Les daims malades auront la vie sauve !

Publié le par Ricard Bruno

 

La Fondation Brigitte-Bardot s'est engagée à débloquer environ 30 000 euros afin de construire une clôture. Mais le foyer refuse d'entretenir l'encombrant cheptel.

6-copie-6.jpg

Ces animaux-là - malades, consanguins, dégénérés - seront traités avec la plus grande humanité ! Une réunion spéciale, - une de plus - en présence des services de l'État, de l'Office national de la chasse, du conseil général, de la mairie... s'est tenue hier matin en préfecture afin de faire le point sur le troupeau de daims du Foyer d'accueil et de vie de Belloy-sur-Somme. Une réunion présidée par le sous-préfet Bernard Florin lui-même, chargé de mission auprès du préfet de région pour la faune sauvage.

Rappel des épisodes précédents : ce troupeau s'est développé de manière totalement désordonnée - et non conforme à la réglementation - à partir de 1999, date où les quatre premiers daims ont été introduits. Leur abattage avait même été envisagé en raison de leur mauvais état sanitaire (Courrier picard du 1er mars 2013). Mais ni la responsable du troupeau, Mme Nicole Josse, présidente de l'association propriétaire des lieux, ni la Fondation Brigitte Bardot, ne voulaient en entendre parler.

Hier, le sous-préfet n'avait que des bonnes nouvelles à annoncer : l'association de Mme Josse souhaite « se conformer à la réglementation » et a « adressé aux services compétents : un dossier de déclaration de l'élevage afin de le régulariser, une demande de certificat de capacité pour un de ses agents ayant en charge l'entretien des animaux ; une déclaration de marquage des daims mâles stérilisés ; enfin une demande d'autorisation pour construire un nouvel enclos. Les services de l'État vont procéder à l'instruction de ces différentes pièces et dossiers. Ils vérifieront particulièrement : la conformité du nouvel enclos (..) et la densité du futur enclos », indiquait ainsi un communiqué de la préfecture à l'issue de la réunion.

« C'est exactement ce que nous souhaitions s'est aussitôt réjouie Aline Maatouk, au nom de la Fondation Brigitte-Bardot qui précise : « Nous sommes effectivement prêts à financer les travaux de réalisation d'un grillage spécial pour les cervidés à hauteur d'environ 30 000 euros. » Autre précision : « L'élevage comptera vingt-deux têtes, douze mâles vasectomisés et dix daines pour un hectare, une densité conforme à la réglementation. »

Mme Nicole Josse n'était pas joignable hier malgré nos multiples tentatives.

Reste une question : l'argent public que le conseil général consacre aux vingt-huit adultes handicapés du foyer de vie ne va-t-il pas financer indirectement la survie d'animaux malades et parfaitement inutiles sur le plan thérapeutique ? Hier, personne n'était en mesure de répondre clairement à cette question pourtant simple.

Source : Cliquez ici

Affirmation gratuite du journaliste, la fondation

 n'a jamais eu l'intention d'abandonner les daims !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article