Maltraitance sur les ours en Bulgarie

Publié le par Ricard Bruno

Ces ours étaient nos enfants»??? (de qui se moque t'on)

ours.jpgKeystone

"Sous le regard complice de sa mère, le jeune Vesselin taquine «Micho», l'un des trois ours dansants qui leur ont été confisqués. "

 

Fin du calvaire pour les trois derniers ours dansants de l'Union européenne. La famille qui exploitait les plantigrades en leur infligeant des supplices cruels ne comprend pas pourquoi des organisations protectrices des animaux leur ont confisqué leur gagne-pain

 

Les tortures des trois derniers ours dansants de l'Union européenne, dont les performances ont jusqu'à présent nourri toute une famille rom en Bulgarie, ont pris fin cette semaine, des organisations protectrices des animaux les ayant transférés dans une réserve naturelle.

A Getsovo (nord-est), petite agglomération à 500 km du parc naturel de Belitsa aménagé pour les ours dansants sauvés, Velitchka Staneva, 58 ans, propriétaire avec sa famille des trois plantigrades, ne comprend pas pourquoi des protecteurs des animaux sont venus lui confisquer ses trois ours.

«Pourquoi prenez-vous nos ours, ce sont nos enfants?», proteste-t-elle en larmes devant sa modeste maison. Son fils Vesselin avait coutume d'aller de ville en ville pour y faire danser les trois ours devant de nombreux spectateurs. Leurs performances nourrissaient quatre générations de la famille Stanev, soit une vingtaine de personnes, explique Velitchka.

Propriétaires rémunérés
«Qui a abusé d'eux, qui les a torturés?» lance Vesselin aux défenseurs des animaux, sans comprendre le pourquoi de ce transfert vers la liberté.

Pour libérer puis accueillir les ours dansants bulgares - 25 au total dont 22 ont déjà été sauvés au cours des sept dernières années -, l'organisation autrichienne «Vier Pfoten» (quatre pattes) et la fondation pour la protection des animaux de l'actrice française Brigitte Bardot ont créé à Belitsa en 2000, un parc de 12 hectares. Il comprend forêts, clairières, douze grottes et sept lacs artificiels pour mettre les ours en confiance dans leur nouveau terrain aménagé de manière à recréér un environnement naturel pour ces animaux.

Pour libérer les ours, les protecteurs des animaux ont généreusement rémunéré les propriétaires des plantigrades, ces derniers ayant touché entre 2500 et 5000 euros par ours, soit le salaire annuel moyen en Bulgarie.

Les ours avaient tous vécu en Bulgarie dans des conditions pitoyables avant de trouver l'un après l'autre refuge dans le parc montagneux, «le plus moderne du genre en Europe». A l'instar des autres ours dansants, «Mima», «Micho» et «Svetla» avaient appris à se relever sur deux pieds et «danser» par la souffrance, pendant leur première jeunesse: des braises brûlantes étaient placées sous leurs pieds. C'est pour échapper aux brûlures qu'ils ont appris à lever un pied après l'autre.

Pour ne pas blesser les hommes, ils étaient en plus attachés à une lourde chaîne enfilée dans leurs naseaux sensibles et leurs ongles étaient régulièrement coupés, infligeant aux ours une douleur comparable à l'amputation d'un doigt chez l'homme. Pour être plus dociles, de nombreux ours avaient en plus été mal nourris et battus.

«Micho», «Svetla» et «Mila» sont les derniers ours dansants dans toute l'Union europeenne, mais il reste des ours dansants en Serbie, en Russie et en Ukraine.

Source : http://www.lematin.ch/pages/home/actu/monde/actu_monde__1?contenu=269979

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

guillot 04/07/2007 13:38

Chère Brigitte,Je vous dis BRAVO pour tout ce que vous faites pour les animaux. Je suis quelquefois scandalisée par les maltraitances sur certains animaux et toutes ces personnes qui sont sans coeur mériteraient d'être punies sévèrement. Il faudrait les faire souffrir aussi comme ils font souffrir ces pauvres bêtes sans défenses. Encore Merci brigitte.

Ricard Bruno 04/06/2008 21:35


Bonsoir
Merci pour votre message de soutient à Brigitte Bardot
Bruno Ricard