Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Engagements du ministre de l'Agriculture pour le bien-être des animaux d'élevage

Publié le par Ricard Bruno

Le ministre de l’Agriculture tient à rassurer les Français sur l’engagement de l’État pour l’amélioration du bien-être des animaux d’élevage, un sujet qui tient à cœur les Français. Un point sur ses déclarations et engagements.

Au lendemain de la démission surprise du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture, a présenté sa feuille de route pour améliorer le bien-être animal. Quels sont les mesures et engagements annoncés ?

Engagements du ministre de l'Agriculture pour le bien-être des animaux d'élevage

Les engagements du ministre de l’Agriculture concernant le bien-être animal

C’est en marge d’une visite dans les abattoirs de Puigrenier à Montluçon que Stéphane Travert a dévoilé sa feuille de route en 5 axes — innover, accompagner, former, contrôler et sanctionner — afin d’exposer comment un contrat d’engagements sur le bien-être animal sera passé entre tous les acteurs de la filière « avec le distributeur, l’abatteur et les éleveurs », a indiqué l’entourage du ministre.

« Nous avons pris des engagements avec la filière porcine », a déclaré M. Travert à propos de la castration des porcs. Il a parlé d’« un travail de longue haleine avec la filière pour trouver d’autres pratiques innovantes » et a précisé qu’un plan de sortie de la castration des porcs serait présenté d’ici la fin de l’année.

Les associations de défense des animaux dénoncent un « coup de com’ »

Pour la fondation Brigitte Bardot qui défend le droit des animaux, ce plan « est juste un coup de com après le tsunami Hulot, en utilisant opportunément le plan d’action “bien-être” animal 2016/2020 initié par Stéphane Le Foll ». Elle rappelle également que jusqu’ici le ministre « s’est opposé à tous les amendements favorables aux animaux d’élevage lors de l’étude du projet de loi Agriculture », il s’est entre autres opposé à l’installation de caméras de surveillance dans les abattoirs.

Dans la partie « innovation » de son plan d’action, le ministre de l’Agriculture a évoqué la création d’un centre de référence sur le bien-être animal piloté par l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), projet qui n’a rien de nouveau, car il avait été initié par le gouvernement précédent et mis en place fin 2017. Le ministre a expliqué que les recherches en cours devraient servir à améliorer les pratiques des professionnels de l’élevage, du transport et de l’abattage.

Vers la fin du broyage des poussins mâles ?

Stéphane Travert a également évoqué un partenariat avec une entreprise pour la création d’ici 2024, d’une nouvelle méthode qui permettrait de déterminer le sexe des poussins pour éviter qu’ils ne soient broyés vivants.

Cette sélection entre individus mâles et femelles permet aux industriels de ne garder que les futures poules pondeuses et d’assurer un maximum de rentabilité pour leur élevage.

« C’est une technique [le broyage des poussins mâles] qui existe aujourd’hui » « à laquelle il faut mettre fin ». « Nous avons engagé 4,3 millions d’euros avec une entreprise pour un dispositif qui permettra de faire du » sexage » (tri) à l’intérieur de l’œuf pour éliminer les poussins mâles, avant leur éclosion », a expliqué le ministre.

Mais pour les défenseurs de la cause animale, attendre 2024 alors qu’une technologie pouvant limiter la souffrance animale existe déjà ne fait pas l’effet d’une bonne nouvelle.

Toujours en ce qui concerne les élevages de poules industriels, M. Travert a rappelé l’engagement de la filière à réduire de 50 % la proportion d’œufs de poules issus d’élevages en cages d’ici à 2022.

Le transport des animaux d’élevage montré du doigt par les associations

« Transporter un animal, c’est veiller à son bien-être, à son chargement, dans le véhicule pendant les arrêts, et à son déchargement pour : respecter l’animal qui se trouve dans des conditions inhabituelles [et] respecter le travail de l’éleveur qui a veillé à son bien-être » peut-on lire sur le site du ministère de l’Agriculture.

Les associations de défense des animaux doutent toutefois des engagements du ministre à ce sujet. Agathe Gignoux, une porte-parole de l’association CIWF pour la défense des animaux d’élevage dénonce les pratiques de transport des animaux dont certains ont été vus « bloqués à la frontière turque, pendant dix jours, dans leur camion, sans eau, sans nourriture » cet été par des températures caniculaires. « Certains sont morts dans le camion », ajoute-t-elle.

Interpelé sur le sujet par le magazine 30 millions d’amis il y a quelque temps, le ministre de l’Agriculture avait décliné toute responsabilité, en rejetant la faute sur l’Espagne et la République tchèque, lorsque des bovins français avaient été retrouvés dans conditions sanitaires déplorables en Turquie.

Selon l’association CIWF, un nouveau convoi transportant 275 animaux d’élevage est bien parti fin août de la Loire vers Edirne en Turquie dans des conditions de températures « inadaptées » alors que la loi interdit le transport d’animaux lorsqu’il fait plus de 30 degrés (avec une tolérance de 5 degrés).

Le projet de loi agriculture et alimentation dont une partie traite du bien-être animal sera réexaminé à l’Assemblée à partir du 12 septembre 2018.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot : Communiqué de presse...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : Communiqué de presse...

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot satisfaite de la démission de Nicolas Hulot

Publié le par Ricard Bruno

Quelques heures après la démission de Nicolas Hulot de son poste de ministre de l'Écologie, Brigitte Bardot, engagée pour les animaux, a livré sa réaction sur l'antenne de BFM TV. Elle n'a pas caché sa satisfaction.

Pour l'actrice de 83 ans, le désormais ex-ministre de l'Écologie "n'a rien fait".

Elle salue finalement sa décision. "C'est bien, c'est parfait, c'est mieux que ce que j'espérais. (...). Quand on a le pouvoir d'un ministre, on s'impose, on ne se laisse pas entortiller, par Pierre, Paul, Jacques, Emmanuel. C'est très bien qu'il s'en aille, moi je suis ravie", a-t-elle dit.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Association Papaye : LES CHIMPANZES LUI DISENT MERCI MONSIEUR LE MINISTRE !

Publié le par Ricard Bruno

Association Papaye : LES CHIMPANZES LUI DISENT MERCI MONSIEUR LE MINISTRE !
Association Papaye : LES CHIMPANZES LUI DISENT MERCI MONSIEUR LE MINISTRE !

LES CHIMPANZES LUI DISENT MERCI MONSIEUR LE MINISTRE !

UNE BELLE RENCONTRE DANS LA PERSPECTIVE DE PLUS LARGES HORIZONS !

RENCONTRE DE NOTRE PRESIDENTE AVEC LE MINISTRE DES FORETS ET DE LA FAUNE, MR JULES DORET NDONGO !

Un Ministre compétent, un homme responsable et une réelle ouverture d'esprit !

Conscient de l'importance de la présence des ONG dans son beau pays et comprenant la volonté de notre association d'aider à protéger les trésors fabuleux du Cameroun en les sauvant et en luttant contre le braconnage et le trafic, nous avons trouvé en Mr Jules Doret Ndongo un interlocuteur vif et disponible.

L'association évolue désormais avec le soutien affiché des plus hautes autorités.

Un dynamisme éthique est en route pour assurer l'avenir de nos chimpanzés.

Merci Mr Jules Doret Ndongo

Traduction

MEETING OF OUR PRESIDENT WITH THE MINISTER OF FORESTS AND WILDLIFE, MR JULES DORET NDONGO !

A competent Minister, a responsible man and a real open-mindedness !

Aware of the importance of the presence of non-governmental organizations in his beautiful country and understanding the will of our association to help protect the fabulous treasures of Cameroon by saving them and fighting against poaching and trafficking, we found in Mr Jules Doret Ndongo a keen and available interlocutor

The association is now evolving with the support of the highest authorities.

An ethical dynamism is on the way to ensure the future of our chimpanzees.

Thank you Mr Jules Doret Ndongo.

 

Association Papaye : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Nicolas Hulot quitte le gouvernement !

Publié le par Ricard Bruno

Nicolas Hulot quitte le gouvernement !

Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, a annoncé son départ du gouvernement sur France Inter mardi 28 août. « Je prends la décision de quitter le gouvernement », a-t-il affirmé, tout en ajoutant « je ne veux plus me mentir ».

Il a assuré ne pas avoir prévenu ni le président de la République Emmanuel Macron, ni le premier ministre Edouard Philippe de sa décision de quitter son poste :

« C’est une décision entre moi et moi. »

Nicolas Hulot a cependant dit son profond respect pour M. Macron.

« J’espère qu’il tirera les leçons (de ma démission). »

« Les lobbies sont là »

Interrogé sur ses motivations, Nicolas Hulot a affirmé qu’il avait le sentiment que l’écologie n’était pas la priorité du gouvernement, alors que « ce sujet conditionne tous les autres ». Et d’ajouter :

« On s’évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres climatiques. »

Et de citer ses batailles avec le ministre de l’agriculture :

« Je ne peux pas passer mon temps dans des querelles avec Stéphane Travert. »

Notre analyse :   Nicolas Hulot, un ministre tiraillé entre lassitude et détermination

Et de déplorer, las, que son poste était « à la croisée des lobbies. Parce que les lobbies sont là ». Interrogé sur la manière dont il avait vécu son poste, Nicolas Hulot a répondu :

« Puisque je suis dans un moment de vérité...oui [ces 12 derniers mois ont été une souffrance]. J’ai abaissé mon seuil d’exigence ( ...) et là je me suis dit c’est le moment d’arrêter. »
Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Macron tente lundi de mettre d'accord Hulot et les chasseurs...

Publié le par Ricard Bruno

Macron tente lundi de mettre d'accord Hulot et les chasseurs...

Ben voyons et ça continue, encore et encore, on fait des courbettes aux chasseurs...

Quelle honte...

Bruno Ricard 

 Emmanuel Macron réunit lundi à l'Elysée le président de la Fédération nationale de la chasse Willy Schraen et le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot pour discuter du projet de réforme de la chasse, très critiqué par les défenseurs des animaux.

Au cours de cette rencontre seront notamment abordés les quotas et les dates de chasse, le renforcement des contrôles, la "simplification" du permis et la "mobilisation des chasseurs pour entretenir les milieux naturels", explique l'Elysée.

Le gouvernement a annoncé en mai qu'il préparait une réforme de la chasse comprenant une baisse du prix du permis, d'actuellement 400 euros par an. Il compte aussi mener une "gestion adaptative des espèces" chassables pour adapter les pratiques et les prélèvements autorisés à l'état réel de conservation des espèces.

Nicolas Hulot a donc lancé en août une concertation sur les quotas de chasse de plusieurs espèces comme l'alouette des champs, le merle noir et la grive pour la période 2018-2019. Les arrêtés déjà pris seront "ajustés" à l'issue de cette concertation.

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) s'est inquiétée de ces projets et dénoncé le "piégeage cruel de centaines de milliers d'oiseaux en France". Récemment, Brigitte Bardot, qui avait été reçue à l'Elysée fin juillet, a qualifié Nicolas Hulot de "trouillard" sur le dossier de la chasse et appelé à sa démission.

En février, le chef de l’État avait reçu Willy Schraen et pris l’engagement d'étendre les dates de chasse de l’oie cendrée en 2019 et d'étudier une diminution du prix du permis de chasse, ce dont la FNC s'était félicitée.

Plus d'un million de personnes pratiquent la chasse en France chaque année, avec un permis de chasse national ou départemental.

Emmanuel Macron s'est dit favorable à la réouverture des chasses présidentielles, remplacées en 2010 par des "battues de régulation", et était allé saluer des chasseurs mi-décembre près du château de Chambord.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Rémi Gaillard interpelle Nicolas Hulot pour transférer deux ours d'un parc animalier

Publié le par Ricard Bruno

Depuis 2010, Raspoutine et Flocke vivent au sein du parc de Marineland.

Depuis 2010, Raspoutine et Flocke vivent au sein du parc de Marineland.

Quelques jours après avoir demandé et obtenu le transfert de deux ours au zoo de Dunkerque, le vidéaste récidive avec deux ours polaires de Marineland d'Antibes.

Après Kiwi et Dominique, Rémi Gaillard vient en aide à Raspoutine et Flocke. Quelques jours après avoir milité et obtenu le transfert de deux ours d'un parc zoologique de Dunkerque, l'humoriste et grand défenseur des animaux s'engage pour de nouveaux ursidés. Le Montpelliérain demande le transfert de deux ours polaires de Marineland, parc animalier situé à Antibes. Et pour que la situation évolue, il en appelle à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. «Si Nicolas Hulot pouvait [...] suggérer le transfert des ours polaires qui se font chier sous la canicule à Marineland» s'alarmait Rémi Gaillard sur Twitter le 22 août dernier.

Connu pour ses impostures sur internet, Rémi Gaillard ne comprend pas que ces deux ours polaires, Raspoutine et Flocke, soient en captivité dans un parc du sud de la France. Contacté par Le Figaro, le vidéaste qualifie la situation «d'hérétique et de drôlement triste». Pour lui, le sort des deux ours équivaut à celui de «girafes en Antarctique». Fort du récent transfert des deux ours de Dunkerque, il compte sur la puissance des réseaux sociaux pour transférer ceux de Marineland. «C'est quand même étonnant que ce soit un clown qui alerte les gens sur ce type de situation», tempère le Montpelliérain.

En 2016, Rémi Gaillard était resté enfermer dans une cage de la SPA de Montpellier, pendant plusieurs jours, pour attirer l'attention sur le sort de ces animaux dans cette association. Une opération qui avait permis de récolter plus de 200.000 euros de dons. «Je ne pourrai pas sauver tous les animaux, je ne suis pas un superhéros» prévient toutefois celui qui totalise près de 3 milliards de vues sur internet.

Une pétition a recueilli près de 170 000 signatures

Mais dans cette histoire, ce «trublion du net» n'est pas seul. Depuis plusieurs semaines, certains internautes se mobilisent pour que Raspoutine et Flocke soient transférés. L'association «C'est assez!», qui défend les cétacés en captivité, a lancé une pétition en juin dernier, pour réclamer le transfert des deux ours. Près de 170.000 personnes l'ont signé.

Pour «C'est assez!», «des pics de chaleur avoisinant les 40°C ont été constatés. Or au-dessus de 10°C les ours souffrent d'hyperthermie». Afin de montrer que les ursidés souffrent de la chaleur, l'association a publié une vidéo où on voit l'ours Raspoutine haletant avec de la bave aux lèvres et tournant en rond. Une vidéo vue près de 900.000 fois depuis le 12 juin dernier. Par ailleurs «C'est assez!» pointe l'absence de zone d'ombre pour que les animaux se protègent du soleil, mais aussi que la cage réfrigérée soit fermée par une grille.

Le parc aquatique réfute ces accusations, qu'il juge «fallacieuses». Dans un communiqué, Marineland assure que l'hypersalivation de l'animal «résulte de son intérêt pour la femelle Flocke [non] réceptive ce jour-là» et n'a rien d'anormal. «Il n'est pas rare en période de rut chez les mammifères de voir les mâles cesser de s'alimenter, de s'abreuver ou de se reposer afin de passer chaque minute auprès des femelles» précise le parc.

Rémi Gaillard n'exclut pas une action

Depuis 2010, les deux mammifères vivent à Antibes. «Les ours ont en permanence accès à des locaux climatisés, à une source d'eau potable et à un bassin d'eau de mer à 14°C» assure Marineland. Pour mettre fin aux allégations sur les mauvaises conditions de vie des animaux, un constat d'huissier a été réalisé. Il atteste que chaque enclos a bel et bien des endroits ombragés mais aussi que les ours ont en permanence accès à des enclos climatisés.

Rémi Gaillard, lui, est bien décidé à ce que la situation évolue pour Raspoutine et Flocke. «Je ne lâche jamais et je suis bien décidé à ce que ça bouge» averti le Montpelliérain, qui souhaite leur transfert le plus rapidement possible. En cas d'immobilisme, il n'exclut pas de faire une action, et pourquoi pas de «rester enfermer dans une piscine jusqu'à ce que la situation évolue pour ces deux ours».

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Carcassonne: Pas assez sécurisées, les corridas de la feria sont annulées

Publié le par Ricard Bruno

Au moins c'est déjà ça, les taureaux ne seront pas massacrés pour le plaisir sadique de certains!

Bruno Ricard 

Faute d’autorisation, les spectacles taurins de la feria de Carcassonne ne peuvent avoir lieu…

Un taureau de combat lors d'une corrida.

Un taureau de combat lors d'une corrida.

La feria de Carcassonne a débuté jeudi et doit s’achever dimanche. Cette année, elles se dérouleront sans bovin. Rien à voir avec l’intervention d’activistes anti-corrida. Simplement, les arènes prévues par les organisateurs n’ont pas été autorisées à recevoir les spectacles taurins prévus.

Selon L’Indépendant, la commission de sécurité a constaté vendredi l’inachèvement du montage, seules deux-tiers des tribunes étant installées en début d’après-midi. Certains documents administratifs manquaient aussi à l’appel.

Pas de course landaise ni de novillada

Spectaculaire discipline acrobatique, la course landaise programmée vendredi soir n’a donc pu avoir lieu. Les novilladas (corridas où des apprentis toreros défient de jeunes taureaux) de samedi et dimanche ont également été annulées.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Portes ouvertes au sanctuaire des éléphants

Publié le par Ricard Bruno

d'imposants enclos sont en construction

d'imposants enclos sont en construction

A Saint Nicolas Courbefy, une association s’est donnée pour mission d’accueillir des éléphants qui ont vécu pendant des années dans des cirques pour leur offrir une retraite bien méritée. Samedi 25 août, Elephant Haven ouvrait ses portes au public.

e projet prend forme, mais les éléphants sont encore bien loin d’arriver. La petite association est parvenue à récolter pas moins de 500 000 euros pour construire un imposant enclos, nécessaire pour accueillir les pachydermes.

Les défenseurs des animaux militent pour qu’ils cessent de faire partie des numéros dans les cirques. Elephant Haven est assez grand pour offrir une retraite à trois éléphants qui ont passé une grande partie de leur vie sur la route.
 

Un beau projet

L’équilibre financier d’Elephant Haven est assuré à court et moyen terme grâce à des dons de particuliers ou de structures plus importantes comme World Animal protection ou la fondation Brigitte Bardot.

C’est un projet unique en Europe qui suscite beaucoup de curiosité. D’où l’idée de portes ouvertes ce samedi 25 août pour que le voisinage puisse découvrir l’endroit.

 

Beaucoup d’interrogations

A la préfecture de la Haute-Vienne, une commission spéciale a rendu un avis positif pour ce projet. Franck Haelewyn, vétérinaire et directeur zoologique du parc du Reynou, a donné son opinion en tant qu’expert.

Les éléphants qui ont vécu dans des cirques n’ont pas peur de l’homme, ce qui les rend encore plus dangereux. Ils sont extrêmement malins et habiles de leur trompe. L’enclos qui va les accueillir devra donc être extrêmement résistant.

Le coût d’acheminement d’éléphants à la santé fragile est de plusieurs milliers d’euros. Ils ont un caractère très individualiste et ne sont pas forcément compatibles entre eux. Le risque est que les 3 pachydermes qui arriveront en Limousin ne s’entendent pas et passent leur temps à s’affronter. Il faudra donc vérifier que tout se passe bien.
 

Pérennité du projet

L’association Elephant Haven est gérée par un couple d’une quarantaine d’année. Les éléphants qui seront recueillis en ont 30 et peuvent vivre jusqu’à 50 ans.

Le financement à long terme de l’association n’est pour l’heure pas assuré. Elle ne compte que sur des dons et la structure n’estpas compatible pour accueillir du public qui pourrait payer son entrée.

Selon Franck Haelewyn, s’occuper de tels animaux est un travail très lourd. Si Sofie ou Tony se blessent ou sont indisponibles, une seule personne ne pourra pas gérer les animaux seule. L’association ne compte aucun salarié.
 

La nourriture

Nourrir des éléphants est facile. Ils se contentent de foins, betteraves et carotte, faciles à trouver dans la région. C'est le point positif.

Bref, l’aventure est belle, mais fort compliquée à mener sur le long terme. Une question se pose aussi : est-il judicieux de consacrer autant d’argent à la conservation de seulement 3 animaux ?

Souhaitons beaucoup de courage à Sofie et Tony.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Ours dans les zoos: "Il y a une prise de conscience que l'animal sauvage n'a pas sa place dans un enclos"

Publié le par Ricard Bruno

Ours dans les zoos: "Il y a une prise de conscience que l'animal sauvage n'a pas sa place dans un enclos"

Victoire pour les défenseurs des deux ours du zoo de Dunkerque : ils vont bientôt déménager. L'humoriste Rémi Gaillard et des associations se sont mobilisées pour dénoncer les conditions de vie des deux animaux. L'un des deux, Kiwi, est la star du film de Jean-Jacques Annaud, "L'Ours".

D'après eux, les ours sont tristes, se cognent contre les vitres de leur enclos à cause du soleil. Kiwi et Dominique, deux ours âgés de 29 et 20 ans, quitteront donc en juin 2019 le Nord pour les Deux-Sèvres ou un autre zoo (le Zoodysée) s'est déclaré prêt à les accueillir.

"Il y a une prise de conscience que l'animal sauvage n'a pas sa place dans un enclos".

Cette décision de transférer les ours est une satisfaction pour la Fondation Brigitte-Bardot. La pression populaire peut faire bouger les choses, se réjouit Christophe Marie, son porte-parole:

"Les vidéos publiées par Rémi Gaillard ont eu un effet supplémentaire de pression auprès des responsables du zoo. Mais de manière générale, c'est le public qui peut agir en arrêtant de se rendre dans les zoos. C'est très important que les gens ne restent plus passifs. Il y a une prise de conscience que l'animal sauvage n'a pas sa place dans un enclos". 

 

"La décision de transfert a été une décision mûrement réfléchie"

Ce transfert n'a pas été réalisé sous la pression de la mobilisation sur internet, il était engagé depuis près de deux ans, répond Patrice Vergriete, le président de l'agglomération dunkerquoise:

"On ne peut pas déplacer des ours de manière précipitée. La décision de transfert a été une décision mûrement réfléchie et très difficile à prendre. Quand on a vu que les réseaux sociaux s'emballaient, on a fait des communiqués de presse. L'émotion n'est pas raison et je pense qu'il faut prendre des décisions équilibrées".

 

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 > >>