Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

249 articles avec tout ou presque sur brigitte

Hommage à Brigitte Bardot : une star, une vraie !

Publié le par Ricard Bruno



Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

Quand Brigitte félicite Carla et interroge le président Nicolas!

Publié le par Ricard Bruno

Rencontre

Entre deux repas servis à ses braves bêtes, Brigitte Bardot, sereine Tropézienne, défend toujours sa grande cause…
« Tout compte fait, plutôt que de lui écrire au nom de la Fondation, je vais le faire en mon nom, à titre aussi bien personnel que privé ! » En ce milieu d'après-midi de lendemain de fête nationale, Brigitte Bardot qui fut la Marianne de la République, assise à la fraîche, sous la tonnelle de sa seconde maison de Saint-Tropez, plus tranquille, plus ombrée, moins scrutée, moins ceinturée que sa propriété de la Madrague, s'occupe et de ses animaux et de son courrier.

Située sur une petite colline descendant lentement vers la mer, les criques et la petite plage où elle ne se rend qu'entourée de ses bêtes de tous poils (ses cochons adorent faire

trempette en troupeau dans la Méditerranée), « La Garrigue » est totalement protégée des regards indiscrets et des visites intempestives. Elle me parle, pêle-mêle, de la formidable exposition qui lui est consacrée, en septembre prochain au musée des années trente de Boulogne-Billancourt, de Laetitia Casta, qui, pour l’incarner au cinéma dans un film sur Serge Gainsbourg, lui a longuement téléphoné avant de se couler dans sa peau, des temps plus anciens où elle faisait la connaissance des Gipsy Kings…

Installée au calme, Brigitte pioche dans les sacs de gâteaux et de friandises qu'elle amasse en un coin de sa cuisine et, sortant sur le pas de sa maison provençale, elle en distribue par poignées à ses chevaux, ses poulains et son âne. Tout à l'entour, dans le jardin, des animaux vont et viennent, le plus souvent sauvés des abattoirs et entourés de chiens et de chats cohabitant plutôt bien que mal sans se quereller. Le tableau est apaisant et quasi-idyllique.

Brigitte ne navigue pas sur internet avec un ordinateur, mais elle est au courant de tout ce qui touche ses amies les bêtes. Lisant évidemment la presse, elle y a trouvé des commentaires sur la première dame de France du moment, qui, selon les dires de l'association américaine Peta, porterait plus souvent qu'à son tour de la fourrure. Aux allégations de Peta, Carla Bruni Sarkozy a répondu qu'il n'en était rien et que si elle s'était laissée aller à effectivement en porter autrefois, il n'en était désormais plus question. La déclaration, récemment, fut rendue publique et elle ravit les opposants à la torture animale.

L'ayant lue et trouvée évidemment formidable, Brigitte voulait répondre. Et elle venait de décider de le faire donc sur du papier à lettre personnel, gravé au nom de « La Madrague ». Elle rédigea son petit mot à la femme du Président, la félicitant publiquement de son choix et de son engagement. Les termes étaient choisis et gentils. Mais on ne se refait pas. Et l'ex-actrice qui rapporta, en ses années de gloire, plus d'argent à la France que la régie Renault, ne pouvait se priver d'ajouter quelques lignes à l'adresse privée du mari de Carla, le Président en personne, ainsi prié de faire interdire la corrida en France. Le président étant friand de ce genre de spectacle, la lettre de BB ne manque donc pas de piquant et la réponse à venir ne manquera pas d'inquiéter ou de rasséréner. Assez contente de son coup d'éclat, celle qui, indifférente aux critiques déplacées et déplaisantes, continue sans varier d'un poil son combat en faveur des animaux, sait bien que les ratés, qui ne ratent jamais personne, ne la rateront pas. Elle n'en a cure, assise sur son coussin en tissu provençal et sur l'opinion publique.

Source : Le midi Libre

Partager cet article

Repost 0

Viva Maria ce soir 26/07/2009 à 20H45 sur Arte

Publié le par Ricard Bruno

Durée : 115min.
Genre : Film - Comédie
Origine : Fra - Ita. 1965. Stéréo.
Réalisation : Louis Malle.
Scénario : Jean-Claude Carrière et Louis Malle
Distribution : Brigitte Bardot (Maria I), Jeanne Moreau (Maria II), George Hamilton (Flores), Gregor von Rezzori (Diogène).
Musique : Georges Delerue.

RÉSUMÉ

Fille d'un terroriste irlandais, Maria Fitzgerald O'Malley manipule depuis sa plus tendre enfance des bombes, des grenades et autres explosifs. Après la mort tragique de son père, elle se retrouve livrée à elle-même dans une colonie anglaise d'Amérique latine. Elle fait la connaissance de plusieurs membres d'une troupe de music-hall ambulant, qui lui proposent une place de duettiste «parisienne». Sa partenaire porte le même prénom qu'elle. Sous son égide, Maria découvre les charmes de l'amour et invente le strip-tease en mettant à profit un accident vestimentaire. Les pérégrinations de la troupe la conduisent dans un Etat sujet aux révolutions...

Partager cet article

Repost 0

Emission : un jour, un destin le 04 07 2009 sur France2

Publié le par Ricard Bruno

Pour tout ceux qui n'on jamais vu cette émission de 2006 une redifusion à lieu ce samedi sur France2 à 13h25.

Pour ceux qui partent en vacances RDV en septembre pour l'exposition Brigitte Bardot "Les années insouciance", soyez prudent sur les routes, bonnes vacances à tous!


Bruno Ricard

Partager cet article

Repost 0

1ère mondiale : Exposition Brigitte Bardot à Boulogne-Billancourt

Publié le par Ricard Bruno

Exposition Brigitte Bardot à Boulogne-Billancourt


Initiales doublement BB !

L'art des années 30, l'industrie tout comme le cinéma ont forgé l'identité culturelle du Boulogne-Billancourt actuel et sont les racines d'une modernité qu'il nous appartient de projeter dans l'avenir. L'un des axes de notre politique culturelle est de valoriser et faire connaitre ces fondamentaux aussi bien pour les Boulonnais que pour faire rayonner notre ville bien au delà de la commune.

Buste-bardotRMN100 De septembre à janvier prochain, la ville de Boulogne-Billancourt ouvre les portes du Musée des années 30 à Brigitte Bardot : la femme avec un grand F qui a merveilleusement incarné la France, sa Marianne en est témoin, mais aussi la libération de la Femme et une certaine forme de lutte contre l'hypocrisie.  Brigitte Bardot, star incontestée et incontestable des années 50-60, hymne à la beauté, à la sensualité et à la liberté. Actrice adulée par le monde entier et encore aujourd'hui plébiscitée par un sondage international datant de 2008, comme l'une des plus belles femmes du monde.

En dehors de la référence évidente à la culture cinématographique de Boulogne-Billancourt, pourquoi Brigitte Bardot ? Initiales BB me direz-vous ! Pas uniquement. La ville de Boulogne-Billancourt a en effet été l'une des premières villes a acquérir le buste d'Aslan qui, des années 60, adresse un clin d'oeil au buste de Laetitia Casta incarnant aujourd'hui Bardot dans un film en cours de tournage. Images-4

Brigitte Bardot a également tourné sept films dans les studios mythiques de Boulogne-Billancourt parmi lesquels : Les Grandes Manoeuvres de René Clair avec Michèle Morgan et Gérard Philippe, la Mariée était trop belle, la Femme et le Pantin de Julien Duvivier, les Amours Célèbres de Michel Boisrond avec Alain Delon et Jean-Claude Brialy. Cette exposition rebondit également sur l'anniversaire de Brigitte Bardot dont, par élégance et respect nous tairons l'âge. A noter que cet anniversaire donnera lieu à de nombreux articles de presse, des émissions de télévision et de radio, ainsi qu'une littérature abondante.

D'autre part d'un point de vue plus sociologique, cette exposition se veut aussi le reflet de cette forme d'insouciance dont les années 50-60 très tendance, demeurent un symbole pour l'époque actuelle. Dans un contexte de morosité économique, un peu de bonne humeur ne sera pas négligeable pour se préparer à une reprise que nous espérons tous.

Images-2 Cette exposition événementielle sera l'une des premières du genre à Boulogne-Billancourt. Elle invitera à la fois à un voyage dans la carrière de l'actrice mais aussi dans les multiples modes qu'elle a pu lancer, dans des reconstitutions de ses films majeurs, dans le design de l'époque, mais aussi à travers le regard des grands artistes dont elle fut la muse : Warhol, Van Dongen, Richard Avedon, Robert Doisneau, Sam Levin, Arman, Aslan, Saura, Paco Rabanne. etc. Même le Café Cocotte pourrait se parer des couleurs de Sénéquier, le célèbre café tropézien.

Par ailleurs, de nombreux partenariats médias se mettent en place. Partenariats qui vont offrir une visibilité exceptionnelle à notre ville : Paris Match tirera à un million d'exemplaires une édition incluant un cahier de 16 pages consacré à l'exposition, Beaux Arts Magazine éditera une édition spéciale à 100 000 exemplaires. Autres partenaires : Le Figaro, Europe 1 et Paris Première. Quant au nombre d'entrées, nous pouvons nous attendre à du jamais vu à Boulogne-Billancourt.

BB des initiales porte bonheur qui ont pu faire dire au Général De Gaulle, que Brigitte Bardot avait rapporté plus de devises à la France que Renault ! Régie Renault dont BB fut aussi l'égérie, autre clin d'oeil à Boulogne-Billancourt.Images-3




Source : http://blogpfournier.typepad.fr/blog_de_pascal_fournier/2009/05/exposition-brigitte-bardot-%C3%A0-boulognebillancourt.html

*(Extrait de la délibération n°20  du Conseil Municipal de Boulogne-Billancourt le 7 mai 2009 présenté par Mr Pascal Fournier Maire adjoint à la culture de Boulogne-Billancourt)
 http://www.boulognebillancourt.com/cms/images/pdf/VieMunicipale/ODJ/2009/odj_07_05_09.pdf

Partager cet article

Repost 0

Paris Match : BB la légende...

Publié le par Ricard Bruno




Le 10 février 1951, une inconnue de 16 ans fait la couverture de Paris Match. Le mythe Bardot est en marche. Pour Paris Match, Brigitte Bardot se confie aujourd'hui.

Entretien avec Christian Brincourt - Paris Match

 

Insolente et libre, elle est la jeunesse de la France. Et celle de Match. Brigitte Bardot a 16 ans quand elle fait sa première couverture, en 1951. Une adolescente, un journal à ses ­débuts. Entre les deux, une histoire d’amour qui se concrétisera par un ­mariage avec Roger Vadim, reporter au magazine. Brigitte changera de mari et d’amant, jamais de journal. Avec la grâce d’une star qui n’a jamais caché son âge, elle nous adresse ses vœux toujours espiègles pour un anniversaire qui colle à son destin. ­Carrière éclatante, bonheurs privés, malheurs ­publics, ­Paris Match, aujourd’hui, lui raconte sa vie. Comme Brigitte nous raconte la nôtre et d’abord l’émancipation des femmes dont elle a été, sans l’avoir cherché, le porte-drapeau. Une victoire blonde. Le sourire de nos « glorieuses ».

Paris Match. Le 10 février 1951, Match te consacre pour la première fois sa couverture. Tu as 16 ans et demi, tu es inconnue...
Brigitte Bardot. Je crois me souvenir qu’il s’agissait d’illustrer un ­reportage sur le thème “Restez toujours jeune en appliquant la méthode du Dr Gayelord Hauser”. J’étais ­affreuse sur cette photo, on aurait dit une noix de coco avec une perruque ! Personne ne me connaissait puisque je n’avais jamais fait de cinéma. D’ailleurs, mon nom n’était même pas mentionné sur la couverture.

A cette époque, tu tombes raide amoureuse de Vadim.
Il n’est pas encore journaliste. Papa lui a dit : “Vous n’épouserez ma fille que lorsque vous aurez un ­salaire.” Vadim se présente alors à Hervé Mille et Jean Prouvost, les ­patrons de Paris Match. Il entre au journal comme reporter.

Peu à peu, tu commences à être connue. A Cannes, tu sors d’un carton sur le pont d’un porte-avions américain. Match te photographie, ce sont tes premières parutions.
Dans l’ancien immeuble du journal, rue Pierre-Charron, j’étais chez moi. C’était ma deuxième maison. Je connaissais tous les recoins de la rédaction. J’étais reçue comme la femme de Vadim mais aussi comme la copine qui partageait tous les petits secrets des reporters. Combien de fois ai-je dormi dans un grand canapé pendant les nuits de bouclage ! Oui, Match, ce fut mon havre, ma grotte, avant et après ma célébrité. Ce fut ma famille, tendre et complice, et surtout fidèle.

Sur une célèbre photo de toi, assise, les jambes croisées haut, en collant noir, les cheveux sur les épaules, on peut lire ta dédicace : “De la part de Bri, la petite fiancée de Match”.
Ce sont les photographes qui avaient trouvé ce joli surnom. Il faut savoir à quoi ressemblait le journal dans les années 55-60. C’était le foutoir intégral pour les gags et les blagues de potache. La rigueur de l’information et la chasse au scoop n’empêchaient pas la rigolade permanente. Je me souviens d’un soir de bouclage, un lundi, où pour détendre l’atmosphère je suis montée sur la grande table de la rédaction en soulevant mes jupons et en ­esquissant quelques pas de danse sous les hurlements des garçons et des directeurs, assez surpris !

Tous étaient un peu épris de toi ?
Oui, ils me faisaient la cour et j’adorais ça ! C’étaient des frères pour moi. Lorsque je m’engueulais avec Vadim [rires], j’allais me faire consoler par tous ces beaux mecs qui m’emmenaient boire un verre à La Belle Ferronnière, l’annexe de la rédaction, la brasserie en bas du journal. Leurs notes de frais étaient salées comme la mer Morte ! Mais Match était le magazine qui se détachait des autres en montant des coups imparables et exclusifs.

Avec le triomphe de “Et Dieu créa la femme”, ta célébrité transforme-t-elle tes rapports avec Match ?
Pas du tout ! Célèbre ou pas, je m’en foutais royalement. Je tenais à rester moi-même avec mes copains, j’étais toujours leur petite fiancée, la rigolote qui passe dire bonjour à ses petits frères et à leur Leica en bandoulière. Nous avions nos codes, nos fous rires. Dédé Lacaze, le ­rédacteur en chef, deviendra mon témoin, le jour de mon mariage avec Charrier.

A l’époque, un calcul très sérieux ­révèle que les magazines français t’ont consacré 3 millions de lignes et ont publié 30 000 photos de toi.
C’est terrifiant et inimaginable aujourd’hui et pourtant c’est la réalité. J’ai été traquée, manipulée, agressée, planquée jour et nuit. Tu peux en témoigner puisque tu étais à mes côtés. J’ai été la proie de photographes qui venaient de l’autre bout du monde, alors j’ai choisi Match et mes copains pour des ­parutions bien élaborées et exclusives qui carbonisaient la concurrence. Concurrence qui, bien ­entendu, se vengeait en écrivant des horreurs sur moi.

Ton accouchement, en janvier 1960, a sans doute été le paroxysme du phénomène Bardot.
Alors que mon gynécologue me demandait de sortir, de prendre l’air, de marcher les deux derniers mois de ma grossesse, je suis restée enfermée, avenue Paul-Doumer, cernée par 200 journalistes qui planquaient jour et nuit dans les escaliers, sur le palier des étages, dans leurs voitures, sur le toit de l’immeuble. Les volets fermés, avec mon gros ventre, j’ai tourné en rond pendant deux mois sous la menace de téléobjectifs sortant de toutes les chambres de bonne, louées depuis des semaines, qui entouraient le 7e étage de mon immeuble.

Il faut savoir que la première photo de toi et de ton bébé atteignait plusieurs millions de francs à l’époque.
Ce fut une naissance d’une incroyable violence, à tous points de vue. J’avais l’impression que j’allais mourir ou devenir folle. Nicolas en a subi les retombées. Quarante-neuf ans plus tard, je sais que la plus grande injustice que j’ai infligée à mon fils, c’est que je lui en ai voulu de naître dans des conditions pareilles. C’est pourquoi, dans mon bouquin, j’ai écrit ces lignes si dures concernant sa naissance. Je me ­disais : pourquoi dois-je mettre au monde un enfant qui me bouffe la vie à ce point-là ? Je sais que, pour lui, ce fut une injustice incroyable.

Aujourd’hui, tu as deux petites-filles de 17 et 20 ans qui, paraît-il, te ressemblent. Les vois-tu ? Es-tu une bonne grand-mère ?
Non, je ne suis pas une bonne grand-mère. Elles vivent en Norvège avec leur père, elles ne parlent pas français, et nous n’avons pas l’occasion de nous voir. Pourquoi tricher ? Tu le sais, j’ai toujours dit ce que je pensais et pensé ce que je disais. Je n’ai jamais cru aux liens du sang.

Revenons à tes années Match. Les couvertures s’enchaînent, les initiales BB occupent toute la planète.
Tout cela m’a fait tellement peur que j’ai tenté de me foutre en l’air très sérieusement. J’étais un animal traqué qui n’avait plus la force de fuir, de vivre, tout simplement.

Tu te réfugies, alors, dans l’amitié…
C’était primordial. Heureusement qu’il y a toujours un ami au bout du fil car la solitude est là, ­insidieuse et présente. Les clins d’œil de Match, à travers quelques sujets drôles, se succèdent. Ainsi, sur le tournage de “Viva Maria !”, je revois Gérard Géry, le photographe du journal, qui a l’idée de mettre sur mon plateau de petit déjeuner un lapin nain buvant mon jus d’orange. Résultat : une double page. C’est Philippe d’Exea, pigiste au journal, qui photographie cent douzaines de roses, offertes par Gunter Sachs pour me faire la cour, tombant du ciel sur La Madrague par hélicoptère. C’est Ghislain [Jicky] Dussart qui me photographie nue pour Match et qui réalise les plus belles photos de ma vie. Nous avions, lui et moi, la légèreté complice et la force de l’amitié. Il me manque tant ! Anne, son épouse, est toujours près de moi. Jicky m’a aidée à fuir le monde ­déchaîné des paparazzi et autres chroniqueurs qui, durant trente ans, ne m’ont laissé ni trêve ni repos.

Cela dit, quand tu faisais un strip-tease habillée en bonne sœur, c’était limite provoc !
Je tournais “Les novices” avec ma copine Girardot. Claude Azoulay m’a proposé, pour Match, dans un fou rire général, de retirer mes vêtements de nonne, un à un. C’est ainsi que, sur une plage, je lui ai montré mes petites fesses connues du monde entier, avec un détail rigolo : j’étais à poil avec ma cornette sur la tête. Photos jamais parues dans Match à cause des lecteurs cathos, mais “Playboy” les a publiées et elles ont fait le tour du monde.

Que faut-il pour qu’une photo te rende belle ?
La faire en m’aimant. Une femme reste le reflet que lui donne l’homme. Alors l’alchimie passe. Si la confiance s’installe, la ­tendresse suit. Le regard fait le reste, c’est la démarche d’un amant sur papier glacé.

Quelle est la photo que tu souhaiterais voir publier après ta mort ?
Celle avec le bébé phoque, qui symbolise tout de ma vie. De la célébrité à l’isolement sur la banquise, la solitude que j’ai si souvent affrontée et, enfin, la protection animale.

Et si Dieu recréait la femme, que lui dirais-tu ?
Qu’il me donne enfin du pouvoir pour mes combats, et qu’il change l’homme. Point final

Source : http://www.parismatch.com/People-Match/Cinema/Actu/60-ans-de-Paris-Match-Et-Match-crea-BB-85772/

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : "Je suis très fière de ma vie !"

Publié le par Ricard Bruno

Tous les jours sont consacrés aux animaux. BB en toute confidence. Exclusif

SAINT-TROPEZ Brigitte Bardot. Une star. Un mythe. Une légende. Le sex symbole des années 60 a tourné ses dernières scènes en 1973, avant de se lancer corps et âme dans la création de la Fondation qui porte son nom. "C'est clair : du jour au lendemain, j'ai changé radicalement de vie, souligne-t-elle. Ça n'a pas été facile, surtout qu'au début, j'ai été ridiculisée par la presse qui disait que je faisais ça pour ma publicité. J'ai beaucoup pleuré, douté, mais j'ai continué."

Aujourd'hui, ce n'est pas une surprise, chez elle, à Saint-Tropez, elle est entourée d'animaux. Une cinquantaine au total. C'est sa vie, son univers. Et elle s'en occupe, tous les jours de la semaine, samedi et dimanche compris.

"Ils sont tous sauvés des refuges, des abattoirs, continue-t-elle. Ils ont été abandonnés ou trouvés errants. Certains ont un œil en moins, une patte abîmée, d'autres sont vieux. Je les ai récupérés parce que personne n'en voulait. Je leur offre une fin de vie heureuse."

Avec une armée pareille, l'agenda du dimanche est vite bouclé. "C'est un jour mort. Tout est fermé. J'en profite pour travailler."

Au programme, notamment, les réponses au courrier, régulièrement interrompues. "Ma jument et ma poneytte réclament des sucreries et des câlins devant la porte de ma cuisine, sourit-elle. Les chats viennent ronronner devant leurs gamelles, aussi avides de caresses que de nourriture."

Les chiennes et les chiens sont là aussi, impatients de partir sur la plage, quel que soit le temps. "Comme je suis coincée par ma double arth rose des hanches, c'est Bernard, mon mari, qui assure la promenade..."

En réalité, Brigitte Bardot se retrouve un peu dans chaque animal. Sa définition d'elle-même est à la hauteur de ses plus beaux clichés : "J'ai la fidélité du chien, l'indépendance du chat, la fougue du cheval, la méfiance du renard, la générosité de la vache, la solitude du sanglier, l'intelligence du rat, et l'insolence de la pie !" Imparable.

Pour elle, le dimanche n'est pas un moment privilégié pour recevoir des amis. "Je n'ai pas de jour particulier pour les voir, avoue-t-elle. Du reste, j'en ai très peu."

Et les fourneaux ? "Je ne cuisine pas. Je ne cuisine plus..."

Aujourd'hui, celle qui a fait rêver des générations entières porte un regard simple, lucide sur son immense carrière : "A 74 ans, je suis très fière de ma vie. Je pourrai mourir heureuse de l'avoir vécue..."

Source : http://www.dhnet.be/people/show-biz/article/246458/brigitte-bardot-je-suis-tres-fiere-de-ma-vie.html

Partager cet article

Repost 0

Décès de Sabine Lévin...

Publié le par Ricard Bruno

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Décès de

Sabine Lévin

 

(Veuve de Sam Lévin,

le photographe préféré de Brigitte Bardot)

 

 

***

 

     Sabine Lévin est décédée le 21 janvier 2009 dans sa maison de retraite (Villa Lecourbe – 75015 Paris).

 

     Née le 19 septembre 1919, elle fut l’épouse puis la veuve du « photographe des stars » Sam Lévin (1904-1992). Après la mort de son mari, elle fit donation de l’ensemble des clichés (plus de 600 000) et des photographies de Sam Lévin au Patrimoine Français (Ministère de la Culture) qui gère désormais le Fonds Sam Lévin.

 

     Sam Lévin qui immortalisa toutes les stars et les grands personnages du siècle dernier (Deneuve, Moreau, Birkin, Fonda, Marais, Philipe, Morgan, Schneider et des centaines d’autres…) était le photographe préféré de Brigitte Bardot qu’il avait découverte adolescente et qu’il photographia durant toute sa carrière.

 

    Brigitte Bardot est toujours restée très amie avec Sabine Lévin.

    Elle n’oubliait jamais de lui souhaiter sa Fête ou son anniversaire…

    Aujourd’hui, elle est très attristée par cette disparition qui marque la fin d’une époque…

    Jointe au téléphone ce matin, elle déclare :

                                            

   "Encore une partie de ma vie qui disparaît. Mon amie Sabine était la femme de mon photographe préféré, celui qui réalisa mes plus belles et mes plus célèbres photos. Sabine était le lien qui m'unissait encore à Sam, à ce souvenir d'une époque désormais  révolue. "


Bruno Ricard  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Scoop!: Nouveau Cd de Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

Vous êtes les premiers à profiter de cette information : un nouveau CD musical de Brigitte Bardot sera en vente à partir du 06 02 2009 chez tout les bons disquaires et pour vous  en exclusivité sur ce blog la pochette !
Pour ceux qui ne peuvent attendre vous pouvez le précommander à partir de ce jour sur le site de : Amazon.fr :
http://www.amazon.fr/gp/product/B001NE81CG

Love Is My Profession/Une Parisienne

Détails sur le produit

  • CD audio (sortie le 06 février 2009)
  • Nombre de disques: 1
  • Format: Best of, Bande originale
  • ASIN : B001NE81CG

Partager cet article

Repost 0

La battue de la discorde... avec Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

BALAZUC (ARDÈCHE)

Les communes de Balazuc, Chauzon, Uzer et Vinezac, situées sur le plateau des Gras viennent de prendre un arrêté municipal, qui entre en vigueur aujourd'hui, afin d'abattre des chiens errants sauvages en divagation. « Cela fait plus d'un an que ces chiens posent des problèmes, ils se renouvellent et sont très agressifs, y compris avec les troupeaux » explique Josiane Delsart, maire de Balazuc.
L'Office national de la chasse et de la faune sauvage a donc commis un lieutenant de louveterie pour tenter de capturer ou même d'abattre les chiens errants. Une décision qui a fait réagir la Fondation Brigitte Bardot.

La star s'indigne

Elle vient d'envoyer un courrier à Josiane Delsart, dans lequel la star s'indigne : « Comment pouvez-vous commencer l'année en tuant, de sang froid et avec la complicité de lieutenants de louveterie, un animal considéré comme "le meilleur ami de l'homme" ? C'est de la barbarie et de l'incompétence car sortir les armes est toujours un aveu d'échec. » La Fondation propose l'aide de la Sacpa (Service d'assistance et de contrôle du peuplement animal) afin de capturer les chiens.
Pour le maire de Balazuc « c'est la sécurité qui est primordiale, surtout pour nous qui avons beaucoup de randonneurs. Bien sûr nous aurions aimé faire autrement, mais cela fait un an que nous essayons de nous en débarrasser avec l'aide de la SPA. » Les quatre mairies du plateau des Gras recommandent donc aux propriétaires de chiens de ne pas les laisser sans surveillance et de les rendre facilement identifiables visuellement.


Source : http://www.ledauphine.com/balazuc-il-y-a-trop-de-chiens-sauvages-la-battue-de-la-discorde-avec-brigitte-bardot--@/index.jspz?article=90467

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 > >>