Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La fondation Brigitte Bardot hausse le ton contre la créatrice angoumoisine qui ose la fourrure

Publié le par Ricard Bruno

1122284_peaux-chats-2.jpg

1122284_campagne-fourrure-2012-ok.jpg

"Porter de la fourrure n’est pas un acte « écologique » mais bien un signe extérieur de cruauté et de stupidité!", estime, Christophe Marie, le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot (fbb).

Depuis la publication, mardi, de l'article de CL sur Stéfany B., la jeune créatrice de vêtement en fourrure, la FBB assure recevoir de nombreux témoignages de lecteurs scandalisés. Ils se disent «choqués» et reviennent point par point sur les dires de la jeune entrepreneuse.

Concernant le côté écologique mis en avant par Stéphanie Boussiquet, FBB, dénonce«une vingtaine d’élevages de visons qui concentrent des milliers de mustélidés dans des cages pires que les batteries pour poules pondeuses. Une fois la fourrure arrachée, le reste sera jeté à la poubelle ou servira à nourrir les prochaines victimes».

Et bien entendu, ils lui souhaitent d’échouer dans son entreprise et rajoutent deux photos choc de leurs campagnes de pub «je ne porte pas de fourrure».

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Octobre 1992 le mariage secret

Publié le par Ricard Bruno

BB-couv-Ormale-copie-1.jpg

Pour son quatrième mariage (après Roger Vadim, Jacques Charrier et Gunther Sachs), Brigitte a choisi la discrétion qui convient à la suite d’un coup de foudre : mariage dans une petite chapelle en Norvège le 16 août dernier. Le pasteur a dû rouvrir le temple pour y consacrer l’amour de la plus célèbre des Françaises. ­Résultat, une seule photo. Les époux s’étaient rencontrés par hasard le 5 juin, lors d’un dîner chez l’avocat de Brigitte. « Bernard m’a conquise en un baiser. » Il avait attendu la fin de la soirée pour lui ­en déposer un dans le cou : « J’avais près de moi un très bel homme que je n’avais pas vu de la soirée et dont les yeux ont soudain transpercé mon cœur. » Il a certainement trouvé les mots justes au téléphone, dans les jours qui ont suivi, pour essayer de la revoir en tête à tête. Car, en dépit de ses sublimes apparences, Brigitte se sous-estime : « J’ai toujours douté de moi à un point ­incroyable.

CE QU’ELLE DEMANDE (AUSSI) À UNHOMME, C’EST D’ÊTRE UN APPUI, UN MARI

J’étais émerveillée qu’un homme me trouve belle, je lui en avais une ­infinie reconnaissance, et j’avais peur qu’une fois démaquillée il me trouve affreuse… » Pour fêter cet événement, l’actrice a donné rendez-vous au magazine pour réaliser des photos, ce qu’elle n’avait pas fait depuis 1973 quand elle avait décidé d’arrêter le cinéma. Elle n’a pas changé, elle a gardé l’art inimitable de capter la lumière et de l’apprivoiser. Et elle a décidé de devenir, pour Bernard, une ­maîtresse de maison incontournable : elle va lui préparer les plats provençaux qu’elle préfère. Elle ne s’en est jamais cachée : ce qu’elle demande (aussi) à un homme, c’est d’être un appui, un mari. Elle a souvent souffert des pièges de la célébrité. « L’homme de ma vie avait tendance à se prendre pour Brigitte Bardot. Ce qui arriva bien des fois à ceux qui partagèrent ma vie. Il fallait être d’une grande intelligence pour ne pas céder à ce mimétisme. » Bernard est toujours là…

Source : Cliquez ici

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi voir "La parisienne"? Parce qu'on ne se lasse pas de la beauté de B.B.

Publié le par Ricard Bruno

 

 

CRITIQUE DVD - Les magasins rangent les films pour mieux attirer les acheteurs. Ainsi, quand on se balade dans le rayon "film français", classés souvent suivant l'acteur, on trouve la série des films tournés par les célébrités, des plus grands films aux nanars.

Ainsi, j'aime regarder Brigitte Bardot: quoi qu'elle joue, elle est si particulière, si belle, si naturellement désirable, que je veux bien regarder n'importe quoi, du plus grand des films (Le mépris par exemple, oùJean-Luc Godard lui fit précisément jouer le rôle de Brigitte Bardot, c'était le plus adéquat) au dernier des petits.

2012-10-29-UneparisienneFnac.comDVDZone2MichelBoisrondBrigitteBardotCharlesBoyer2.jpgJe trouve ainsi un film dont j'ignorais l'existence:La parisienne. Ce film de Michel Boisrond est sorti en 1957. Il est disponible en DVD dans la collection "Années 50" du producteur René Château.

Je me dis que cela ne doit pas être un film impérissable, mais Brigitte Bardot, du temps de sa splendeur, c'est-à-dire de sa jeunesse insolente faisant un pied-de-nez aux beautés plus distinguées et plus apprêtées, en est l'héroïne. Cela me suffit.

Un pur film des années B.B.

La page fixe sur laquelle s'ouvre le DVD ne s'y trompe pas, qui me propose non seulement le film, mais encore un documentaire sur "le cinéma des années 50" et la "bande-annonce" du film. Ce côté document, on le retrouve à travers de grands acteurs, très jeunes alors, dans des rôles minuscules: Judith Magre en serveuse de bistrot,Guy Tréjean en officier de protocole, etc. C'est donc pour cinéphile, entendez celui qui n'ignore rien et regarde tout ce qui passe. Pour voir Une parisienne, Il faut donc être un lettré du cinéma ou bien un ignorant qui gobe tout... Me voilà avertie!

Sur la couverture, B.B. est dessinée, en robe rouge très, très décolletée, avec des talons rouges, bien avant que Louboutin ne débarque. On est B.B. ou l'on ne l'est pas, pas besoin de designer. En 1957, elle est magnifique, jambes bronzées, cheveux blonds, lèvres rouges. J'aime les stéréotypes, surtout quand c'est la nature qui a fait coïncider la personne de B.B. avec l'idéal. Je remarque au passage que le personnage que B.B. interprète s'appelle Brigitte: pas de doute, le film n'a pour objet que de retenir l'image de Brigitte Bardot, du temps où elle était cette splendide belle plante.

2012-10-29-201210292.jpg


D'emblée, je suis d'accord pour accepter un médiocre film dans lequel elle va rayonner. Une personne resplendissante, éclatante naturellement, riante, blonde, c'est si rare. Je regarde le film pour retrouver cette merveilleuse personne qui n'existe plus: B.B.

2012-10-29-4.jpgIl ne faut pas chercher une histoire cohérente et structurée...

Cela commence sur les Champs-Elysées, sur lesquels B.B. roule en décapotable rouge. Puis, elle entre à Matignon dans la cour duquel sont rangées les D.S. (j'ai une pensée pour les mythologies de Roland Barthes et pense que B.B. en fait aussi partie). En 1957, elle est encore une jeune fille dont les jupes sont en dessous du genou.

Brigitte court après un homme plus âgé qu'elle, Michel (joué parHenri Vidal), le chef de cabinet de son père, le président du Conseil (nous sommes encore sous la 4e République). Bardot joue très mal mais cela contribue à la rendre encore plus mignonne. Elle ouvre grand les yeux pour montrer qu'elle est innocente et rit pour faire ressortir ses fossettes d'enfant.

Elle est censée être la secrétaire de Michel, qui a du mal à se concentrer alors qu'elle fait la danse des sept voiles devant lui et qu'elle l'épouse de force. L'histoire est invraisemblable, mais enfin c'est plus amusant que L'exercice de l'Etat, film sérieux et pourtant truffé d'inexactitude. Au moins, ici nous sommes en pleine comédie.


Les grands noms

En outre, quel plaisir de retrouver Noël Roquevert qui joue un vieux mari ronchon et jaloux, jetant des regards suspicieux sur ceux qui s'approchent de son épouse, laquelle est l'une des nombreuses maîtresses de Michel. Cette épouse est interprétée par Claude Maurier, (qui joua notamment la mère dans Les 400 coups). Elle est ici une intrigante, impérieuse et sans cœur. Oui vraiment, nous sommes en plein parisianisme!

2012-10-29-52.jpgCharles Boyer, toujours élégant et distingué, arrive en prince consort, venu de l'étranger en visite officielle. Dans une comédie, il ne faut jamais lésiner sur les titres! Il est dit que le prince aimerait avoir "l'hommage de Paris": il ne va pas être déçu, puisqu'il rencontre Brigitte. Certes, il accompagne la reine, mais si cela n'était pas un peu compliqué, la comédie perdra un de ses principes de base. B.B. apparaît à la soirée en robe rouge moulante et fait face au Prince Charles (cela ne s'invente pas). Elle fait alors le pari de le séduire, ce qui est jeu d'enfant, lorsque l'on est B.B., geignant de chercher ses perles égarées sous le guéridon.

En effet, dans une comédie à la française, il faut ces jeux de quadrille. Le film nous en fournit, avec des scènes où tous en robe de chambre se retrouvent dans la chambre de Michel entouré de toutes ces femmes en chemises de nuit qui l'appellent Mon chéri et qui dénient pourtant avoir le moindre lien les uns avec les autres.

La beauté pure de B.B., servie par la faiblesse du film


On ne saurait dire qu'il y a véritablement une histoire. Il ne s'agit que de servir la beauté de B.B., au fur et à mesure de scènes, comme on habillait les poupées de Peynet. Ainsi, elle se marie avec Michel, qu'au passage elle a cessé d'aimer -c'est ballot- et on peut l'admirer dans une belle robe de satin blanc qui souligne ses formes. Elle se déshabille pour le spectateur et se dévoile en corset blanc, en ayant laissé l'homme fraîchement épousé à la porte.

Quand ils se disputent, c'est-à-dire très souvent, elle se déshabille -pourquoi pas prendre ce prétexte?-, prend un bain en montrant ses belles jambes (c'est bien la meilleure position pour se disputer, n'est-ce pas?) et court dans l'appartement simplement vêtue d'une serviette de bains, les cheveux en bataille, dansant sur une musique entraînante sortant d'un pick-up. Bref, B.B.

Des scénettes autour de B.B.

Le film est composé de tableaux.

Par exemple:

  • B.B. en soubrette, mettant un tablier blanc sur sa robe Balmain de couleur caramel à encolure plongeante et servant à table, avec la maladresse qui va de soi, son mari et la maîtresse de celui-ci. La robe est si étroite que B.B. ne peut faire que des petits pas et le tissu si fin qu'on peut voir sa peau blanche au travers.

  • B.B. sur la plage de Nice en bikini, qui se demande avec ingénuité si elle ne va pas s'enrhumer à être si peu vêtue, question posée avec la moue boudeuse bien connue.

  • B.B. allongée sur un divan, buvant un porto et dissertant en balançant ses pieds nus.


J'aime bien cette succession de tableaux, charmants et vains. J'aime beaucoup le dernier: Brigitte se tourne de trois/quart vers la caméra, fait la moue et adresse un clin d'œil aux spectateurs.

 

2012-10-29-6.jpg


Signé B.B.

Source : Cliquez ici

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Manifestations anti-corrida du 20 octobre à Paris et à Nîmes

Publié le par Ricard Bruno

FONDATION BRIGITTE BARDOT

Dans les deux villes, les défenseurs des droits des animaux étaient nombreux à se révolter contre la décision du Conseil d'Etat et l'inscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France.

Malgré la pluie qui n'a cessé durant tout l'après-midi, plus de 1 000 manifestants étaient rassemblés sur la place du Palais Royal, près du Ministère de la Culture, pour réclamer l'abolition de la corrida.

A la tribune, de nombreux représentants de la cause animale ont pris la parole, parmi lesquels  : Yves Cochet, Allain Bougrain-Dubourg et le magistrat Gérard Charollois.

Par ailleurs, une délégation composée de Christophe Marie de la Fondation Brigitte Bardot, Jean-Pierre Garrigues, Vice-président du CRAC Europe, David Chauvet de Droits des Animaux, Orianne Vatin de la SPA et Henry-Jean Servat était reçue dans d'exellentes conditions pendant plus de 45 minutes par un représentant de la Ministre de la Culture. L’annulation de l’inscription de la corrida au PCI (patrimoine culturel immatériel) de la France était évidement au coeur du débat.

Au même moment, à Nîmes,  à l'appel de l'Alliance Anticorrida, de nombreux manifestants tout d'abord rassemblés devant la préfecture, ont défilé en cortège dans les rues de la ville, non sans avoir préalablement protesté sur le parvis des arènes.

Manifestation anti-corrida du 20 octobre 2012 à Paris

Merci à Aurélien pour cette vidéo

Partager cet article

Repost 0

Collection Bruno Ricard...

Publié le par Ricard Bruno

collection-personelle-1838--bis-.JPG

Dessus de la porte de cuisine

collection-personelle-1839--bis-.JPG

Montée de l'escalier : Tableau Brigitte Bardot vu par Tara...

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Visuels de Brigitte Bardot...que du bonheur...

Publié le par Ricard Bruno

--KGrHqN--n0FBZnQPO-sBQcesZSimg--60_12.jpg

--KGrHqZHJE0FB5kml8eCBQjQmryyug--60_12.jpg

1.jpg

Publié dans le web en parle

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot en couverture de la revue "Eléments"

Publié le par Ricard Bruno

Elements-n-145-octobre-a-decembre-2012.jpg

Partager cet article

Repost 0

Lettre de Sylvie Rocard au Ministre de l'Agriculture

Publié le par Ricard Bruno

Suite au courrier envoyé par Christophe Marie le 24 mai dernier, resté lettre morte ; Sylvie Rocard, administratrice de la Fondation Brigitte Bardot s'adresse au Ministre de l'Agriculture

Monsieur le Ministre,

Notre lettre du 24 mai étant restée sans réponse, nous vous en adressons copie afin de vous informer de la situation dramatique des animaux égorgés à vif, dans les abattoirs français, dans des conditions sanitaires douteuses et au dépend des consommateurs trompés qui n’en sont pas informés. Tout ceci dérogeant à l’obligation nationale et européenne d’étourdir les bêtes avant leur saignée. La douloureuse agonie de ces millions d’animaux n’est pas tolérable, il vous revient d’agir pour limiter la souffrance des bêtes au moment de leur abattage (voir nos arguments dans le courrier joint).

Trafics d'animaux de compagnie

Nous souhaitons également vous alerter de la surpopulation canine et féline, en France, et de l’engorgement des refuges qui ne peuvent plus assumer le flot continu d’abandons. Cette surpopulation est due, notamment, à la reproduction incontrôlée et à la vente de chiots et chatons par des particuliers. Les journaux gratuits et les sites comme "le bon coin", "paru-vendu", etc. fourmillent d’annonces pour la cession d’animaux (y compris exotiques) en totale infraction avec l’article L.214-8 du code rural, portant sur l’obligation de mentionner le numéro d’identification de l’animal, son âge, etc.

Les animaleries sont, elles aussi, source de problèmes avec l’importation de jeunes animaux, parfois non sevrés, issus de réseaux plus que douteux et entraînant des achats compulsifs, non réfléchis, qui se terminent trop souvent par un abandon.

Autre préoccupation relevée par le Dr Patrick Pageat, comportementaliste diplômé des écoles vétérinaires : "L’exposition en enceinte vitrée soumet les chiots à des stimulations continuelles sans qu’un chien adulte, normalement socialisé, puisse intervenir pour réguler les réactions de ces chiots. Il en résulte des troubles majeurs du développement comportemental (syndrome hypersensibilité-hyperactivité) qui rendent les chiens réfractaires à toute démarche éducative et contraignent à mettre en place des traitements lourds qui n’empêchent pas la persistance de séquelles qui altéreront toute la vie de l’animal", ceci pouvant également entraîner son abandon.

Quai de la Mégisserie à Paris

Tout cela peut être constaté en visitant les animaleries du quai de la Mégisserie. En ce lieu touristique, au cœur de Paris, sont entassés des centaines d’animaux dans des conditions indignes. Notre service juridique croule sous les plaintes déposées à l’encontre des ces magasins qui proposent à la vente des chiots et chatons malades, mais aussi des espèces protégées… Les services vétérinaires le savent parfaitement, les forces de l’ordre également, pourtant rien ne bouge depuis des décennies, faute aussi au sous effectif chronique qui touche vos services vétérinaires.

Dans ses réponses à notre questionnaire sur 9 thèmes de protection animale, François Hollande s’est engagé à renforcer les "contrôles en France, dans les animaleries, mais également au niveau des frontières de l’UE " pour lutter contre les trafics d’animaux. C’est une première étape, mais ces contrôles doivent impérativement s’accompagner de sanctions contre les contrevenants.

Soutien de la filière "bio"

Autre engagement du nouveau Président, celui de soutenir de nouveaux modes de productions (bio) plus respectueux des animaux "à tous les stades, de l’élevage jusqu’à l’abattage, en passant par le transport" et à une plus grande transparence pour les consommateurs qui ont "le droit d’être informés de la provenance de leurs achats, en matière textile comme en alimentation". Quelles sont les mesures prévues par votre ministère pour mettre en œuvre ces promesses ?

Vous remerciant de l’attention apportée à nos demandes et dans l’attente de votre réponse, soyez assuré, Monsieur le Ministre, de toute notre considération.

Sylvie Rocard

Administrateur

 

source : Fondation Brigitte Bardot

Partager cet article

Repost 0

Lettre ouverte de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Lettre-du-26-10-2012.png

Partager cet article

Repost 0

Pour Brigitte Bardot la France est "le plus grand abattoir de l'Europe"

Publié le par Ricard Bruno

 

La France est devenu le "plus grand abattoir de l'Europe", "l'annexe sanglante de l'Europe", lance Brigitte Bardot dans une lettre ouverte envoyée vendredi à la presse alors que débute l'Aid-el-Kébir, la plus grande fête de l'islam pour laquelle de nombreux moutons sont sacrifiés.

"A 78 ans, je me retrouve dans un pays que je ne reconnais plus, qui est devenu 'l'hexagone du plus grand abattoir d'Europe'. On y abat sans discontinuer tous les animaux sauvages ou domestiques sans aucun discernement et de manière épouvantable, à croire que la France est devenue à son corps défendant l'annexe sanglante de l'Europe", écrit l'ancienne actrice. Et d'ajouter : "j'en ai ras le bol d'être le témoin des rituels primitifs d'égorgements d'animaux qui d'année en année se multiplient jusqu'à abreuver nos terres du sang d'innocentes victimes au nom d'une tradition abominable".

Par ailleurs, selon un communiqué de la fondation Bardot, Christophe Marie, son porte-parole aurait "interpellé" vendredi matin à la Courneuve, Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale et ancien élu de Saine-Saint-Denis, sur un site d'abattage temporaire pour "dénoncer l'égorgement des moutons sans étourdissement préalable".

"Le préfet de la Seine-Saint-Denis et le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, étaient présents lors de cet échange au cours duquel Claude Bartolone s'est dit ouvert à un débat, à l'Assemblée Nationale, sur l'étourdissement des animaux avant tout type d'abattage", indique le communiqué.

En France et dans l'Union européenne la dérogation concernant l'abattage rituel (juif et musulman) reste une exception. Mais selon les défenseurs de la cause animale, elle tend à devenir une règle, pour des motifs économiques. C'est ce que dénonce depuis longtemps Brigitte Bardot, auprès des autorités publiques, sous l'égide de sa fondation.

Source : Cliquez ici

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>