignette tractChaque année, de nombreux animaux meurent d’asphyxie et de chaleur dans les voitures en stationnement. Ne laissez jamais votre animal seul dans une voiture.

    Outre le risque de vol, il peut mourir en moins d’une heure victime d’un coup de chaleur.

    En effet, la température dans l’habitacle d’un véhicule peut atteindre 70°C. Le risque est le même pour les voitures garées à l’ombre car le soleil tourne.

    En cas de force majeure seulement, ou si vous devez prendre le bateau et que la compagnie vous oblige à laisser votre animal dans le véhicule : Laissez les vitres entrouvertes; Mettre une gamelle d’eau très fraiche à sa disposition (pour qu’elle ne réchauffe pas trop rapidement); Passez voir si tout va bien le plus souvent possible et aérez au maximum.

    Les symptômes du coup de chaleur
    •Animal très chaud (surtout oreilles)
    •Respiration ultra-rapide (halètement, langue pendante)
    •Muqueuses rouge sombre voire cyanosées
    •convulsions

    Que faire ?
    •Si vous constatez qu’un animal est en danger, contactez aussitôt la police, la gendarmerie ou les pompiers. •Sortez l’animal du véhicule et mettez-le à l’ombre.
    •Pendant et après l’intervention, prenez garde au risque de morsure et de fugue.
    •Refroidissez l’animal et donnez-lui à boire, mouillez-le généreusement avec de l’eau (surtout la tête).
    •Emmenez l’animal chez un vétérinaire au plus vite.

    VOUS POUVEZ AGIR !
    Merci de faire passer ce message de prévention par mail à tous vos contacts en recopiant le contenu de cette page.

     

     

    Spot de prévention en radio sur Autoroute FM et Radio trafic FM
    et tractage autoroute

    Pour informer les vacanciers des risques de laisser son animal dans une voiture en stationnement, la Fondation Brigitte Bardot diffuse des spots de prévention sur Autoroute FM et Radio Trafic FM (107.7) tous les WE de l'été, depuis le 14 juillet et jusqu'au 15 août, et distribuera des tracts de prévention aux barrières d'autoroute à Vienne (A7) et La Barque (A8) le week-end du 5 au 8 août.

    VOUS POUVEZ AGIR !
    Nous mettons notre tract à votre disposition. Cliquez sur les images pour télécharger le fichier haute definition recto verso en PDF. Vous pourrez dès lors l'imprimer ou le faire imprimer afin de le distribuer. Nous faisons donc appel à toutes les bonnes volontés pour placer les tracts sur les pare-brises des voitures par exemple sur les parkings des grandes surfaces, plages, etc.

    Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40272
    Partager cet article
    Repost0

    Lettre d'information de la fondation Brigitte Bardot

    Publié le par Ricard Bruno

    Marche ANTICORRIDA :
    11 septembre 2010 à Nîmes !

    Organisée par l'Alliance Anticorrida avec la participation des principaux mouvements européens de protection animale.

    Pour dénoncer le massacre de milliers de taureaux dans les arènes, avec nos impôts !

    Rendez-vous à Nîmes devant la gare à 14 heures.Départ du défilé à 15 heures en direction du centre-ville.Diverses interventions au pied des arènes. En savoir plus >


     

    Nouvelle campagne contre les abandons de la Fondation Brigitte Bardot

    "L'abandon tue 100 000 animaux par an"

    100 000, c’est aussi l’estimation du nombre de chiens achetés en animalerie chaque année en France.

    Spot de prévention
    sur Autoroute FM et Radio trafic FM
    et tractage autoroute

    Pour informer les vacanciers des risques de laisser son animal dans une voiture en stationnement, la Fondation Brigitte Bardot diffuse des spots de prévention sur ces 2 radios tous les WE de l'été et distribuera des tracts aux barrières d'autoroute à Vienne (A7) et La Barque (A8).


    INFORMATION A FAIRE SUIVRE A TOUS VOS CONTACTS :

    Dans une voiture en stationnement
    un animal peut mourir en moins d’une heure !

    Chaque année, de nombreux animaux meurent d’asphyxie et de chaleur dans les voitures en stationnement.

    Ne laissez jamais votre animal seul dans une voiture : outre le risque de vol, il peut mourir en moins d’une heure victime d’un coup de chaleur.

    En effet, la température dans l’habitacle d’un véhicule peut atteindre 70°C. Le risque est le même pour les voitures garées à l’ombre car le soleil tourne.

    En cas de force majeure seulement, ou si vous devez prendre le bateau et que la compagnie vous oblige à laisser votre animal dans le véhicule : Laissez les vitres entrouvertes; Mettre une gamelle d’eau très fraiche à sa disposition (pour qu’elle ne réchauffe pas trop rapidement); Passez voir si tout va bien le plus souvent possible et aérez au maximum.

    Les symptômes du coup de chaleur
    •Animal très chaud (surtout oreilles)
    •Respiration ultra-rapide (halètement, langue pendante)
    •Muqueuses rouge sombre voire cyanosées
    •convulsions

    Que faire ?
    •Si vous constatez qu’un animal est en danger, contactez aussitôt la police, la gendarmerie ou les pompiers. •Sortez l’animal du véhicule et mettez-le à l’ombre.
    •Pendant et après l’intervention, prenez garde au risque de morsure et de fugue.
    •Refroidissez l’animal et donnez-lui à boire, mouillez-le généreusement avec de l’eau (surtout la tête).
    •Emmenez l’animal chez un vétérinaire au plus vite.

    Fondation Brigitte Bardot
    28, rue Vineuse 75116 Paris
    Tél. : 01 45 05 14 60 Fax : 01 45 05 14 80
    www.fondationbrigittebardot.fr
    Bruno Ricard
    Partager cet article
    Repost0