Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

425 articles avec brigittebardot

Brigitte Bardot. BB parmi étoiles de l’histoire chez Dupuis

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot. BB parmi étoiles de l’histoire chez Dupuis

La collection des étoiles de l’histoire qui est éditée chez Dupuis, se singularise par un remarquable travail de recherche à propos de personnalités qui ont fait briller le grand écran et qui ont été élevés au rang d’icônes, que ce soit pour ce qu’elles représentaient ou pour leurs parcours qui continuent toujours à fasciner.

La série qui compte pour ses débuts trois ouvrages de stars, (Charlie Chaplin, Marilyn Monroe et Brigitte bardot), s’enrichira certainement avec d’autres légendes du 7e art, d’autant que chaque livre est structuré tel une œuvre académique avec un avant-propos et une préface qui est signée par une référence du domaine (Claude Lelouch pour Charlie Chaplin, Mylène Demongeot pour Marilyn Monroe et Ginette Vincendeau pour Brigitte Bardot).

 

Brigitte Bardot. BB parmi étoiles de l’histoire chez Dupuis

Autant dire que le travail qui réalisé par Bernard Swysen au scénario des trois livres ressemble à une œuvre cinématographique qui permet d’en apprendre plus sur ces légendes du cinéma. Le scénariste qui a réalisé d’abord Charlie Chaplin avec le dessinateur Bruno Bazile, puis Marilyn Monroe et Brigitte Bardot avec Christian Paty, nous permet de plonger sans difficulté dans l’âge d’or du cinéma.

En effet, en feuilletant le livre Brigitte Bardot, on se rend compte que les auteurs ont voulu offrir au lectorat une touche de divertissement, à travers des dessins qui sont si bien illustrés puisque l’on n’a pas de mal à reconnaître Brigitte Bardot ou toutes celles et tous ceux qui ont croisé sa route. Tout y passe ; les amours de « BB », sa famille, ses amis, ses rencontres et tous les potins qui ont fait la une des magazines people, jusqu’à son combat pour la protection et la défense des animaux.

L’ouvrage est construit de manière intelligente et instructive se termine par la filmographie et la discographie de l’artiste, des affiches de ses films et un texte manuscrit qui écrit des mains de B.B elle-même au sujet de sa fondation.

Le livre qui englobe 218 pages peut aussi constituer un outil pédagogique pour permettre aux plus jeunes et aux moins jeunes de revivre la vie des étoiles de l’histoire.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot pièce de théâtre l'invitation au château ! la seule pièce que BB à faites !

Publié le par Ricard Bruno

Rarissime programme exceptionnel, signé de l'époque par tous les artistes présents dont Brigitte Bardot !  ©Collection privée Bruno Ricard 
Rarissime programme exceptionnel, signé de l'époque par tous les artistes présents dont Brigitte Bardot !  ©Collection privée Bruno Ricard 

Rarissime programme exceptionnel, signé de l'époque par tous les artistes présents dont Brigitte Bardot ! ©Collection privée Bruno Ricard 

Photo de presse ne t b Brigitte Bardot pièce de théâtre l'invitation au château Studio Lipnitzki 12cm x 17,5cm

Photo de presse ne t b Brigitte Bardot pièce de théâtre l'invitation au château Studio Lipnitzki 12cm x 17,5cm

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot les remercie d'avoir rendu hommage au textile roannais

Publié le par Ricard Bruno

L’exposition L’Aura des masques à Ambierle, qui rend hommage à tous ceux qui ont produit des masques pendant la crise sanitaire, a reçu une lettre signée de la main de… Brigitte Bardot.

Marie Pierre Alizay, conseillère à la culture et Claudie Beney pour la Maison de Pays, sont fières d’exposer la lettre que Brigitte Bardot leur a envoyée pour la robe de mariée qui sera exposée jusqu’à la fin du mois de septembre.

Marie Pierre Alizay, conseillère à la culture et Claudie Beney pour la Maison de Pays, sont fières d’exposer la lettre que Brigitte Bardot leur a envoyée pour la robe de mariée qui sera exposée jusqu’à la fin du mois de septembre.

C’est une belle surprise. Reçue en fin de semaine à Ambierle, cette lettre écrite de la main de Brigitte Bardot remercie les personnes qui ont préparé l’exposition L’Aura des masques. Cette dernière met en lumière le savoir-faire textile de la région Roannaise qui, lors de la crise sanitaire, a été fortement mobilisée pour confectionner des masques.

La robe de mariée de 1959 en vichy rose de Brigitte Bardot

 

Mais au-delà de son aspect sanitaire, l’exposition rend également hommage à la création textile et à la couture en exposant des tissus ayant servi à confectionner les vêtements de célébrités, comme Michèle Obama, Mick Jagger ou Brigitte Badot.

C’est le modèle de sa robe mariée de 1959 en vichy rose, plus précisément le tissu Zephir bob de la maison Déchelette-Despierres d’Amplepuis, qui a été réalisé par la filière textile du Lycée Carnot, que Brigitte Bardot a salué dans sa lettre.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Le mépris - Jean-Luc Godard - critique

Publié le par Ricard Bruno

Le mépris - Jean-Luc Godard - critique

Un "movie-movie" (film sur un film) où la question "qu’est-ce que l’amour" devient "qu’est-ce que le regard ?". Un long métrage intemporel de Godard.

 

Résumé : Le scénariste Paul Javal mène une vie heureuse avec sa femme Camille. Un jour, le célèbre producteur américain Jeremy Prokosch lui propose de travailler à une adaptation de l’Odyssée, réalisée par Fritz Lang à Cinecittà. Le couple se rend alors sur les lieux du tournage et rencontre l’équipe. Prokosch fait bientôt des avances à Camille sous les yeux de Paul. Cette tentative de séduction va sonner le glas de leur couple…

Critique : Fondé sur le roman d’Alberto Moravia, Le mépris raconte le lent et progressif déchirement d’un couple en Italie. Une sorte de voyage translpin qui finit mal. Camille (Brigitte Bardot) a peu à peu l’impression que son mari (Michel Piccoli) ne la regarde plus, ne l’aime plus. Alors que son époux doit s’atteler à la réécriture d’un scénario en train de se tourner à Cinecittà, le doute puis le mépris vont naître chez Camille. Et de là, l’incompréhension puis la colère de Paul ; d’ailleurs pas nécessairement innocent dans l’affaire. Le couple n’y survivra pas.
Au cœur du couple, au centre même de l’amour, le regard. Dès la première image du film, une voix off en parle déjà : "Le cinéma, disait André Bazin, substitue à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs. Le Mépris est l’histoire de ce monde." Godard annonce ce qui sera pour lui finalement non le nœud de l’amour, mais l’amour même : le regard. Pour Jean-Luc Nancy, "égard et regard sont à peu près le même mot : le re-gard indique le recul propice à l’intensification de la garde, de la prise en garde." [1]
L’égard que traque Camille chez son mari est constant, elle veut convoquer l’œil de celui-ci, le provoquer parfois aussi. Pour elle, son époux la trahit dès lors qu’il a cessé de l’observer, "son regard est pareil au regard des statues". [2] Ces mêmes statues antiques qui traversent le film de part en part, rappelant l’odyssée homérique vécue par le couple. Regard sans trou ni profondeur, alors même que le mot a aussi le sens de : "Ouverture destinée à faciliter les visites, les réparations." Ce couple n’a-t-il pas oublié, à un moment donné, de se visiter face à face et de consolider ses failles humaines ?
Les célèbres phrases "Tu les trouves jolies mes fesses ?", "Je t’aime totalement, tendrement, tragiquement" crient la dépendance du regard de l’Autre ; dépendance à être aimé, mais aussi à exister. "Chaque regard nous fait éprouver concrètement (...) que nous existons pour tous les hommes vivants", disait Sartre [3]. Une des réussites du Mépris est le point de vue même de Godard, personnel, réflexif, incisif, signant là un de ses chefs-d’œuvre, en dépit des quelques problèmes rencontrés au cours du tournage.
Les producteurs du film ne voulaient pas de scènes de sexe dans Le Mépris. Godard, fidèle à lui-même, fit mine d’accepter, tout en contournant l’ordre. La première séquence (post-générique) dévoile une Brigitte Bardot complètement dénudée sur un lit, "cul nu". Le regard y est au rendez-vous, voire au garde à vous. Et l’inoubliable musique de Georges Delerue [4] de contempler, caresser et traverser le corps de Bardot, illuminant à tout instant, comme la foudre, une tragédie décidément atemporelle.

Notes : Combien de cinéastes ont, suite au Mépris de Godard, débuté leurs films par une femme nue vue de dos ? Parmi les exemples les plus intéressants : Carrie (1976) de Brian De Palma, Moloch (1999) d’Alexandre Soukourov et Eyes wide shut de Stanley Kubrick - ce dernier racontant quasiment la même odyssée que celle du Mépris.

Source de l'article : Cliquez ICI

Le mépris - Jean-Luc Godard - critique

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot : “Je ne suis pas prête à mourir !"

Publié le par Ricard Bruno

Alors que Brigitte Bardot soufflera ses 86 bougies en septembre et que ses jours sont comptés, elle a déjà tout prévu pour son enterrement…

Serait-ce la période terriblement anxiogène que nous traversons depuis quelques mois qui donne à Brigitte Bardot des idées noires ? Il est vrai que l'effrayante pandémie qui s'est abattue sur le monde a des conséquences redoutables sur nos vies. Mais les deux mois de confinement ont été aussi, pour beaucoup, l'occasion de faire le point, de réfléchir au sens à donner à son existence…

Pour l'icône des années 1960, plus que jamais consciente de la fragilité des êtres et des choses, ce bilan a pris une tournure pour le moins tragique car, désormais, c'est à sa mort qu'elle se prépare ! C'est en effet avec des mots d'une puissance inouïe que BB a raconté, lors d'une longue interview accordée à Point de Vue, de quelle manière elle envisageait son passage dans l'au-delà. En guise de dernière demeure, elle se contentera d'une tombe modeste, loin des caveaux grandiloquents où reposent souvent les personnalités et les grands de ce monde. Celle qui, après avoir fait ses adieux au cinéma, a donné toute son énergie à la défense des animaux ne veut pas être portée au pinacle avec des statues à son effigie et encore moins un « mausolée à la Elvis  », qui renverraient à son statut d'actrice mythique. « Enterrer, ce n'est pas embétonner, s'emporte-t-elle.

Les mots ont un sens… Je souhaite un retour à la terre, à l'essentiel. Il n'y a rien de plus beau. » Pour cette tombe qu'elle veut épurée et sans fioritures, elle a déjà donné ses instructions. Et l'entreprise de pompes funèbres qui va s'atteler à la tâche devra les respecter à la lettre. Pour retrouver tout là-haut ces compagnons à quatre pattes qui l'ont rendue si heureuse, elle souhaite reposer en paix de la plus simple des manières, tout comme eux, réclamant sur sa pierre tombale une épitaphe des plus sommaires : « Mon nom, ma date de naissance, ma date de mort. Une petite croix en bois. Rien d'autre. Comme je l'ai fait pour mes chiens, mes chats, mes chevaux, mes moutons, que je rejoindrai. » L'ex-baronne Sachs von Opel – titre porté pendant ses trois ans de mariage avec Gunter Sachs – n'a jamais eu peur de choquer. Mais de là à envisager aussi froidement, depuis la Madrague, alors que les cigales chantent, son trépas avec autant de lucidité, voilà qui glace le sang !

Brigitte la frondeuse ose tout simplement briser, avec ce franc-parler qu'on lui connaît, le plus tenace de tous les tabous : la mort… À la fin des années 1950, la jeune actrice à la sensualité renversante, passée de la dure école de la danse classique au statut de sex-symbol, découvre les affres de la célébrité. Ses rôles jugés provocants choquent. Les femmes l'insultent dans la rue, les hommes la harcèlent… Elle doit très vite trouver un refuge pour se protéger. Ce sera une maison de pêcheur, les pieds dans la Méditerranée, dans un petit village varois qui fera bientôt parler de lui : Saint-Tropez ! La Madrague, son sanctuaire, elle ne l'a jamais quitté. « À partir de 1956, en un film (Et Dieu… créa la femme, de Roger Vadim), je suis devenue la fille la plus photographiée au monde. J'aimais cela au début, cela m'amusait, mais je ne me rendais pas bien compte de ce qu'il se passait. Et peu à peu, je ne me suis plus du tout sentie en sécurité face aux hommes. J'étais scrutée pour tout, poursuivie pour rien… »

Aujourd'hui, ce « tourbillon insensé » lui semble loin. À l'abri derrière les murs de son antre, elle mène à la Madrague une vie paisible en compagnie de ses chiens et de ses chats. Un petit paradis où elle souhaite être ensevelie, dans un coin tranquille du jardin luxuriant qui entoure la propriété. « J'aime le lieu de mon repos éternel, je l'ai choisi avec conscience, écrivait-elle déjà, il y a près de trois ans, dans son livre Larmes de combat (éd. Plon). Les formalités ont été effectuées, un endroit précis a été accepté par les autorités. » La star aurait pu choisir d'être inhumée dans le caveau familial du cimetière marin de Saint-Tropez, mais elle ne souhaite pas que la foule des badauds en fasse un lieu de visite, avec toutes les nuisances que cela pourrait entraîner… « Je préfère reposer là que dans le cimetière de Saint-Tropez, où une foule de connards risquerait d'abîmer la tombe de mes parents et de mes grands-parents, confiait-elle au Monde il n'y a pas si longtemps. Je veux qu'on leur foute la paix ! »

Néanmoins, bien consciente que ses admirateurs et admiratrices souhaiteront se recueillir sur sa tombe, elle a pensé à tout. Pour cela, ses fans devront s'acquitter d'un droit d'entrée pour visiter la Madrague qui deviendra, après sa disparition, un musée géré par sa fondation en faveur des animaux ! Alors, face à ces dernières volontés rédigées en plein cœur de l'été, on est tout de même en droit de s'inquiéter… Brigitte souffrirait-elle en secret d'un mal qui ne lui laisserait que peu de temps à vivre ? Pas du tout !

Fort heureusement, notre BB nationale se porte comme un charme. Mais à son âge, alors que ses jours sont désormais comptés, elle n'a eu d'autre choix que de tout prévoir pour son enterrement… Et c'est simplement l'urgence du temps qui passe qui lui a fait prendre ses dispositions, elle qui soufflera ses 86 bougies le 28 septembre prochain. « Je vous rassure, je ne suis pas prête à mourir », conclut-elle avec un large sourire. Nous voilà soulagés, très chère Brigitte !

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

De Paris à Saint-Tropez, Brigitte Bardot photographiée chez elle

Publié le par Ricard Bruno

De Paris à Saint-Tropez, Brigitte Bardot photographiée chez elle

« Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés... » fredonnait Brigitte Bardot dans sa chanson La Madrague. Si elle s'est rarement laissée photographier dans cette villa mythique de Saint-Tropez – souvent assiégée par les paparazzis, Brigitte Bardot a plusieurs fois dévoilé l'appartement parisien qu'elle partageait avec le réalisateur Roger Vadim.

L'appartement de Brigitte Bardot à Paris.Brigitte Bardot en train de danser dans son appartement parisien, 1954.

L'appartement de Brigitte Bardot à Paris.Brigitte Bardot en train de danser dans son appartement parisien, 1954.

Brigitte Bardot et Roger Vadim chez eux à Paris, 1952.

Brigitte Bardot et Roger Vadim chez eux à Paris, 1952.

Brigitte Bardot pose dans son appartement parisien, 1952.

Brigitte Bardot pose dans son appartement parisien, 1952.

Brigitte Bardot,18 ans, dans la chambre de l'appartement qu'elle partage alors avec Roger Vadim.

Brigitte Bardot,18 ans, dans la chambre de l'appartement qu'elle partage alors avec Roger Vadim.

Brigitte Bardot et le scupteur Miroslav Brozek assis sur le ponton de La Madrague à Saint-Tropez.

Brigitte Bardot et le scupteur Miroslav Brozek assis sur le ponton de La Madrague à Saint-Tropez.

Brigitte Bardot amarre son bateau devant sa propriété de La Madrague, à Saint Tropez.

Brigitte Bardot amarre son bateau devant sa propriété de La Madrague, à Saint Tropez.

À Paris, Brigitte Bardot prend la pose dans le salon de son appartement, 1962.

À Paris, Brigitte Bardot prend la pose dans le salon de son appartement, 1962.

Partager cet article

Repost0

AOÛT “Le Mépris” de Godard : histoire d'un tournage cauchemardesque

Publié le par Ricard Bruno

 

Après François Truffaut, Claude Chabrol et Jacques Demy, c’est au tour de l’enfant terrible de la Nouvelle Vague Jean-Luc Godard de faire son entrée sur Netflix. Quatre de ses plus grands films seront disponibles sur la plateforme de streaming à partir du 1er septembre prochain – dont “Le Mépris” (1963) un drame sentimental avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli. Retour sur le tournage tourmenté du film culte.

Michel Piccoli et Brigitte Bardot, "Le Mépris" (1963) de Jean-Luc Godard

Michel Piccoli et Brigitte Bardot, "Le Mépris" (1963) de Jean-Luc Godard

Après avoir connu le succès avec À bout de souffle (1960) ou encore Une femme est une femme (1961), le pionnier de la Nouvelle Vague Jean-Luc Godard souhaite réaliser son rêve de “grand film hollywoodien”. Adapté du roman éponyme d’Alberto Moravia, Le Mépris (1963) se tournera finalement dans les studios romains de la Cinecittà. Pour ce récit d’un film qui se fait et d’un couple qui se défait, Jean-Luc Godard fait appel à Michel Piccoli – qui montre tout son génie dans le rôle d’un scénariste en crise obligé de travailler sur un film pour recouvrir ses dettes – et Brigitte Bardot dans le rôle d’une épouse qui s’éloigne irrémédiablement. 

 

La rencontre entre l'icône populaire Brigitte Bardot et le cinéaste Jean-Luc Godard annonce le chef-d’œuvre à venir. Dès les premiers jours de tournage, le film prend une tournure spéciale. Les paparazzi italiens – c'est d'ailleurs au film La Dolce Vita (1960) de Federico Fellini, tourné au même endroit quelques années plus tôt, que l'on doit cette expression – se ruent sur le plateau, grimpent sur les murs ou les balcons qui entourent la Cinecittà pour voler quelques instantanés de Brigitte Bardot, femme la plus photographiée de l’époque. Lorsque l’équipe du film se déplace sur l’île de Capri, au large de Naples, pour une semaine de tournage dans la superbe villa Malaparte, les journalistes suivent le mouvement et se cachent dans les falaises qui bordent ce cadre unique et presque irréel – où seront tournées les images les plus cultes du film. 

 

Jean-Luc Godard, qui n’a jamais caché son admiration pour les stars de renommée mondiale (il tournera plus tard avec Alain Delon, Mick Jagger ou encore Johnny Halliday) entretient une relation cordiale avec Brigitte Bardot. Bien qu’il la trouve physiquement peu attirante, il voit en elle une bonne actrice dont il admire le côté amateur. Lors d’une célèbre interview télévisée, le réalisateur explique que les deux seuls problèmes qu’il ait eu avec Brigitte Bardot sont sa jupe, qu’il jugeait trop courte et son imposante coiffure que le réalisateur réussi à raccourcir avec un tour de passe-passe original : “je lui ai proposé qu’à chaque mètre que j’arriverai à traverser en marchant sur les mains, elle retire un centimètre de sa coiffure”.

Jean-Luc Godard, Michel Piccoli et Brigitte Bardot sur le tournage du film "Le Mépris" (1963) © Jean-Louis Swiners

Jean-Luc Godard, Michel Piccoli et Brigitte Bardot sur le tournage du film "Le Mépris" (1963) © Jean-Louis Swiners

Le cinéaste présente une première version au directeur de la Mostra de Venise, qui accepte Le Mépris en compétition. Mais l’argument ne convainc pas les producteurs, qui refusent de sortir le film. Ils jugent que Brigitte Bardot n’est pas assez mise en valeur, alors même que son cachet représente près de la moitié du budget de production. Raoul Coutard, directeur de la photographie raconte : “Ça a été un drame parce que Jean-Luc a été obligé de retourner un certain nombre de plans pour que les américains finissent de payer le dernier versement. On avait envoyé le film à Sam Levine [le producteur] et ensuite il a dit : non, non, ça ne va pas, je veux voir les fesses de Bardot !” 

 

Jean-Luc Godard répond par la provocation et envoie un montage complètement hasardeux à ses producteurs – qu’il surnomme “Mussolini Ponti” et “King Kong Levine”. Ces derniers envoient alors un représentant à Paris, giflé en pleine rue par le réalisateur. Après un procès et de nombreuses complications, le cinéaste se résout à tourner trois scènes supplémentaires, dont une seule apparaîtra au montage. 

 

Tu les trouves jolies mes fesses [...] et mes seins, tu les aimes ? Brigitte Bardot nue sur un lit détaillant son corps à Michel Piccoli est depuis devenue l’une des séquences les plus cultes du septième art. Pourtant gêné par les producteurs présents derrière la caméra – exigeant de voir chaque bout d’essai avant que le plan suivant ne soit tourné – Jean-Luc Godard répond à la contrainte commerciale avec un hymne au corps féminin, qu’il décrit comme “une scène d’amour total, complet, aussi physique que platonique”.

Bande-annonce – "Le Mépris" (1963) de Jean-Luc Godard

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot et Edith Piaf document court maisTotalement inédit !

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot...le must !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !
Brigitte Bardot...le must !

Partager cet article

Repost0

Abattage de 1430 renards en Seine-Maritime : Brigitte Bardot accuse le préfet « d'excès de zèle et de pouvoir mal placé »

Publié le par Ricard Bruno

Nouvel épisode dans le feuilleton qui oppose le préfet de la Seine-Maritime aux défenseurs des animaux. Cette fois, Brigitte Bardot monte au créneau pour sauver de l'abattage 1430 renards. Et la présidente de la fondation éponyme ne mâche pas ses mots.

En lançant fin mai une consultation publique sur un projet d’arrêté visant à abattre 1 430 renards, d’ici le 31 décembre 2020, en Seine-Maritime, le préfet n'avait sans doute pas imaginé les suites données à cette affaire.

À quelques jours de l'examen par le tribunal administratif de Rouen, le 2 septembre 2020, de deux nouvelles requêtes en référé contre cet arrêté préfectoral et d'un rassemblement annoncé sur Facebook à Rouen ce même jour, Brigitte Bardot a pris sa plume pour défendre les goupils.

« Acharnement personnel »

Une plume trempée dans l’acide pour questionner Pierre-André Durand sur « l’acharnement personnel » qui pousserait le représentant de l’État « à vouloir les tuer ».

Abattage de 1430 renards en Seine-Maritime : Brigitte Bardot accuse le préfet « d'excès de zèle et de pouvoir mal placé »

Dans ce courrier, l'ancienne actrice, s'interroge également sur la finalité de la consultation publique lancée en mai et juin derniers :

« Sur les 3 300 avis de cette consultation, 2 468 étaient contre votre projet d’arrêté (près de 75% des votants), écrit-elle. Vous avez décidé de passer outre, pourtant les renards ne représentent aucun danger pour l’homme, au contraire, ils sont des alliés précieux pour les agriculteurs en prélevant de nombreux rongeurs. »

Source de l'article : Cliquez ICI

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>