Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nouvelles de la fondation

Info journal de la fondation Brigitte Bardot et Info journal Junior du 1er trimestre 2021

Publié le par Ricard Bruno

n°116 du 1er trimestre 2021

n°116 du 1er trimestre 2021

n°116 du 1er trimestre 2021 (dos de couverture)

n°116 du 1er trimestre 2021 (dos de couverture)

n°66 du 1er trimestre 2021

n°66 du 1er trimestre 2021

Brigitte Bardot : Une question de vie ou de mort !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Une question de vie ou de mort !

Très affaiblie, la star de 86 ans Brigitte Bardot vient de lancer un déchirant appel au secours…

Ces derniers mois nous ont enlevé trop d'artistes de sa génération… Un crève-cœur pour Brigitte Bardot qui a notamment vu partir son ami, le musicien Claude Bolling, le 29 décembre 2020, à l'âge de 90 ans, et l'écrivain et scénariste, Jean-Claude Carrière, le 8 février dernier à 89 ans…

Percluse d'arthrose depuis de nombreuses années, très isolée entre les murs de La Madrague, sa maison du sud de la France, la star, très réticente envers les vaccins destinés à combattre la propagation du Covid-19, semble ne plus éprouver d'intérêt pour la vie humaine.

« Je pense que cette pandémie n'est pas arrivée par hasard […], a-t-elle en effet déclaré dans France-Soir. Ce virus est arrivé à temps avant que la planète n'explose. » Et celle qui n'a pas sa langue dans sa poche d'affirmer dans Paris Match : « Quand les cinq milliards d'êtres humains en trop sur cette terre auront disparu, la nature reprendra ses droits. » L'on sait depuis longtemps que cette ardente avocate de la cause animale ne croit plus en l'homme. L'on sait aussi qu'elle consacrera ses dernières forces non pas à sa propre santé mais aux bêtes maltraitées que sa fondation s'applique, chaque jour, à recueillir et à sauver des griffes de leurs bourreaux.

Pour ces victimes de la folie humaine, BB est prête à tout ! Et même à demander de l'aide… C'est ainsi que le 17 février, l'ex-actrice a lancé un SOS au gouvernement en adressant une lettre au ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, afin d'obtenir un soutien financier pour prendre en charge les animaux de ferme qui arrivent de plus en nombreux dans les refuges de son association, en plus des chats et des chiens abandonnés. « Rien qu'en février, nous devons organiser la prise en charge de l'accueil de 100 bovins et 400 moutons en Seine-Maritime, 56 bovins en Dordogne, 150 bovins dans le Nord, 90 bovins dans les Deux-Sèvres, etc., écrit Brigitte, chaque fois dans le cadre d'une procédure de mauvais traitements. »

C'est la première fois, dit-elle, que sa fondation, qui dépense plusieurs millions par an pour sauver ces animaux sacrifiés, fait appel à la générosité de l'État. « Nous avons dépassé la marge que nous avions prévue pour organiser la totalité des sauvetages de l'année », alerte aussi la star dans son courrier.

Espérons que le gouvernement entendra l'appel au secours de cette infatigable pasionaria qui, à 86 ans, mérite un peu de repos… 

Source de l'article : Cliquez ICI

Une vache à l’agonie dans un fossé en Ariège : deux plaintes déposées

Publié le par Ricard Bruno

La vache a été découverte dans un fossé, agonisante.

La vache a été découverte dans un fossé, agonisante.

Deux plaintes ont été déposées auprès de la gendarmerie de Lavelanet à la suite de la découverte, en fin de semaine dernière, d’une vache agonisante dans un fossé, au bord d’une route, dans le secteur montagneux qui court entre Luzenac et Ax-les-Thermes. "C’est un témoin qui m’a contactée, relate Amandine Medine, présidente de l’association "Les Compagnons des Animaux". Nous avons déposé une plainte et j’ai contacté la fondation Brigitte Bardot qui, elle aussi, doit prendre contact avec la gendarmerie".

 

Lorsque ce témoin a vu la vache, elle était couchée dans un fossé. Le témoin l’a d’abord cru morte. Des corbeaux s’en prenaient déjà à elle, mais la vache n’était qu’agonisante. "Elle était dans ce fossé depuis trois jours", affirme Amandine Medine.

L’association a pris contact avec des vétérinaires, avant d’alerter Philippe Lacube, président de la chambre d’agriculture. Ce dernier s’est rangé derrière l’avis des vétérinaires, qui demandaient à ce que l’animal soit maintenu en vie 24 heures, pour voir s’il trouvait les forces pour surmonter son état de santé. Finalement, la vache n’a pas survécu.

 

"C’est un troupeau qui est sous-alimenté, affirme Amandine Medine. Le foin est pourri. Les vaches n’ont pas d’eau".

Selon la présidente des "Compagnons des animaux", le reste du troupeau a été caché avant l’arrivée des gendarmes. Un troupeau qui se trouverait, lui aussi, dans un sale état.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Un braconnier d’oiseaux protégés condamné à de la prison ferme : une première en France

Publié le par Ricard Bruno

Un braconnier d’oiseaux protégés condamné à de la prison ferme : une première en France

Un retraité de 76 ans a été condamné lundi 22 février à un an de prison ferme. Cet ancien agriculteur de La Crau, dans le Var, pratiquait la chasse à la glu sur des oiseaux protégés. 

Comme le rapportent nos confrères de Ouest-France, 75 cadavres de rouges-gorges ont été retrouvés dans un congélateur lors d’une perquisition au domicile du braconnier. En 2019, ce sont 1 903 pièges à passereaux que les inspecteurs avaient retrouvés chez cette même personne, ainsi que 17 armes de chasse. 

Les découvertes macabres se sont poursuivies. Les inspecteurs ont trouvé douze tarins des aulnes emprisonnés dans des cages. La population mondiale de tarins a diminué de 30 % en dix ans et est considérée comme « préoccupation mineure » selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). 

Selon les enquêteurs, l’homme prévoyait de revendre les oiseaux tués, prisés dans certaines régions pour être consommés. Lundi, c’est donc le tribunal de Toulon qui a condamné ce retraité à deux ans de prison (dont neuf mois fermes plus un sursis de trois mois non respecté) et 150 000 euros d’amende. 

Poursuivi en justice par diverses associations comme la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), la Fondation Brigitte Bardot et One Voice pour « destruction d’espèce protégée », ce braconnier vient d’écoper d’une peine jusqu’ici inédite en France. « On a voulu faire un exemple, on a tapé fort », s’est réjouie la LPO. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot Lettre ouverte au président du Kirghizistan

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Lettre ouverte au président du  Kirghizistan

Article dans un journal étranger le 

French actress Brigitte Bardot offers help to President Japarov in prevention of violence against stray dogs

AKIPRESS.COM - French actress and animal rights activist Brigitte Bardot sent a letter to President of Kyrgyzstan Sadyr Japarov asking to stop killing of stray dogs.

She offered assistance in prevention of violence against stray dogys and noted that her Foundation present in Central Asia may offer ideas to the government for transition to ethical and sustainable management of stray dogs.

Brigitte Bardot set up the foundation for protection of animals in 1986.

Source de l'article : Cliquez ICI

Propriétaire d’un élevage de chiens à La Celle-sous-Montmirail, un homme est jugé pour escroquerie et maltraitance animale

Publié le par Ricard Bruno

L’audience a lieu ce mercredi au tribunal correctionnel de Soissons pour juger cet homme qui tenait avec sa compagne un élevage illégal de chiens, dans des conditions insalubres.

Les gendarmes ont découvert en 2015 près de 150 chiens vivant dans des conditions d’insalubrité.

Les gendarmes ont découvert en 2015 près de 150 chiens vivant dans des conditions d’insalubrité.

Le 13 avril 2015, lors d’une intervention commune de la gendarmerie et de la Société protectrice des animaux (SPA), un élevage insalubre de 145 chiens avait été démantelé à La Celle-sous-Montmirail. Les chiens, principalement des border collie, étaient pour beaucoup en mauvaise santé, entassés dans des parcs trop étroits et en sous-nutrition.

Le couple propriétaire de l’élevage avait déjà été condamné en Belgique pour des faits similaires. La prévenue étant depuis décédée, plusieurs chefs d’inculpation ont été retenus envers l’homme, pour escroquerie et défaut de soin. Son procès a lieu ce mercredi au tribunal correctionnel de Soissons. D’anciens clients du couple ont porté plainte, leur chien ayant eu de gros problèmes de santé. Certains de ces chiots ont en effet été victimes d’affections tels la dysplasie ou la diarrhée et en ont succombé peu de temps après leur adoption.

Quatre associations de protection animale se sont également portées partie civile (Ani’Meaux, La Fondation Brigitte-Bardot, la SPA et les sales Gosses) ainsi qu’un certain nombre d’autres clients. Membre de Ani’Meaux, Jérôme Cordier explique l’intérêt d’une association de défense des animaux de se porter partie civile dans ce genre d’affaire : « En plus de son activité illégale, il a maltraité les chiens. L’animal n’a pas pu être sauvé par la famille malgré tout le nécessaire effectué. » Le soutien à la cause animale le rappelle : « Des chiots qui venaient d’être achetés sont décédés peu de temps après leur adoption malgré un certificat vétérinaire à l’appui quand il les a vendus. »

Maître Christophe Gérard indique que le prévenu encourt une peine pour le volet économique de l’affaire, soit les faits de blanchiment et d’exercice illégal. L’avocat de parties civiles, diplômé en droit animalier et spécialisé dans ce domaine, craint cependant que du côté de la maltraitance, la peine ne resterait que « symbolique ». Il sera à la barre ce jour et déclare sans détour que le but est de mettre l’accusé « hors d’état de nuire »  : « L’objectif premier est l’interdiction à vie de pouvoir approcher les animaux. »  

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Une centaine de bovins maltraités récupérés en Deux-Sèvres par la fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Un éleveur des Deux-Sèvres, privé de ses bêtes pour cause de maltraitance animale. Près de 90 bovins survivants ont été sauvés et confiés à la fondation Brigitte Bardot. Le dernier camion est parti ce lundi. Mais un charnier d'une trentaine de cadavres d'animaux a été découvert dans un champ.

La fondation Brigitte Bardot a tiré la sonnette d'alarme la semaine dernière sur le nombre de bêtes maltraitées qu'elle a dû récupérer, dont ces 90 bovins des Deux-Sèvres (Photo d'illustration)

La fondation Brigitte Bardot a tiré la sonnette d'alarme la semaine dernière sur le nombre de bêtes maltraitées qu'elle a dû récupérer, dont ces 90 bovins des Deux-Sèvres (Photo d'illustration)

Ca y est ! Les derniers bovins maltraités repérés dans les Deux-Sèvres ont tous été évacués. Le dernier camion est venu récupérer les bêtes encore vivantes ce lundi matin à Beugnon-Thireuil pour les emmener vers une pension gérée par la Fondation Brigitte Bardot, près de Rouen. L'évacuation a commencé la semaine dernière et s'est faite en plusieurs temps, suite à une décision de justice pour "maltraitance animale". Si une centaine de bêtes a pu être sauvée, des dizaines ont été retrouvées mortes dans un champ. 

Un charnier d'animaux dans un champ

Dans le village, les habitants avaient malheureusement l'habitude de voir les bêtes livrées à elles-mêmes : affamées, affaiblies, amaigries. Il y a d'ailleurs eu plusieurs signalements par le passé : des chasseurs, des promeneurs qui ne supportaient pas de voir les bovins dans cet état. Mais cette année, avec la dernière vague de froid, ça a été l'hécatombe : si 90 bêtes ont été retrouvées vivantes, un charnier de 28 cadavres d'animaux

Avec la décision de justice, la fondation Brigitte Bardot a eu l'autorisation de récupérer les bovins survivants. Le premier camion est parti mercredi soir, le deuxième vendredi et le dernier ce lundi donc. Et encore, trois animaux ont succombé ce lundi avant même de pouvoir monter dans le camion du salut.

Un exploitant déjà poursuivi en justice

L'exploitant en question lui n'en est pas à sa première implication dans une décision de justice. Il a déjà été impliqué dans une affaire de logement insalubre au Puy-Hardy. Cet éleveur de la Chapelle-Thireuil (qui fait partie désormais de la nouvelle commune du Beugnon-Thireuil), fait également du maraîchage. Comble de l'histoire : il a beau avoir été privé de ses bêtes pour maltraitance, à 63 ans, rien dans l'arsenal juridique ne l'empêche s'il le souhaite de se procurer de nouvelles bêtes. 

Source de l'article : Cliquez ICI

La Fondation Brigitte Bardot lance un SOS pour s'occuper d'une cinquantaine d'Aurochs saisis en Dordogne

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot vient d'écrire au ministre de l'Agriculture. L'actrice et créatrice de la fondation d'aide aux animaux demande de l'argent au gouvernement pour s'occuper des animaux secourus. Elle évoque notamment 56 bovins saisis en Dordogne.

Les animaux ont été saisis par les services vétérinaires le 11 février dernier.

Les animaux ont été saisis par les services vétérinaires le 11 février dernier.

Brigitte Bardot demande de l'argent au gouvernement pour s'occuper des animaux secourus. Elle a écrit au ministre de l'Agriculture car elle estime qu'elle recueille de plus en plus d'animaux de ferme. "Rien qu'en février, nous devons organiser la prise en charge de l'accueil de 100 bovins et 400 moutons en Seine-Maritime, 56 bovins en Dordogne, 150 bovins dans le Nord, 90 bovins dans les Deux-Sèvres etc, chaque fois dans le cadre d'une procédure en mauvais traitements", indique Brigitte Bardot. 

Ce jeudi 18 février, la Fondation a récupéré notamment une cinquantaine de bovins. Le troupeau de bovin à viande, destiné à la vente directe, a été saisi le 11 février dernier à Thonac, près de Montignac en Périgord Noir. 

Des animaux à l'abandon 

Les animaux étaient laissés à l'abandon chez cet éleveur d'une soixantaine d'années qui a été hospitalisé. Il n'avait pas déclaré de naissance depuis un an et demi et que l’équarrisseur n'était pas passé depuis deux ans. 

Les services vétérinaires ont sont venus récupérer les animaux le 11 février. Ils ont retrouvé également une petite dizaine de cadavres et dans les congélateurs, plusieurs tonnes de viande avariée, des restes de carcasses de bovins mais aussi de sangliers, de faisans et des fromages. 

Le troupeau secouru a passé quelques jours en Charente, le temps de les nourrir et de vérifier notamment qu'ils n'avaient pas la tuberculose. Un veau n'a pas survécu mais les 55 autres bovins ont été emmenés ce jeudi 18 février par la Fondation Brigitte Bardot en Normandie. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Animaux : Brigitte Bardot en appelle au gouvernement !

Publié le par Ricard Bruno

Animaux : Brigitte Bardot en appelle au gouvernement !

Brigitte Bardot s'illustre par un nouvel acte militant en faveur de la cause animale. Dans une lettre adressée au ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, datée du mercredi 17 février, l'ancienne actrice a « lancé un SOS » afin d'obtenir une aide financière pour sa fondation, qui recueille les animaux abandonnés ou en souffrance, et qui voit arriver de plus en plus d'animaux de ferme. « Rien qu'en février, nous devons organiser la prise en charge de l'accueil de 100 bovins et 400 moutons en Seine-Maritime, 56 bovins en Dordogne, 150 bovins dans le Nord, 90 bovins dans les Deux-Sèvres, etc., chaque fois dans le cadre d'une procédure en mauvais traitements », indique Brigitte Bardot dans sa lettre.

La Fondation a déjà « sous sa protection plus de 1 000 équidés, autant de bovins, plus de 500 chèvres, 250 cochons ou encore 2 500 moutons », pour « un coût annuel de plusieurs millions d'euros », écrit l'ancienne actrice. « Pour la première fois » depuis la création de sa fondation il y a 35 ans, elle dit devoir demander une aide à l'État, « face aux sollicitations toujours plus nombreuses de vos services vétérinaires ». « Nous ne sommes qu'en février et nous avons déjà dépassé la marge que nous avions prévue pour organiser la totalité des sauvetages de l'année », alerte-t-elle également.

Le plan de relance ne concerne pas les animaux de ferme

« On est de plus en plus sollicités par les services vétérinaires. On a fait adopter mercredi au conseil d'administration un budget de 3,5 millions d'euros pour les pensions d'animaux de ferme. On est au taquet et on n'a plus la possibilité de préparer d'autres sauvetages », a, de son côté, déclaré Christophe Marie, le porte-parole de la fondation.

Il regrette que « le plan de relance du gouvernement concerne uniquement les animaux de compagnie et l'accueil des équidés ». « Il faudrait qu'il y ait une prise en compte de cette problématique spécifique des animaux de ferme », estime-t-il. Dans le cadre de ce plan de relance, Julien Denormandie avait débloqué 14 millions d'euros pour que les structures de protection animale réparties sur le territoire français puissent continuer leur mission, financer des campagnes de stérilisation de chats et de chiens errants, rénover, mettre aux normes ou encore construire des refuges.

Source de l'article : Cliquez ICI

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>