Saint-Aubin-le-Guichard : un expert a été missionné en ce qui concerne le différend opposant la Fondation Bardot et une riveraine

Publié le par Ricard Bruno

Saint-Aubin-le-Guichard. Le tribunal s’est prononcé sur le différend opposant une riveraine à la Fondation Bardot, tandis que ses personnels se disent toujours diffamés et insultés.

Saint-Aubin-le-Guichard : un expert a été missionné en ce qui concerne le différend opposant la Fondation Bardot et une riveraine
Les personnels, qui craignent une fermeture administrative du site, ont mis en ligne une pétitionqui a recueilli, à ce jour, plus de 52 000 signatures
1/1

 

Depuis 2009, 3 M€ ont été investis par la Fondation Brigitte Bardot dans son refuge de La Mare-Auzou, à Saint-Aubin-le-Guichard, pour diminuer au maximum les nuisances sonores provoquées par des chiens. Certains voisins s’en étaient plaints par le passé - lire notre édition du 22 avril. « C’est plus que notre budget annuel de fonctionnement, qui s’élève à 2,8 M€ pour 1 000 animaux hébergés », précise Bruno Jacquelin, chargé de communication auprès de la Fondation Brigitte Bardot. Il n’a jamais nié la réalité d’une gêne potentielle pour le voisinage.

Mille euros d’astreinte demandés

Cet investissement a été mis en place dans le cadre de l’arrêté préfectoral du 27 juillet 2009. Il enjoignait la fondation de procéder à « la fermeture et à l’isolation acoustique de 11 bâtiments existants hébergeant des chiens, la construction d’un bâtiment quarantaine pour chiens et la mise en place d’écrans acoustiques absorbants d’une hauteur de 3,50 m en périphérie des installations sur une longueur d’environ 500 m ».

Suite à la réalisation de ces différents travaux, une étude acoustique avait été simultanément prescrite - après la construction d’écrans phoniques - « pour valider le dispositif mis en place ». Selon le calendrier établi, tous les travaux ont alors été effectués, hormis l’installation du mur antibruit. En effet, la Fondation Bardot a argué des changements importants dans la configuration des installations, susceptibles de modifier la dispersion des bruits nuisibles, pour réclamer une étude acoustique préalable à la construction des écrans phoniques. Le but étant de les rendre vraiment efficients.

Mission sanitaire rejetée

On est au cœur du débat. Mais jusqu’alors, certains riverains s’opposaient à la réalisation d’une telle étude, soupçonnant qu’elle ne se fasse pas de façon totalement indépendante. À la tête de ces derniers, Carole Golovko, résidant dans le village de Gouttières et principale plaignante dans cette opposition. Elle avait demandé en parallèle une astreinte de 1 000 € par jour de retard pour non-respect de l’arrêté préfectoral par le refuge. De son côté, la préfecture nous précise que « la procédure administrative suit son cours ».

Le 13 mai, une ordonnance de référé a été rendue dans cette affaire qui opposait la Fondation Bardot à Carole Golovko. Il en ressort qu’une mission d’extension de l’expert judiciaire a été prononcée afin qu’une nouvelle étude acoustique puisse être lancée, notamment, par la pose de sonomètres dans les propriétés privées. Ainsi, le tribunal de grande instance d’Évreux a suivi l’avis de l’expert qui a « insisté sur la nécessité de réaliser un certain nombre d’études acoustiques afin d’apporter un avis éclairé sur l’état actuel des travaux engagés par la Fondation Bardot ».

En outre, à l’occasion de ce jugement, Carole Galovko avait « reconventionnellement sollicité l’extension de la mission de l’expert [...] à la vérification de l’état de santé des animaux confiés au regard des règles de santé et de sécurité publique ». Les prétentions de Carole Golovko dans ce domaine ont été rejetées tandis qu’elle nous confiait, en avril, avoir « une suspicion de mauvais traitements ». Aujourd’hui, elle se déclare « ravie que les écoutes soient réalisées par un expert judiciaire parce qu’il n’y aura pas de possibilité de tricherie dans ce cas ».

Pour l’heure, les personnels employés au refuge s’estiment encore régulièrement diffamés et insultés par ses détracteurs. Il est donc probable que la Fondation Bardot n’en reste pas là.

Source : Cliquez ICI : http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3241806/un-expert-est-missionne#.VWJOGpUw84k

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article