Alain Juppé désavoue Jacques Chirac

Publié le par Ricard Bruno

Peu de temps après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, Alain Juppé a été nommé ministre de l'Ecologie, du Développement Durable, de l'Energie et des Transports. Un super ministère qui fait du maire de Bordeaux le seul ministre d'Etat du gouvernement et qui répondait aux attentes de Nicolas Hulot de voir un premier ministre bis prendre en charge les questions environnementales. Restait à savoir quelle serait la politique menée par l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac et autant dire tout de suite que les choses débutent mal, en tout cas en ce qui concerne les éléphants.
Alain Juppé a en effet décidé de désavouer Jacques Chirac, qui s'était engagé à défendre un moratoire de 20 ans sur le commerce international de l'ivoire lors de la 14e conférence de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de la faune et de la flore sauvage menacées d'extinction). Celle-ci se tient à La Haye, du 3 au 15 juin et réunit pas moins de 171 pays. Au cours de cette immense conférence mondiale, de nombreux thèmes doivent être abordés et notamment le commerce de l'ivoire. Le Kenya et le Mali souhaitent en effet imposer un moratoire de 20 ans interdisant formellement le commerce de cette matière, que ce soit à l'état brut ou travaillé, alors que d'autres états africains militent pour une libéralisation de ce commerce meurtrier.

Il faut savoir que depuis 1997, le commerce de l'ivoire n'est plus interdit mais réglementé, ce qui a conduit à une recrudescence des actes de braconnage.
L'an passé, les services des douanes ont saisi près de 23 tonnes d'ivoire et 91 défenses. Sachant qu'on estime à 10% les produits de contrebande interceptés, on peut ainsi estimer que près de 23 000 pachydermes ont payé de leur vie pour ce trafic organisé à l'échelle internationale. Un chiffre très important quand on sait que la population d'éléphants africains est estimée de 300 à 600 000 individus, contre près de 2,5 millions en 1970. ivoire.jpg--l--phant.jpg
Une nouvelle qui avait été accueillie d'autant plus favorablement par les associations de protection de la nature que l'ex président de la République avait alors désavoué Nelly Olin, l'ancienne ministre de l'écologie qui ne souhaitait pas soutenir les positions malienne et kenyane. Difficile de s'y retrouver dans cet imbroglio, mais une chose est sûre, c'est que ce sont bien les éléphants qui risquent de payer au prix fort ce nouveau retournement de situation

Bien sûr, il est encore trop tôt pour juger de ce que sera l'action du nouveau gouvernement en matière de protection de l'environnement. Le fait d'avoir créé ce super ministère semble une bonne chose en soi, mais il convient de demeurer vigilant et ce fait précis ne fait que renforcer ce besoin. Il n'est jamais trop tard pour faire entendre sa voix et la fondation Brigitte Bardot a ainsi lancé un appel aux citoyens pour qu'ils contactent le ministère de l'écologie pour défendre la cause d'éléphants qui en ont plus que jamais besoin. 

Dès lors, difficile de comprendre la position défendue par Alain Juppé, d'autant plus que Jacques Chirac s'était engager à militer aux côtés du Mali et du Kenya.

Source : http://www.frequenceterre.com/articles-environnement-150607-405-Alain-Juppe-desavoue-Jacques-Chirac-sur-le-commerce-de-l-ivoire.html

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article