Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

343 articles avec tout ou presque sur brigitte

Mireille d'Arc à propos de Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot s’oppose à l’égorgement lors de la fête de l’Aïd

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot s’oppose à l’égorgement lors de la fête de l’Aïd

Brigitte Bardot a partagé un long texte sur son compte Twitter où elle s’oppose à la cérémonie de l’égorgement de la fête de l’Aïd. Non Stop People vous en dit plus.

Brigitte Bardot est la principale actrice française à être clairement engagée en faveur de la protection animale. En 1986, elle crée à Saint-Tropez la fondation Brigitte Bardot, qui vient en aide aux animaux. Pour la faire reconnaître, elle met en vente aux enchères plusieurs de ses objets personnels, tels que des robes, des bijoux ou encore affiches dédicacées.  Elle déclare alors : "J'ai donné ma jeunesse et ma beauté aux hommes. Que je donne ma sagesse et mon expérience et le meilleur de moi-même aux animaux". Elle a réussi à obtenir 3 millions de Francs en vendant un diamant offert par Gunter Sachs. "L'immense diamant qu'il m'avait donné, qui a été une grande part de l'argent que j'ai récupéré, c'est lui qui l'a racheté. Il ne me l'a pas redonné parce qu'il se serait dit elle va encore le revendre pour les animaux. Mais enfin, il l'a racheté et m'envoie de temps en temps de belles sommes pour la fondation."

Son message contre l’égorgement

Et son combat ne s’est jamais terminé. Sur Twitter, Brigitte Bardot prend régulièrement la parole pour dénoncer la cruauté envers les animaux. Ce lundi 28 août, elle a partagé un long texte pour dénoncer la fête de l’Aïd où, pendant trois jours, des moutons sont égorgés. "Il est inadmissible que dans un même pays des individus soient autorisés à abattre des animaux dans la souffrance alors que la loi l’interdit ! Il est temps que la France arrête de se soumettre lâchement à des traditions barbares et obsolètes. (…) Il faut abolir impérativement toutes dérogations concernant les sacrifices rituels. Quelle terrifiante injustice de faire souffrir une partie des animaux destinés aux rituels alors que d’autres bénéficient d’un étourdissement préalable. (…) Tous les animaux doivent être étourdis avant la saignée comme cela se pratique déjà en Autriche, Danemark, Estonie, Finlande, Grèce, Islande, Luxembourg, Norvège, Suède et Suisse."

Source de l'article : Cliquez ICI

Brigitte Bardot s’oppose à l’égorgement lors de la fête de l’Aïd

Partager cet article

Repost 0

Décès de Mireille Darc: Brigitte Bardot "pleure (sa) petite soeur de cinéma"

Publié le par Ricard Bruno

Décès de Mireille Darc: Brigitte Bardot "pleure (sa) petite soeur de cinéma"

"Je pleure Mireille, Mimi, ma petite sœur de cinéma qui avait gardé son âme d'enfant, jouait à la dame en cachant sa fragilité et sa pudeur", a confié lundi Brigitte Bardot dans un texte adressé  après le décès de Mireille Darc.

"Généreuse, elle donnait plus qu'elle ne recevait. A la recherche d'amour et de protection, elle n'était pas qu'un sublime décolleté mais une belle âme et une délicieuse actrice", a ajouté l'ancienne actrice, qui avait tourné avec elle en 1961 dans "La Bride sur le cou", sous la direction de Roger Vadim.

Pour Brigitte Bardot, "c'est toute une génération brillante qui a marqué le 20e siècle qui s'en va, en laissant la place à une médiocrité ordinaire, loin, bien loin de cette magnifique +grande sauterelle+",surnom que le film éponyme de Georges Lautner avait valu à Mireille Darc.

Source de l'article : Cliquez ICI

Mireille d'Arc avait joué avec Brigitte Bardot dans le film "La bride sur le cou : 

 

Décès de Mireille Darc: Brigitte Bardot "pleure (sa) petite soeur de cinéma"

Brigitte Bardot Sophie Joséphine James Barbara Wilbury Mireille Darc Marie-Jeanne Edith Zetline Josette (as Edith Zetling) Michel Subor Alain Varnier Jacques Riberolles Philippe Belmas Claude Brasseur Claude Yves Barsacq  Serge Marquand Prince Robert Berri  Jean Tissier Concierge Guy Bertil  Bernard Fresson Serge Claude Berri Bernard Robert Dalban  Jacques Hilling  Max Montavon Waiter Claudine Berg(uncredited)  Robert Blome(uncredited)  James Campbell Petit rôle (uncredited) Jacques Plee(uncredited)  Dominique Zardi Un homme dans la boîte de nuit (uncredited)
Document sans nom
Cover-girl en renom, Sophie rêve d'une autre existence que celle toute extérieure qu'elle mène en compagnie de Philippe, un des photographes en vogue, très mondain et remuant. Cependant elle tient à son amant et lorsqu'elle découvre qu'il s'intéresse à Barbara, une richissime Américaine, elle enrage de jalousie au point de songer au crime passionnel, et se venge de l'infidèle en s'affichant avec des garçons de rencontre : Claude et Alain. Un matin, elle dérobe la carabine de Philippe et semble résolue à tirer sur ce dernier et sur Barbara. Alain a bien du mal à la calmer, mais il y arrive en lui proposant de jouer à rendre Philippe jaloux à son tour. Mais comme celui-ci part aves son Américaine aux sports d'hiver, Sophie et Alain doivent y aller aussi.La modicité de leurs ressources mises en commun ne permet à Sophie et à son amant de paille que d'obtenir un lit dans la resserre à matériel du palace où sont descendus leurs amis. Là, Sophie ne songe qu'à faire voler en éclat l'idyle de Philippe. Mais à force de vivre avec elle et de coucher par terre sur un matelas, Alain s'éprend de la cover-girl que Philippe ne songe plus guère à lui disputer. Une soirée dans un night-club ou Alain, voyant danser une des étoiles de l'établissement découvre par transfert la puissance et la nature du lien qui s'est crée à l'égard de Sophie, se termine par une double brouille entre les deux couples. De retour à l'hôtel, Alain décide de brusquer les choses et sous la menace de la fameuse carabine, exige de Sophie une attitude moins indifférente. Dès le lendemain matin, une avalanche persuadera Sophie qu'Alain est l'homme de sa vie et Philippe, que Barbara peut fort bien le consoler.

Partager cet article

Repost 0

Près de Bethléem, un refuge recueille la misère canine de Cisjordanie

Publié le par Ricard Bruno

Diana Babish dirige à Beit Sahour, près de Bethléem, un asile pour chiens, rare sanctuaire pour la gent canine dans les Territoires palestiniens

Diana Babish dirige à Beit Sahour, près de Bethléem, un asile pour chiens, rare sanctuaire pour la gent canine dans les Territoires palestiniens

Dina Babish, la quarantaine, a quitté son emploi dans une agence bancaire pour se consacrer à la protection des animaux.

Quand elle entre dans l'une des cages de son refuge, Diana Babish est assaillie par des chiots jappant pour une caresse en agitant frénétiquement la queue.

Diana Babish dirige à Beit Sahour, près de Bethléem, un asile pour chiens, rare sanctuaire pour la gent canine dans les Territoires palestiniens où la population n'a pas pour réputation d'être toujours tendre avec elle.
Chemisier, maquillage et bijoux discrets, Diana Babish, la quarantaine, a conservé le style qui devait être le sien quand elle dirigeait une agence bancaire, au sommet de ses vingt ans de carrière professionnelle.
Sans avoir la moindre connaissance vétérinaire, elle a abandonné son métier pour se consacrer aux créatures de tous poils qui l'entourent à présent: une quarantaine en tout, des blancs, des fauves, des noirs, la plupart l'oreille tombante, le pelage long ou court, des doux, d'autres qui regardent le visiteur en coin et par en-dessous. Ils n'ont pas l'air d'avoir eu la vie facile.

"Les animaux sont maltraités dans les territoires palestiniens alors qu'ils sont les créatures de Dieu", dit-elle.
Depuis qu'il a ouvert il y a 18 mois sur les collines rocailleuses de Cisjordanie, le chenil a soigné 130 chiens adultes et 200 chiots, avec le soutien d'organisation étrangères, comme la Fondation Brigitte Bardot.
Diana Babish les a nourris, elle a appris à leur administrer des piqûres, à leur prodiguer les soins nécessaires pour panser les plaies infligées par les hommes et les préparer à l'adoption.
Deux chiens en moyenne trouvent un maître chaque semaine, le plus souvent en Israël tout proche, les quadrupèdes représentant ainsi un pont discret entre les deux peuples malgré la persistance du conflit israélo-palestinien.
 

Les faire accepter

Il en coûte environ 60.000 dollars par an pour faire vivre le refuge. Les chiens ingurgitent chaque jour 50 kilos de nourriture en tout. Diana Babish y laisse une partie de ses économies.

La plus grande difficulté n'est pas de trouver de l'argent, mais "de faire accepter aux gens l'idée que des animaux puissent vivre dans la rue sans se faire exterminer", dit-elle. Comme dans d'autres pays du monde, les chiens errants ne sont pas bienvenus dans les rues. En Cisjordanie, nombreux sont ceux qui croient les chiens impurs et certains écrits islamiques parlent d'eux défavorablement. L'une des histoires racontées par le prophète Mahomet rapporte au contraire comment un homme qui croise un chien assoiffé descend dans un puits pour aller lui chercher de l'eau.

Dans la bande de Gaza, autre territoire palestinien séparé géographiquement de la Cisjordanie, un père de famille avait également ouvert un refuge pour chiens en 2016.
Karima Allan, une Palestinienne des environs d'Hébron, au sud de Beit Sahour, se souvient du jour où, paniquée, elle a appelé Diana Babish parce que l'une de ces chiennes errantes et faméliques qui arpentent la Cisjordanie, s'exposant au poison ou au fusil, était venue faire ses petits sous un arbre sur ses terres.
Ce sont les cris de l'animal qui l'ont réveillée. "On lui avait donné un coup de couteau dans le cou alors qu'elle allaitait toujours", relate Karima Allan. Elle a appliqué du désinfectant sur la blessure, a donné de la nourriture aux chiens et appelé Diana Babish, qui est arrivée à temps. La mère et ses petits ont survécu.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Saône-et-Loire : polémique autour d'un projet de ferme aux 4.000 bovins

Publié le par Ricard Bruno

"L'effectif instantané pourra atteindre un maximum de 3.910 bovins en préparation à l'exportation", selon la demande d'autorisation adressée à la préfecture par l'éleveur

"L'effectif instantané pourra atteindre un maximum de 3.910 bovins en préparation à l'exportation", selon la demande d'autorisation adressée à la préfecture par l'éleveur

Brigitte Bardot s'est dit "stupéfaite et scandalisée" d'apprendre l'existence de ce projet.

Après la ferme des "1.000 vaches" dans la Somme, Brigitte Bardot a dénoncé vendredi un projet d'exploitation, déjà vilipendé par les riverains, qui pourrait accueillir plus de 4.000 bovins en Saône-et-Loire, essentiellement pour des durées limitées. 

"Usine à vaches." "Je suis stupéfaite et scandalisée d'apprendre qu'un projet de ferme usine de plus de 4.000 bovins est à l'étude en Saône-et-Loire", a écrit Brigitte Bardot dans une lettre adressée au ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, et envoyée à la presse. "La concentration de milliers de bêtes dans ces bâtiments de la honte est aussi inacceptable que les convois de la mort qu'ils devront subir", a-t-elle poursuivi. Les riverains de l'exploitation basée à Digoin s'étaient déjà inquiétés mercredi dans le Journal de Saône-et-Loire, dénonçant une "usine à vaches" et annonçant leur intention de monter une association contre le projet.

"Au terme du projet de développement, l'effectif instantané pourra atteindre un maximum de 3.910 bovins en préparation à l'exportation", en plus du troupeau existant de 320 vaches allaitantes et 240 bovins à l'engraissement, selon la demande d'autorisation adressée à la préfecture par l'éleveur, qui restait injoignable vendredi.

Enquête publique en cours. L'activité consisterait à "accueillir des bandes de jeunes bovins, pour mise en quarantaine sanitaire durant cinq semaines avant d'être exportés vers des centres d'engraissement en France ou à l'étranger", ajoute le document, qui cite les "pays du Maghreb (plus particulièrement Algérie, Maroc) et la Turquie". Une enquête publique est en cours jusqu'au 22 septembre, à l'issue de laquelle la préfecture devra rendre sa décision sur la demande, datée de février 2017.

La direction régionale de l'environnement (DREAL) de Bourgogne Franche-Comté a déjà rendu un avis favorable, considérant que le dossier déposé par l'éleveur présente les "enjeux environnementaux et apporte des solutions acceptables pour concilier son activité avec ceux-ci".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

BB sur un plateau le 04 01 1971 Sur le tournage du Boulevard du Rhum

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot à Génève le 11 06 1961...

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Exposition à Draguignan...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Exposition à Draguignan...
Brigitte Bardot : Exposition à Draguignan...
Brigitte Bardot : Exposition à Draguignan...
Brigitte Bardot : Exposition à Draguignan...

Partager cet article

Repost 0

10 livres indispensables sur Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

 

livres brigitte bardot icone cinema biographie 11

Cet été, on se replonge avec délice dans la vie de Brigitte Bardot à travers 10 beaux livres, riches et passionnants. En somme, l'essentiel pour mieux comprendre l'inoxydable mythe BB.

Brigitte Bardot, le mythe éternel de Dominique Choulant, éditions Autres Temps

Brigitte Bardot, le mythe éternel de Dominique Choulant, éditions Autres Temps

Le style Bardot de Henry-Jean Servat, éditions Flammarion
Le style Bardot de Henry-Jean Servat, éditions Flammarion
 

Brigitte Bardot vue par Léonard de Raemy, éditions Didier Carpentier

Brigitte Bardot vue par Léonard de Raemy, éditions Didier Carpentier
 
Brigitte Bardot, la petite fiancée de Paris Match, éditions Glénat
Brigitte Bardot, la petite fiancée de Paris Match
 
BB en liberté de Jacques Héripret, éditions Eyrolles
BB en liberté de Jacques Héripret, éditions Eyrolles
 
BB par Brigitte Bardot, éditions Ouest-France
BB par Brigitte Bardot, éditions Ouest-France
 
Bardot, l'indomptable d'Alain Wodrascka et François Bagnaud, éditions Hugo & Cie
Bardot, l'indomptable d'Alain Woorascka et François Bagnaud, éditions Hugo & Cie
 
Brigitte, les années Bardot de Bernard Bastide, éditions Télémaque
Brigitte, les années Bardot de Bernard Bastide, éditions Télémaque
 
Initiales BB, mémoires de Brigitte Bardot, éditions Grasset
Initiales BB, mémoires de Brigitte Bardot, éditions Grasset
 
Brigitte Bardot, Répliques et Piques, rassemblées par François Bagnaud, éditions l'Archipel
Brigitte Bardot, répliques et piques, rassemblées par François Bagnaud, éditions l'Archipel
 

Partager cet article

Repost 0

Elvis Presley rêvait de rencontrer Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Elvis Presley rêvait de rencontrer Brigitte Bardot...

Elvis Presley rêvait de rencontrer Brigitte Bardot...

Issu d’un milieu très modeste, Elvis Presley a su se forger un destin hors du commun. Trente-deux ans après sa mort, son nom reste une légende.

N’est pas King qui veut. Pour prétendre à ce titre de légende, il faut avoir du talent, danser comme un dieu, afficher un sourire ravageur, un charisme digne des plus grands dandys, entonner des tubes et emballer les filles. Des qualités de séducteur et d’artiste qu’avait le grand Elvis Presley. Sans aucun doute, il est l’un des hommes qui ont marqué le XXe siècle. Avec des milliers de concerts à son actif, une trentaine de films à son palmarès et une cinquantaine de conquêtes féminines au compteur, Elvis Presley restera à jamais le roi du rock… et de la drague.

Un destin

Né le 8 janvier 1935 à Tupelo, dans le Mississippi, d’une famille pauvre, Elvis Aaron Presley est le fils unique de Gladys Love Smith et de Vernon Elvis Presley. Il a eu un frère jumeau, mort-né, appelé Jesse Garon Presley. Sa mère était ouvrière et son père travaillait dans une épicerie. En grandes difficultés financières, la famille Presley déménage à Memphis, dans le Tennessee, alors qu’Elvis n’a que 13 ans. Très vite, il affirme un goût prononcé pour la musique noire.

Eté 1953, Elvis a 18 ans. Il pousse alors la porte d’un petit studio d’enregistrement, Sun Records, à Memphis. Afin de faire un cadeau à sa mère, il décide d’enregistrer à ses frais (4 dollars) deux titres, My Happiness et That’s When Your Heartaches Begin, La secrétaire du studio note les coordonnées du jeune homme –encore inconnu– pour son boss, Sam Phillips. Même si le jeune chanteur n’emballe pas plus que cela le directeur du label, son style lui tape dans l’œil. En 1954, après de nombreux essais, peu concluants, Elvis entonne That’s All Right Mama, d’Arthur Crudup. C’est la stupéfaction. Il métamorphose ce titre, un blues à l’origine, en chanson rock and roll. Le jeune chanteur vient de trouver sa voie.

Un amour interdit

Après quatre ans de succès, de fans hystériques, de tubes et de tournées (surtout dans le sud des Etats-Unis), le bel Elvis part faire son service militaire avec l’US Army. Il coupe sa banane pour une coiffure de rigueur et décide de servir en Europe, « parce qu’il rêvait de rencontrer Brigitte Bardot », nous confie Patrick Mahé, auteur du Roman des amours d’Elvis (éd. du Rocher). En Allemagne, en 1959, il rencontre celle qui deviendra « la » femme de sa vie : Priscilla Beaulieu. Elle n’a que 14 ans et demi, lui 23. Il tombe sous le charme de la jeune fille, brune et pâle, en tenue d’écolière, qui collectionne ses photos… Quelques mois plus tard, Priscilla emménage à Graceland, avec le consentement de ses parents. Ils se marient en 1967 à Las Vegas. Neuf fois plus tard, le 1er février 1968, leur fille unique, Lisa Marie Presley, voit le jour.

Un mari volage

Bourreau des cœurs – même si pour tous son grand amour fut Priscilla –, le rocker s’est attiré bien des faveurs féminines, plus ou moins avérées. Avec son sourire en coin, ses yeux plissés et son Perfecto, il séduit les plus belles femmes : danseuses de cabaret, actrices, réceptionniste des hôtels les plus prestigieux… Blondes, brunes, rousses, toutes sont folles de lui et tombent dans ses bras : Anita Carter, Cheryl Holdridge, Alice ou Helen Kessler (peut-être même les deux), Nancy Sinatra (fille de), Dolores Hart… Patrick Mahé précise : « Il aurait plu à Mme de Fontenay, parce qu’il adorait les Miss. »

Un homme rattrapé par ses démons

De concert en concert, d’Etat en Etat, de soirées en mondanités, dès 1975, Elvis s’épuise. Il oublie même les paroles de ses chansons sur scène. En 1977, il entre en dépression à la suite de la sortie du livre « brûlot » de son ancien garde du corps (un ami d’enfance qu’il a renvoyé après que ce dernier eut violenté un fan), il se replie dans sa solitude à Graceland. A cette époque, il est marié à Ginger Alden, sa dernière compagne. Il avale des pilules prescrites par son « bon docteur Nichopoulos » qui lui prescrit une quarantaine de médicaments par jour… Il vit en retrait du monde. Se lève à 21 heures et se couche sur les coups de 9 heures du matin. Il grossit à vue d’œil et pèse cette année-là 106 kg.

Dans la nuit du 15 au 16 août 1977, Elvis – l’oiseau de nuit – entreprend une grande partie de squash. Entre 5 heures et 6 h 40, il se lance à corps perdu dans une grande bataille avec son cousin Billy Smith. Une fois l’affrontement sportif terminé, le King rejoint sa chambre à coucher vers 9 heures. Il avale un cachet de somnifère, comme à son habitude, mais cette fois-ci son cœur ne supporte pas. Il s’écroule sur le sol de la salle de bains, victime d’une d’arythmie cardiaque. Ginger Alden se réveille vers 14 heures. Son mari n’est pas au lit. Elle le cherche, l’appelle. Puis le retrouve étendu au sol. C’est la fin : le King est mort !

 

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>