Pamela Ander­son, Miley Cryus, les stars dans les pas de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Qui sont les nouvelles sauveuses des animaux?

Pamela Ander­son, Miley Cryus, les stars dans les pas de Brigitte Bardot

Pamela Ander­son, Miley Cyrus, Hélène de Fouge­rolles ou Stépha­nie de Monaco, les stars montrent les crocs quand on cherche la petite bête. Réelle convic­tion ou béquille affec­tive? Décryp­tage.

Sa carrière d’ac­trice, BB n’en a pas rêvé. Petite fille déjà, elle ne souhai­tait qu’une chose: « Ache­ter une ferme pour y soigner des animaux malades. » Pour y parve­nir, elle a elle a enduré bien des choses afin de toucher des cachets dès son quin­zième anni­ver­saire – impo­ser ses choix à ses parents, encais­ser les humi­lia­tions des réali­sa­teurs, s’ac­com­mo­der d’un public versa­tile –, c’était le prix à payer. Celle que l’on prenait volon­tiers pour une « ravis­sante idiote » a pour­tant pris son courage à deux mains pour s’en­tre­te­nir, en 1962, avec le ministre de l’In­té­rieur de l’époque au sujet des pisto­lets d’abat­tage ou encore affron­ter, en 1973, quatre jour­na­listes, Jean-Pierre Elkab­bach en tête, dans l’émis­sion poli­tique Actuel 2. C'est le déclic: elle aban­donne tout et devient porte-parole de la SPA. Après un cancer du sein, qui l’a rendue plus comba­tive encore, la star française crée, en 1986, sa propre asso­cia­tion de défense des animaux, la Fonda­tion Brigitte Bardot. « Privi­lé­gier l’aide aux animaux à l’aide huma­ni­taire est une façon de faire une bonne action sans se mettre en péril psycho­lo­gique­ment. On ne peut qu’i­ma­gi­ner leur souf­france, pas la ressen­tir. Cela ne nous inter­roge pas sur nous-même », décrypte le docteur de Lacombe, psychiatre.

Pamela Ander­son, elle non plus, n’a pas été épar­gnée par la vie. Fille d’un père alcoo­lique, l’ex-naïade d’Alerte à Malibu sera victime d’abus sexuels enfant et subira, adulte, deux viols… Les drames de son enfance, la blonde atomique, les a trans­for­més en destin de vie. « Cela explique pourquoi j’ai toujours eu du mal à faire confiance aux humains […]. Je suis deve­nue loyale envers le monde animal et me suis jurée de le proté­ger », confiait la star lors du discours d’inau­gu­ra­tion de sa propre fonda­tion, à Cannes, en mai 2014. Déjà, en 1990, Pamela a trouvé le récon­fort dans la défense de la cause animale alors que sa vie senti­men­tale était en plein marasme. Après un épisode de violence conju­gale, sa colère, l’ac­trice en fait un combat, elle mène ses premières campagnes auprès de l’as­so­cia­tion améri­caine PETA (Pour une éthique dans le trai­te­ment des animaux). Avant de dénon­cer au nom de Brigitte Bardot, les massacres de bébés phoques. Pam, quarante-huit ans, est venue en janvier dernier à Paris, défendre la lutte contre le gavage des palmi­pèdes face à une armée de ministres dans l’en­ceinte de l’As­sem­blée natio­nale.

Outre-Atlan­tique, les nouvelles B.B. s’ap­pel­lent… Leonardo DiCa­prioou encore Ryan Gosling. Le premier, habi­tué à finan­cer la protec­tion des tigres du Népal et des éléphants, s’est offert la tribune de la céré­mo­nie des Oscars pour sensi­bi­li­ser le Tout-Holly­wood à la protec­tion des espèces. Le second a depuis long­temps épousé la cause des poules maltrai­tées par l’en­tre­prise Costco ou celle des veaux écor­nés dans les élevages laitiers. En France, Hélène de Fouge­rolles, Nili Hadida, la chan­teuse du groupe de folk français Lilly Wood and The Prick et la ministre du Loge­ment, Emma­nuelle Cosse, aux côtés du collec­tif L214 – du nom de l’ar­ticle L214–1 du Code Rural, dans lequel, pour la première fois, les animaux sont dési­gnés comme des « être sensibles » – ont dénoncé à travers un docu­men­taire boule­ver­sant sur les pratiques de l’abat­toir du Vigan.

Quête de sens ou quête d’amour tout court? Hasard ou coïn­ci­dence, au moment où ses trois enfants quit­taient le nid fami­lial, en 2012, Stépha­nie de Monaco a sauvé deux éléphantes de l’eu­tha­na­sie. « Toutes les mamans connaissent ce senti­ment de vide. Baby et Népal ont fait irrup­tion dans ma vie au moment oppor­tun », confiait la prin­cesse. Avec Milky, Emu, Leroy, Lilo et les autres – six chiens, un chat, un cochon et un lapin -, la chan­teuse Miley Cyrus, vingt-quatre ans a trouvé dans son arche de Noé l’équi­libre affec­tif dont la célé­brité l’a privée jusqu’à main­te­nant. « L’ani­mal est un confi­dent fiable qui n’a pas besoin de mots. Il ne juge pas et n’exige rien d’autre qu’un bon trai­te­ment », confirme le Dr de Lacombe. Du sauve­tage animal au simple trans­fert, il n’y a qu’un petit pas, fran­chit allè­gre­ment par ces femme-enfant. Si, à vingt-neuf ans, Lady Gaga se contente de choyer Asia et Angel, ses « bébés », la showrun­ner leur a tout de même créé leur propre ligne de vête­ments. Avec leurs bébés à poils, « elles n’ont pas la pres­sion de réus­sir leur éduca­tion, de les prépa­rer à la vie », suren­ché­rit la psychiatre. Un sauve­tage gagnant-gagnant.

Source de l'article : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Commenter cet article