Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle;;;;

STRASBOURG: L'HOMME QUI A DÉFENESTRÉ SON CHIEN CONDAMNÉ À HUIT MOIS DE PRISON FERME

Publié le par Ricard Bruno

La balance de la Justice (illustration).

La balance de la Justice (illustration).

L'homme qui a jeté son chien du 5e étage ce lundi a été reconnu coupable en comparution immédiate.
 

L'homme de 39 ans qui avait défenestré son chien lundi à Strasbourg a été condamné ce mercredi en comparution immédiate à 12 mois de prison dont quatre avec sursis.

Il lui est également désormais interdit de détenir un animal. Il a aussi reçu une obligation de soin en raison de ses problèmes d'alcool.

Poursuivi pour acte de cruauté envers un animal domestique ayant entraîné la mort, le prévenu encourait 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende.

Des milliers d'euros pour les parties civiles

Le condamné devra également verser entre 1600 et 2000 euros à chacune des sept partie civiles: la société protectrice des animaux, l'association Stéphane Lamart, l'association Action protection animale, la fondation 30 millions d'amis, la fondation Brigitte Bardot, l'association pour le développement du droit animalier et enfin la Brigade de la protection animale.

Maître Céline Boutin, l'avocate du prévenu, a indiqué étudier la possibilité d'interjeter appel, "dans la mesure où (mon client) se dit innocent".

"Le tribunal a fait preuve de mesure, mais le message est lancé: on ne maltraite pas un animal, sinon il y a une réaction judiciaire, et une réaction de notre part", a quant à lui réagi Didier Reins, avocat de la Société protectrice des animaux (SPA). "À la SPA, nous poursuivons tous les actes de maltraitance animale."

Lundi, le chien avait été retrouvé agonisant au pied de l'immeuble de son propriétaire. Une voisine avait prévenu la police après qu'un automobiliste lui eut affirmé avoir "vu une heure auparavant un alcoolique jeter son chien par la fenêtre du cinquième étage".

 
 

L'animal, un pékinois, avait dû être euthanasié vu l'ampleur de ses blessures. Il avait été jeté du 5e étage par son maître, très alcoolisé au moment des faits.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Nouveauté à paraitre : Et Bardot créa la femme de Catherine Rihoit édition de l'archipel sortie le 30 03 2023

Publié le par Ricard Bruno

Nouveauté à paraitre : Et Bardot créa la femme de Catherine Rihoit édition de l'archipel sortie le 30 03 2023
Résumé
Voir tout
Star parmi les stars, Brigitte Bardot a aussi été, pour le monde entier, le plus célèbre des sex-symbols. Elle garde aujourd'hui une place unique dans la mémoire du public. Dans cette remarquable biographie, Catherine Rihoit décrypte l'histoire du mythe BB.Brigitte Bardot, plusieurs vies en une

Star parmi les stars, Brigitte Bardot a été, pour le monde entier, le plus célèbre des sex-symbols. Très peu de vedettes ont, comme elle, lancé des modes durables et contribué à révolutionner les mœurs. Par un instinct étonnant,...
 
Partager cet article
Repost0

ANIMAUX MALTRAITÉS: DARMANIN ANNONCE LA CRÉATION D'UN RÉFÉRENT DANS CHAQUE COMMISSARIAT ET GENDARMERIE

Publié le par Ricard Bruno

ANIMAUX MALTRAITÉS: DARMANIN ANNONCE LA CRÉATION D'UN RÉFÉRENT DANS CHAQUE COMMISSARIAT ET GENDARMERIE
Un gendarme ou un policier dédié sera désormais chargé d’enregistrer les plaintes concernant la maltraitance animale, dans chaque gendarmerie et commissariat. "Ils sont sans défense face à la malveillance humaine et cela nous est particulièrement insupportable", a avancé le ministre de l'Intérieur.
 

Un nouveau dispositif pour mettre fin à la maltraitance animale. Gérald Darmanin a annoncé ce vendredi matin depuis un refuge de la SPA dans l'Essonne la création dans tous les commissariats et les gendarmeries de France d'un référent dédié aux plaintes concernant les violences sur les animaux.

"Les animaux sont des êtres vulnérables, doués de sensibilité, qui méritent notre protection. Les actes de violences qu’ils subissent parfois sont insupportables", a expliqué le ministre de l'Intérieur après sa visite d'un chenil et d'une chatterie.

Des maltraitances en hausse de 30%

Avec un objectif: former 4000 policiers et gendarmes et leur permettre d'être en lien avec les services vétérinaires de l’État et les associations de protection animale.

Source de l'article et vidéo : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Lille : Un homme devant le tribunal pour avoir violé à mort son chat

Publié le par Ricard Bruno

Image d'illustration...

Image d'illustration...

Préambule 

L'horreur, ce pauvre chat mort à cause d'un pervers, non mais j'ai halluciné quand j'ai lu la triste hostoire de ce chat.

Désolé mais pas de cadeau envers ce salopard de pervers, on doit lui couper les burnes, point barre, ce n'est pas possible, marre que chaque jour qui passe apporte son lot d'horreur, on vit dans un monde de fou.

Bruno Ricard 

PROCES Un homme de 55 ans a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Lille pour des sévices graves infligés à son chat. Des sévices ayant entraîné la mort, qualifiés de « viol » par les associations de défense des animaux parties civiles.

 

  • Un homme de 55 ans doit être jugé par le tribunal correctionnel de Lille pour des actes de cruauté envers un de ses chats.
  • Selon les associations organisées en parties civiles, il s’agit de zoophilie ayant provoqué de graves blessures et la mort de l’animal.
  • L’audience a été reportée sur demande du prévenu au mois de septembre 2023.

Le petit chat est mort. Ce jeudi, G.I., un habitant d’Haubourdin, près de Lille, devait être jugé par le tribunal correctionnel pour avoir infligé des « sévices graves ou actes de cruauté » à l’un de ses chats. Selon une source proche du dossier, il s’agit d’actes de zoophilie qui ont gravement blessé l’animal, à tel point qu’il en est mort.

Âgé de 55 ans, le prévenu s’est présenté libre devant le tribunal. Cheveux grisonnants mal fagotés dans une mini queue-de-cheval qui ne cache pas sa calvitie, regard fuyant derrière de petites lunettes, masque chirurgical vétuste porté sous le nez. Convoqué le 17 novembre dernier, G.I. a attendu la veille de son procès pour s’attacher les services d’un avocat. Ce dernier, ignorant le dossier a logiquement demandé, et obtenu, un report de l’audience à septembre 2023. « Je vis comme un SDF dans un garage depuis août », plaide pour sa part le prévenu d’une voix nasillarde.

Les « entrailles sorties d’une dizaine de centimètres »

Août, justement, c’est au cours de ce mois que se sont déroulés les faits qui sont reprochés à G.I. Si les associations de défenses des animaux évoquent dans le dossier des actes de zoophilie, voire un viol, le parquet a préféré retenir des « sévices graves ou actes de cruauté sur un animal domestique » avec la circonstance aggravante qu’ils ont été commis « par son propriétaire ou gardien ». Pour maître Charlotte Bultel, avocate de l’association Ani Meaux, « c’est une qualification des faits qui est sans doute plus intéressante pénalement pour les parties civiles que la zoophilie », assure-t-elle.

Les faits reprochés à G.I. se sont déroulés début août 2022, et c’est d’ailleurs lui-même qui est involontairement à l’origine de son renvoi devant le tribunal. Selon une source proche du dossier, le prévenu a contacté, le 9 août, les urgences vétérinaires pour signaler que son chat présentait une « éventration » et que ses « entrailles étaient sorties d’une dizaine de centimètres ». A son interlocuteur qui le pressait de questions, G.I. a reconnu des faits de zoophilie, assure l’association Stéphane Lamart, une autre partie civile.

 

« Compatibles avec des sévices sexuels »

C’est une troisième association partie civile, Cause animale Nord, qui a pu persuader le mis en cause d’amener son chat, prénommé « Permafrost », dans une clinique vétérinaire près de Lille. « Déchirure utérine, dilatation vulvaire et prolapsus vaginal », note le rapport vétérinaire que 20 Minutes a pu consulter. Ce même rapport conclut à des « lésions qui peuvent être compatibles avec des sévices sexuels de type pénétration vaginale. » Malgré les traitements, la prise en charge tardive de l’animal, quatre jours après les faits, et la gravité de ses blessures lui a été fatale.

Les plaintes déposées par deux associations ont permis l’ouverture d’une enquête débouchant sur une descente de police, mi-août, chez G.I. Là, dans un cabanon de jardin insalubre, ont été retrouvés 26 chats. Dans la cave de la maison, les policiers ont découvert une chatte agonisante qui n’a pas survécu. Sur ordre du parquet de Lille, les animaux ont été saisis et leur propriétaire placé en garde à vue. Après le renvoi de l’audience de ce mardi, G.I. a été placé sous contrôle judiciaire jusqu’au 7 septembre prochain, date arrêtée pour son procès.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot en couverture de la revue "Intimité" de février 2023

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot en couverture de la revue "Intimité" de février 2023
Partager cet article
Repost0

LA FBB SOUTIENT LE ZAMBIA PRIMATE PROJECT

Publié le par Ricard Bruno

LA FBB SOUTIENT LE ZAMBIA PRIMATE PROJECT
LE ZAMBIA PRIMATE PROJECT (ZPP) A POUR MISSION DE LOCALISER, SECOURIR, RÉHABILITER ET REMETTRE À L’ÉTAT SAUVAGE LES PRIMATES ENDÉMIQUES QUI SONT VICTIMES DE LA CHASSE POUR LA VIANDE DE BROUSSE ILLÉGALE OU DÉTENUS EN TANT QU’ANIMAUX DE COMPAGNIE EN ZAMBIE. ZPP A ÉTÉ CRÉÉ EN 2009 PAR LA DR CHERYL MVULA, À L’ORIGINE EN TANT QUE PROJET DE LA BORN FREE FOUNDATION.

Aujourd’hui, ZPP est enregistrée en tant qu’organisation zambienne de protection des primates sans but lucratif opérant à partir du parc national de Kafue en Zambie. Le travail de ZPP couvre l’ensemble de la Zambie en étroite collaboration avec le ministère des Parcs nationaux et de la Faune. Son programme de sensibilisation permet également de modifier les comportements profondément enracinés au sein de la population à l’égard des primates.

Le braconnage des singes et des babouins est perpétué par une perception, malheureusement courante en Zambie, des primates en tant que « ravageurs ». Une enquête de 2017 a révélé que 63 % des adultes pensent qu’il est légal de garder les primates comme animaux de compagnie, tandis que 46% des adultes croient qu’il est légal de manger de la viande de babouin. Depuis sa création en 2002, le ZPP a réussi à sauver, réhabiliter et remettre à l’état sauvage 780 primates captifs.

Le soutien de la FBB a permis le sauvetage de 10 primates détenus illégalement en Zambie et au relâché d’un groupe de 28 singes vervets. Le centre poursuit ses sauvetages à travers le pays.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Une enseigne de Cap 3000 reversera ce dimanche l'intégralité de sa recette du jour à une association de protection animale

Publié le par Ricard Bruno

Ce dimanche, une enseigne de spécialités belges reversera l'intégralité de son chiffre d'affaires à une association de protection animale

ne urne sera également à disposition pour recevoir des dons. Photo Jean-Pierre Belzit

ne urne sera également à disposition pour recevoir des dons. Photo Jean-Pierre Belzit

Une douceur pour faire avancer la protection animale. Dimanche, la boutique La Belle Liégeoise, à Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var, reversera l’intégralité de son chiffre d’affaires de la journée à l’association Action protection animale, qui lutte contre la maltraitance de nos compagnons à quatre pattes.

L’enseigne de Saint-Laurent-du-Var, spécialisée dans les gaufres belges et les glaces artisanales, disposera également une urne pour recueillir les dons de ses clients, tandis que des bénévoles de l’association seront présents toute la journée.

Action protection animale lutte contre toutes les formes de souffrance animale, veille à ce que les lois protégeant les animaux soient respectées, sensibilise l’opinion publique et participe à l’éducation des plus jeunes.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article
Repost0

Il s’était filmé en train de dépecer un chat: condamné, sa peine alourdie en appel

Publié le par Ricard Bruno

La cour d’appel de Metz a condamné jeudi 19 janvier 2023 un homme de 20 ans à deux ans d’emprisonnement, dont huit mois ferme, pour avoir tué un chat et l’avoir dépecé en se filmant avant de diffuser les vidéos sur Snapchat.

Photo d’illustration

Photo d’illustration

Début novembre, le jeune homme avait posté plusieurs vidéos sur le réseau social Snapchat, se montrant en train de dépecer un chat. Dans plusieurs messages, il expliquait avoir tué le chat en lui tirant une balle de plomb dans la tête. En première instance, au tribunal de Sarreguemines (Moselle), le prévenu avait été condamné à 10 mois d’emprisonnement, dont 4 mois ferme, mais le parquet avait fait appel de cette décision.

 

« La cour d’appel a bien pris conscience des faits commis par le prévenu, la peine est beaucoup plus satisfaisante que celle qui avait été prononcée en première instance», a réagi auprès de l’AFP Me Laure Vayssade, avocate de l’association « Stéphane Lamart pour la défense des droits des animaux ». La SPA, les fondations Brigitte Bardot, 30 millions d’amis et Assistance aux animaux s’étaient également portées partie civile.

Entre 2016 et 2021, le nombre d’atteintes aux animaux domestiques a augmenté de 30 % pour atteindre 12 000 faits constatés en 2021 (mauvais traitements, sévices graves et actes de cruauté notamment), avait annoncé fin octobre le ministère de l’Intérieur. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin en avait profité pour annoncer la création d’une division d’enquêteurs, composée de 15 policiers et gendarmes spécialisés, chargée « spécifiquement de la maltraitance animale ».

 

La loi de lutte contre la maltraitance animale, promulguée le 30 novembre 2021, a renforcé les sanctions en vigueur : le fait de commettre des « sévices graves » ou un « acte de cruauté » envers un animal peut désormais engendrer des peines allant jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

 

Partager cet article
Repost0

Neko le chat martyr du TGV

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>