Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

filmographie

Filmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuit

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuit
Filmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuitFilmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuit
Filmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuitFilmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuitFilmographie Brigitte Bardot : L'Affaire d'une nuit

Synopsis

Michel rencontre par hasard Antoine, ancien camarade d'enfance, un lourdaud marié à une bien jolie jeune femme, Christine. En l'absence du mari, il s'arrange pour passer la nuit avec elle. Puis, sur des confidences du cocu qui lui avoue connaître son état et veut s'engager dans l'armée, il le conduit gentiment jusqu'à la gare...

Fiche technique

Distribution

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?
Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?
Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?Filmographie Brigitte Bardot : Voulez-vous danser avec moi ?

Synopsis

Hervé, dentiste de charme, est le mari de Virginie Decauville-Lachenée, dont le père est industriel. Une scène de ménage crépite. Les portes claquent. Hervé, pour se consoler du départ de Virginie, va se distraire chez Anita, sans savoir qu'il a affaire à une créature pour qui le chantage est un passe-temps. En voulant récupérer des photos compromettantes, Hervé bute sur le cadavre de cette aventurière. Le voici en mauvaise posture. Dès lors, Virginie mène une enquête imprévisible avec une maladresse qui pourtant portera ses fruits et les mènera dans des milieux inattendus. Le film (une histoire de travestis avec Bardot tête d'affiche) en 1959 déplaisait fortement à la centrale catholique du cinéma, qui lui donna la cote à proscrire.

Fiche technique

Distribution

Notes et références

  1.  Dawn Addams remplaça en plein tournage Sylvia Lopez, qu'une leucémie devait emporter trois mois plus tard. C'est également le dernier film d'Henri Vidal, mort huit jours avant la sortie du film.
Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre
Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre
Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre
Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre
Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre
Filmographie Brigitte Bardot : Babette s'en va-t-en guerre

Synopsis

En 1940, Babette, une jeune provinciale française, se retrouve à Londres où le lieutenant Gérard de Crécy la fait engager comme femme de ménage au Quartier Général de la France libre. Le major Fitzpatrick, officier de renseignement britannique, remarque son étrange ressemblance avec Hilda, l'ex-maîtresse du responsable allemand du débarquement en Angleterre, le général von Arenberg. Après un entraînement intensif, elle est parachutée en France avec Gérard afin d'enlever le général. Mais après le parachutage, incapable de retrouver son beau lieutenant, elle prend seule le train pour Paris.
Après diverses péripéties, elle est arrêtée dans un café parisien par "papa Schulz", le chef de la Gestapo, qui l'amène à la Kommandantur, le quartier général des forces d'occupation allemandes à Paris. Ayant lui aussi remarqué l'extraordinaire ressemblance de Babette avec l'ex-maîtresse du général von Arenberg, Schulz arrange une rencontre fortuite de la petite Française avec le général, de façon qu'elle entre dans l'intimité de celui-ci et puisse renseigner la Gestapo sur ses agissements, car Schulz soupçonne Arenberg d'être un traître à la cause nazie. Le général tombe instantanément sous le charme du sosie de son ex et raccompagne Babette dans le septième arrondissement de Paris chez ses prétendus parents (le duc et la duchesse de Crécy-Lozère), qui sont en fait ceux du lieutenant Gérard. La jeune femme y retrouve celui-ci et lui souffle que c'est l'occasion rêvée pour kidnapper Arenberg et l'embarquer à Londres... sauf que des agents de la Gestapo, sur ordre du commandant Schulz, les ont suivis.

Fiche technique

Distribution

Autour ou à propos du film

Il s'agit du premier film français à traiter de la Seconde Guerre mondiale sur le mode de la comédie.
Les extérieurs ont été tournés en partie à Sète.

C'est le seul film dans lequel Brigitte Bardot et Jacques Charrier jouent ensemble et forment un couple à l'écran (si on néglige leur apparition, d'ailleurs non créditée au générique, dans L'Affaire d'une nuit d'Henri Verneuil).

C'est, par ailleurs, le 54e film de Christian-Jaque, un réalisateur qui a notamment à son actif Les Disparus de Saint-Agil, L'Assassinat du père Noël et Fanfan la Tulipe.

Avec Babette s'en va-t-en guerre dit Christian-Jaque, « j'ai voulu, pour la première fois, montrer Brigitte Bardot aux moins de seize ans. Prouver, enfin, que son talent ne résidait pas seulement dans sa ravissante plastique, mais qu'elle était aussi capable de jouer la comédie ».

Critiques

« Il sera loisible à certains de s'insurger contre le ton badin, caricatural, adopté à l'égard de souvenirs restés héroïques et douloureux. Inconsciemment, Babette vient à l'appui de la thèse de Resnais dans Hiroshima mon amour sur l'oubli. Il sera loisible aussi à ceux qui saluent Hiroshima mon amour de faire la fine bouche; mais les ambitions de l'auteur ici sont autres et plus limitées. Babette est à la France Libre ce que la Belle Hélène d'Offenbach est à la Guerre de Troie. On peut donc savoir gré à l'auteur d'avoir su trouver un rythme très enlevé et diriger une équipe d'interprètes dont émergent un étourdissant Francis Blanche et une Brigitte Bardot bonne comédienne. »

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin
Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin
Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin
Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin
Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin
Filmographie Brigitte Bardot : La Femme et le Pantin

Synopsis

Stanislas Marchand, autrefois écrivain à succès, a trouvé asile politique en Espagne où, remarié avec Manuela, il vit très modestement à Séville avec sa fille Éva. Cette dernière est fiancée depuis longtemps à Albert, un jeune conducteur d'autocar. Éva, attirée par la danse, aimerait en faire son métier. Lors de la feria de Abril où elle se produit, elle est courtisée par Matteo Diaz, riche manadier et grand séducteur, mais s'en amuse. Dès lors, Matteo est obsédé par le désir de la posséder jusqu'à subir les ultimes humiliations. C'est à un Matteo déchu, enfin défait de sa superbe, qu'Éva se donnera.

Fiche technique

Distribution

Appréciation critique

« Un héros ridicule, une héroïne au caractère finalement assez mal défini, des comparses sans intérêt (l'écrivain exilé est un minable et sa compagne une mégère) : nous n'avons pour nous consoler que le pittoresque andalou et la beauté de B. B.. Julien Duvivier, le réalisateur, et Roger Hubert, le chef opérateur, se sont efforcés de nous dépeindre le grouillement des rues et des places de Séville et l'austère grandeur des paysages qu'arrose le Guadalquivir, sans tomber dans les lieux communs touristiques. On ne peut dire que leur réussite ait été constante, et c'est de tel ou tel « intérieur » dû au talent du décorateur Georges Wakhévitch que je me souviendrai plutôt. Quant à Brigitte Bardot, vierge folle et vierge sage, tout à tour aguichante, pudique et rêveuse, elle traverse le film avec l'assurance des jeunes déesses qui n'ont rien à craindre des humains. »

— Jean de Baroncelli, Le Monde, 19 février 1959

« L'Espagne aidant, La Femme et le Pantin est un film extraordinairement pudique.[...] Cette beauté classique, à la fois morale et physique, faite d'élégance, de spontanéité et d'exigence presque abstraite, Duvivier la rejoint plus directement que Vadim, ne l'envisageant que dans ce qu'elle a de plus épuré. »

— Luc Moullet, Cahiers du cinéma, n°94, avril 1959

Bardot sur Duvivier

  • Brigitte Bardot : « Le père Duvivier, surnommé « Dudu » par l’équipe, n’était pas à proprement parler un rigolo. Coiffé éternellement d’un chapeau il passait son temps à mâchouiller sa langue, ou à remettre son dentier en place. Cela ne retirait rien à son talent, mais je subodorais immédiatement que nos rapports seraient difficiles, sinon impossibles. Il scrutait tout, avec ses petits yeux de souris malicieuse, et peut-être que lui-même pensait de moi la même chose de son côté.
    Nous devions commencer le tournage pendant la fameuse feria de Séville. […] Une foule bigarrée, bruyante et excitée, se désaltère à la sangria tous les trois mètres. Comme le soleil est déjà très chaud et que le sang espagnol n’a rien à lui envier, je vous laisse imaginer l’état dans lequel se trouvent les gens au bout de 24 heures… […] Maguy qui me doublait a été lâchée là-dedans pour que le cameraman puisse repérer le parcours que je ferais au moment du tournage. Les gens ont cru que c’était moi et Maguy a failli mourir étouffée, piétinée, violée. On l’a sortie de ce flot monstrueux, hagarde, les vêtements déchirés, le visage tuméfié ! Je l’avais échappé belle ! Il était impossible de tourner avec moi un plan pareil ! Eh bien Dudu pensait le contraire, pour lui c’était la vérité et il fallait que j’y aille ! Je refusai net ! […] Après une perte de temps considérable, il fut convenu que j’irais au milieu de cette foule délirante, encadrée par une sérieuse escorte d’hommes de l’équipe. […] C’est ainsi que je fus jetée en pâture au milieu de cette foule hurlante. […] J’ai été littéralement soulevée de terre. Ma robe était remontée sous mes bras, quant à ma culotte, des milliers de mains venues de je ne sais où essayaient de me l’enlever, se glissant partout sur mon corps. […] Comment m’a-t-on sortie de là, je ne m’en souviens pas car j’avais à moitié perdu connaissance ! […] Seul Dudu était ravi, il se frottait tranquillement les mains, tout content de lui : « Tu vois, tu n’es pas morte. » […] Le film reprit aux studios de Boulogne dans des décors de Georges Wakhevitch, extraordinairement reconstitués. […] Pendant les répétitions d’une scène où je devais envoyer promener Antonio Vilar, Dudu décida que je lui tirerais la langue ! Moi, tirer la langue et en gros plan par-dessus le marché… Je refusai net !
    — Et pourquoi ?
    — Parce que c’est mal élevé, que mes parents m’ont toujours interdit de tirer la langue, et qu’une langue en gros plan n’a rien d’esthétique.
    Et Dudu se mit à mâchouiller la sienne en attendant que je tire la mienne. […] Fred Surin, le directeur de production pour qui chaque minute valait des milliers de francs, était hors de lui. « Comment, toute cette histoire pour une langue ? » […] Et tout le monde se mit à me tirer la langue pour me montrer que ce n’était pas si terrible que ça ! Et plus je voyais ces langues pendantes, plus je décidais de ne surtout pas leur ressembler et fermais la bouche hermétiquement. J’eus le dessus ! Le tirage de langue fut remplacé par une grimace que j’essayais de faire la moins horrible possible ! À la suite de cet incident les mauvaises langues s’en sont donné à cœur joie ! »

Versions

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur
Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur
Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur
Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur
Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur
Filmographie Brigitte Bardot : En cas de malheur

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1957 à Paris, la belle, naïve et immorale Yvette Maudet, tapineuse occasionnelle de 22 ans, assomme l'épouse d'un horloger qu'elle tente de dévaliser. Me André Gobillot, avocat quinquagénaire, accepte de la défendre et, séduit par sa sensualité, en tombe amoureux. Grâce à un faux témoignage, il obtient son acquittement. Il entame alors une liaison avec elle, l'installe et l'entretient, ne peut plus se passer d'elle. Mais Yvette aime en cachette un jeune étudiant en médecine, jaloux et possessif, qui vit misérablement et paie ses études en travaillant dans une usine. Gobillot est soupçonné d'avoir payé le faux témoin ; sa carrière est menacée. Son couple - épouse tolérante mais inquiète - est menacé quand il achète un appartement pour Yvette qui attend un enfant de lui et accepte de vivre cachée. Mais elle ne peut se résoudre à renoncer au jeune étudiant.

Fiche technique

Distribution

Critique

François Truffaut l'a qualifié de meilleur film d'Autant-Lara et l'a comparé aux pièces de théâtre de Jean Anouilh , en notant: "Nous en sortons avec un mélange de dégoût et d'admiration, un sentiment de satisfaction qui est réel mais incomplet. C’est 100% français, avec toutes les vertus et les vices que cela implique: une analyse à la fois subtile et étroite, une compétence mêlée de méchanceté, un esprit d’observation sans faille dirigée vers le sordide, et un tour de passe-passe talentueux qui délivre un message libéral à la fin."

Autour du film

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune
Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune
Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune
Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune
Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune
Filmographie Brigitte Bardot : Les bijoutiers du clair de lune

Synopsis

Une jeune fille orpheline, Ursula, sort du couvent et se rend en Espagne pour vivre chez son oncle Ribera et sa tante Florentine. À son arrivée, elle est témoin d’un drame : une jeune fille s'est suicidée en se précipitant dans un puits. Le frère de la morte, Lambert, accoste Ursula avec l’intention de rencontrer son oncle qu’il rend responsable du décès de sa sœur, l’accusant d’avoir abusé d’elle. Lambert est roué de coups et jeté à la porte par les hommes de Ribera. Ursula lui porte secours et ne tarde pas à en tomber amoureuse. Elle doit bientôt repousser les avances violentes de son oncle et Lambert, en essayant de se défendre lorsque Ribera l’agresse, le tue d’un coup de couteau. Les événements vont se précipiter, entraînant Ursula, Lambert et Florentine, qui est sa maîtresse, dans une spirale à l’issue tragique…

Fiche technique

 

Pays Box-office

Drapeau de la France France

Box-office

Drapeau de l'Italie Italie

Sortie
Les Bijoutiers du clair de lune 2 134 822 entrées 1 900 000 entrées

Distribution

  • Maruchi Fresno : Conchita
  • Nicolás D. Perchicot : le prêtre
  • Antonio Prieto : le chef carabinier
  • José Tasso Tena : le palefrenier
  • Rafaël Torrobo : le vétérinaire
  • Tosi : le capitaine
  • Antonio Vico : le chauffeur du comte
Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : Et Dieu créa la femme de 1956

Synopsis

Juliette, belle et sensuelle, fait chavirer les cœurs dans le petit port traditionnel de Saint-Tropez. Trois hommes se disputent l'amour de cette orpheline de 18 ans dont la soif de liberté est grande et qui redoute les lendemains.

Le film commence par une scène dans laquelle Eric Carradine, riche entrepreneur quinquagénaire, pénètre dans la courette où Juliette, allongée nue derrière des draps qui sèchent, prend un bain de soleil. Orpheline recueillie dans une famille d’accueil, elle est belle et la réputation de n’être pas farouche. Survient la tutrice de Juliette, exaspérée : celle-ci en a par-dessus la tête de cette gamine fantasque, qui ne fiche rien et ne sait qu’aguicher les hommes, tandis que son mari, grand invalide, passe ses journées derrière les volets à la guetter, plus ou moins dénudée.

Pour réaliser une vaste et fructueuse opération immobilière, Carradine a besoin de la cale où les trois frères Tardieu possèdent un petit atelier de réparation de bateaux. Il profite du passage d’Antoine, l’aîné des trois frères, qui travaille à Marseille, pour faire une offre. Mais celui-ci refuse, au grand dam de ses deux jeunes frères, Michel et Christian.

Un soir, Juliette, amoureuse d’Antoine et qui doit le rejoindre sur le port, surprend une conversation au cours de laquelle celui-ci explique ce qu’il pense d’elle : pour lui, il s’agit d’une marie-couche-toi-là, d'une fille d’un soir, rien de plus. Ulcérée, Juliette se rend sur le yacht de Carradine, qui mouille au port. Grand seigneur, Carradine résiste à la tentation, la sermonne un peu et la laisse repartir. Juliette quitte son bateau sous l’oeil courroucé d’Antoine. S’ensuit une explication entre Antoine et Juliette, au terme de laquelle les deux jeunes gens décident qu’ils partiront dès le lendemain vivre ensemble à Marseille. Mais, le lendemain, le car qui doit prendre Juliette au passage ne s’arrête pas, Antoine, rancunier, n’ayant donné aucune instruction au chauffeur. Et Juliette reste plantée avec sa valise sur le bord de la route.

À son retour, sa tutrice lui signifie que, cette fois, c’en est trop, qu’elle va partir en pension chez les sœurs jusqu’à ses 21 ans (âge de la majorité à l’époque), à charge pour elles de discipliner cette petite dévergondée. Seul le mariage pourrait la sauver de cet enfermement qui s’annonce. Alors que Juliette erre, désemparée, Michel, le jeune frère d’Antoine, profondément amoureux d’elle, lui propose de l’épouser. D’abord réticente, car elle ne l’aime pas, Juliette finit par se faire à cette idée car c’est le seul moyen pour elle d’échapper à la pension.

La nouvelle de ce projet de mariage est mal accueillie par tous, non seulement par sa tutrice mais aussi par sa future belle-mère, qui crie à la mésalliance. Quant à Antoine, il met en garde son jeune frère, mais rien n’y fait.

Après une dernière hésitation avant le « oui » sacramentel, Juliette est mariée. Ce mariage est mémorable : sur le port, en sortant de la messe, le marié est rossé en voulant défendre l’honneur de sa toute nouvelle femme. Émue par son courage, Juliette commence à éprouver pour lui, sinon de l’amour, du moins de la tendresse. Les deux familles réunies pour la circonstance prennent le repas de mariage sans les deux tourtereaux, qui festoient à l’étage sur un plateau que Juliette est venue garnir entre deux orgasmes.

Pendant ce temps, Carradine a trouvé une solution qui arrache son accord à Antoine : au lieu de lui offrir de l’argent, il lui accordera une participation de 30 % dans une de ses sociétés. Du coup, Antoine revient s’installer à plein temps à Saint-Tropez, au grand désespoir de Juliette, qui l’aime toujours et redoute cette proximité quotidienne alors qu’elle essaie d’aimer son mari.

Un jour que Michel est parti à Marseille pour la journée, désœuvrée, Juliette prend un petit bateau d’Antoine, en réparation car le moteur à tendance à chauffer, pour aller faire un tour. Le moteur prend feu non loin du rivage. Alerté, Antoine plonge pour la secourir ; Juliette sort de l'eau, sa jupe collée au corps et l’inévitable arrive : elle tombe dans les bras d'Antoine.

Dès son retour de Marseille, Michel est informé de son infortune par sa mère. Antoine veut l’empêcher de sortir pour récupérer sa femme, mais Michel se saisit d’un revolver dans un tiroir et le menace. Les deux frères en viennent aux mains, Michel assomme Antoine, et part en quête de sa femme.

Pendant ce temps, Juliette, qui traîne sans trop savoir quoi faire, finit par entrer dans la boîte de nuit de Carradine, d’où provient de la musique. Là, elle se livre, sous l’œil consterné de Carradine, à un mambo lascif et endiablé. Michel arrive et tire sur elle, mais Carradine réussit à faire dévier le coup. Au cours de ce corps à corps, Carradine essuie une balle qui le blesse légèrement. Il demande à Antoine de le conduire en voiture à Nice chez un chirurgien de ses amis qui va panser la plaie. Au cours de route, Carradine intime à Antoine, pour la paix des familles, l’ordre de partir.

Pendant ce temps, Juliette et Michel se retrouvent. Elle ne lui promet rien, mais un avenir possible se dessine.

Fiche technique

Distribution

Commentaires

  • Ce film propulse Roger Vadim, Brigitte Bardot, Jean-Louis Trintignant et Christian Marquand au rang de stars internationales.
  • Brigitte Bardot devient, avec ce film, à la fois un mythe et un sex-symbol mondial des années 1960, une star médiatique, un emblème de l'émancipation des femmes, une jeune fille à la fois modèle et diablesse, une libre provocatrice ingénue et impudique, un symbole de la féminité, de la liberté sexuelle, d'une révolution des mœurs latente et de la grande vague existentialiste du couple Jean-Paul Sartre / Simone de Beauvoir qui suit. Des milliers de femmes imitent alors le style Bardot, copiant au moins ses ballerines, sa robe de Vichy rose et sa coiffure, voire son attitude face à la sexualité.
  • Ce film déchaîne des cascades de sentiments, autant de passion, d'idolâtrie et de coup de foudre pour les uns, que d'indignation, de colère ou de haine pour les autres. C'est la première fois qu'une femme exprime au cinéma son désir à l'égal d'un homme, et utilise son corps pour s'affirmer et conquérir la liberté, en rupture avec les destins de pensionnaire ou de femme mariée alors proposés par la société aux jeunes femmes de cet âge. Par ailleurs, les scènes de nu choquent, et certaines sont censurées en France et en Grande-Bretagne, soit presque un quart du film en France1. C'est en effet un des premiers films, en France, où la nudité féminine s'écarte vraiment de l'académie picturale traditionnelle et assume volontairement une liaison avec la sexualité2. Aux États-Unis, les défenseurs de la morale tentent de faire interdire le film, et l’archevêque de Lake Placid va même jusqu’à promettre d’excommunier ceux qui iraient le voir. La polémique provoque la curiosité et contribue au succès du film, qui avait pourtant démarré assez timidement en France.
  • Brigitte Bardot achète ensuite La Madrague sur la route des Canebiers à Saint-Tropez en 1958 et contribue à faire de ce village alors peu connu un endroit de légende internationale.
  • Le mariage de Roger Vadim et Brigitte Bardot vole en éclats à cause de l'hystérie médiatique qui suit le film.
  • Le film voit la naissance d'une histoire d'amour entre Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant.
  • Le film est célèbre pour plusieurs raisons : Saint-Tropez, Brigitte Bardot, la danse tam-tam mambo, le scandale, les premiers nus de Bardot qui vont permettre au film de battre des records de recettes, tout particulièrement aux États-Unis.
  • Un remake américain sort en 1988 : And God Created Woman, également réalisé par Roger Vadim mais avec Rebecca De Mornay dans le rôle principal.
Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956
Filmographie Brigitte Bardot : En effeuillant la marguerite de 1956

Synopsis

Agnès, la fille du général Dumont, a écrit et fait publier sous ses seules initiales un livre intitulé "En effeuillant la marguerite". Cette satire de sa ville de province y fait scandale et lorsque son père apprend qu'elle en est l'auteur, il décide de l'envoyer en pension. Arrivée à la gare elle s'enfuit en sautant dans un train pour Paris où elle fait la connaissance d'un sémillant journaliste, Daniel. Croyant loger chez son frère, elle s'installe au Musée Balzac et pour rembourser une édition unique qu'elle a vendue, elle s'inscrit dans un concours de strip-tease. Elle parait masquée devant le public, ce qui lui permet de berner le crédule Daniel qui souhaite l'épouser rapidement. Le tout se dénoue à Vichy, dans la bonne humeur et avec l'approbation du général Dumont.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

Le musée Balzac imaginé par Marc Allégret fait allusion à la Maison de Balzac située dans le 16e arrondissement1. Mais le réalisateur l'a imaginé 5 rue Fabra Paris 16e dans le film, alors que la rue Fabra n'existe pas à Paris. Cette adresse est écrite sur une enveloppe adressée au frère d’Agnès dans le musée, au début et dans la suite du film l'adresse d'Hubert, en fait le musée, sera dit situé au 3 rue Fabra. Dans le film Agnès se croyant chez son frère au musée, portera la robe de chambre de Balzac au grand dam de son frère qui faisait visiter le musée. En fait la robe de chambre avait été utilisée par Rodin pour une sculpture, trempée dans du plâtre, et ne pouvait pas être au musée 2. D’ailleurs la robe n’aurait sans doute pas convenu à Brigitte Bardot plutôt mince et mesurant 1,68 m, alors que Balzac était de forte corpulence et ne mesurait qu’1,57 m. Mais paradoxalement la robe de chambre que porte Brigitte Bardot et censée avoir appartenu à Balzac, est certes trop ample pour elle, mais également beaucoup trop longue et forme une sorte de traîne, alors qu'elle n'aurait dû ne descendre que jusqu'aux chevilles. Celle de Balzac, une sorte de robe de moine déjà trop longue pour l'écrivain, traînait par terre. Dans le film une sculpture représente Balzac bien plus grand qu'en réalité, aujourd'hui on trouve deux Sculptures de Balzac de grande taille, l'une au boulevard Raspail, l'autre dans le jardin du musée Rodin, celles à la Maison de Balzac sont de petite taille.

Partager cet article
Repost0

Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955

Publié le par Ricard Bruno

Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955
Filmographie Brigitte Bardot : Cette sacrée gamine de 1955

Synopsis

Jean Cléry a tout pour être heureux, il a pour compagne la belle Lili et exerce sa profession de chanteur dans la boîte de nuit de Paul Latour. Malheureusement, ce dernier est dans la ligne de mire de la police qui le soupçonne d'être mêlé à certaines affaires louches. Paul décide de quitter la ville et confie la garde de sa fille Brigitte à Jean. Mais Brigitte qui a été élevée dans un pensionnat de luxe n'est pas le prototype de la petite écolière sage, elle est séduisante et déclenche d'énormes catastrophes sur son passage. Lili regarde ce baby-sitting d'un très mauvais œil, Jean saura-t-il résister au charme de Brigitte ?

Fiche technique

Distribution

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>