Abattoirs : Réponse du député Thierry Solère...

Publié le par Ricard Bruno

Voici la réponse de mon député de la 9ème circonscription des hauts de Seine...Thierry Solère concernant la proposition de loi au respect de l’animal en abattoir.
Je vous invite à faire de même auprès de votre député...
Bruno

Abattoirs : Réponse du député Thierry Solère...

Commenter cet article

charlotte aeschelmann 24/01/2017 20:59

Bonjour
Suite je crois a l association L 214 j ai adresse un mail a tous les elus du 9.3 en date du 16 janvier 2017, a ce jour 24 janvier, seule Elisabeth GUIGOU y a repondu et ouf favorablement...

de "Élisabeth Guigou"
ajouter à mes contacts
créer une alerte SMS
à "Charlotte AESCHELMANN"
date 16/01/17 10:46
objet RE: Loi Falorni : soutenez les amendements visant à réduire la souffrance des animaux

voir l'en-tête complet

Madame,



Vous avez souhaité me saisir sur la proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir qui a été examinée jeudi 12 janvier en séance publique et je vous en remercie.



Comme vous le précisez dans votre courriel, l’examen de cette proposition de loi a fait suite aux travaux de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français, commission à laquelle participaient nombre de députés du groupe SER. Ses travaux ont abouti à 65 propositions inscrites dans le rapport de Jean-Yves Caullet pour l’amélioration du bien-être animal et des conditions de travail des salariés des abattoirs.



Les débats en commission ont été l’occasion de mettre en commun les différents points de vue, à l’issue des nouvelles auditions qu’Olivier Falorni a menées en tant que rapporteur de cette proposition de loi. Ainsi que nous l’avons indiqué à cette occasion, les députés socialistes sont particulièrement attentifs à prévenir autant que possible les actes de maltraitance animale. Nous sommes également attachés à préserver à la fois les conditions de travail des salariés et la compétitivité de nos abattoirs, qui permet de préserver de nombreux emplois sur notre territoire.



C’est pourquoi, nous avons adopté un dispositif d’expérimentation du contrôle vidéo. Il durera de la promulgation de la loi jusqu’au 1er janvier 2018 et permettra ainsi de mettre en œuvre un mécanisme de protection des animaux, en préservant les conditions de travail et la dignité des salariés des abattoirs. Nous ne souhaitons pas brader l’une ou l’autre de ces deux grandes priorités.



Nous avons donc soutenu cette proposition de loi en faveur du bien-être animal, complétée d’un dispositif concret et efficace, tel que proposé par un sous-amendement de Mme Frédérique Massat. Nous portons haut et fort la double exigence de l’éthique et du respect dû à ces salariés dont les conditions de travail doivent être garanties.



Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments distingués.



Elisabeth Guigou

Députée de la Seine-Saint-Denis (Pantin – Aubervilliers)



De : Charlotte AESCHELMANN [mailto:charlotte.aeschelmann@orange.fr]
Envoyé : mercredi 11 janvier 2017 02:22
À : François Asensi; Claude Bartolone; Marie-George Buffet; Daniel Goldberg; Élisabeth Guigou; Razzy Hammadi; Mathieu Hanotin; Jean-Christophe Lagarde; Bruno Le Roux; Michel Pajon; Elisabeth Pochon; Pascal Popelin
Objet : Loi Falorni : soutenez les amendements visant à réduire la souffrance des animaux


Object

Loi Falorni : soutenez les amendements visant à réduire la souffrance des animaux
Madame, Monsieur les ELUS,

Chers députés de la Seine-Saint-Denis, La violence subie par les animaux dans les abattoirs a suscité de nombreux scandales ces derniers mois. L'indignation de l'opinion a conduit à la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage. Son président, le député Olivier Falorni, a ensuite déposé une proposition de loi visant à améliorer les contrôles et la transparence des abattoirs. En commission, ce texte s'est vu amputé de ses deux mesures phares : le contrôle vidéo et un droit de visite inopinée pour les parlementaires. Jeudi 12 janvier, lors de l'examen en séance publique, plusieurs députés soutiendront des amendements rétablissant ces mesures et en proposant d'autres comme l'interdiction de l'abattage des animaux gestants ou l'interdiction de l'usage du CO2 pour étourdir les cochons. En tant que parlementaire, vous pouvez voter pour ces amendements. Je me joins à L214 pour vous prier d'agir dans le sens d'une meilleure prise en compte des animaux.

Dans l'attente de vous lire, je vous prie d'agréer l'assurance de ma considération distinguée.

AESCHELMANN CHARLOTTE - Seine-Saint-Denis


_______________________________________________