Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le web en parle

KATE MOSS : LA COPIE CONFORME DE BB

Publié le par Ricard Bruno

Mode_kate_moss_la_copie_conforme_de_bb_mode_une.jpg

On a souvent comparé Kate Moss à Brigitte Bardot. Sur les traces de l’icône des années 60, la star des années 2000 pousse le mimétisme à l’extrême. En vacances à Saint-Tropez – la ville de Brigitte Bardot – l’ex-top fait son remake mode du film « Et Dieu… créa la femme » qui éleva BB au rang de mythe. Kate Moss arbore la marinière comme son modèle, portée sur un mini mini short noir. Dans les rues de Saint-Trop’, elle se balade pieds nus pour la touche désinvolte, qui caractérisait si bien Brigitte Bardot dans sa jeunesse. Kate Moss n’hésite pas à s’approprier tous les codes du look BB : grand cabas en osier et chevelure crêpée retenue en chignon lâche. La copie conforme

Source : http://www.elle.fr/elle/mode/les-news-mode/autres-news/kate-moss-la-copie-conforme-de-bb/(gid)/937611

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Des Harley chaussées Michelin...

Publié le par Ricard Bruno

Les noms de Michelin et Harley-Davidson inscrits sur le flanc d'un pneu. Conçu à Clermont-Ferrand, le Scorcher 31 équipera les Harley en 2010.

«J'appuie sur le starter... Et voici que je quitte la terre... J'irai p't'être au Paradis... Mais dans un train d'enfer... ». Plus de 40 ans après Brigitte Bardot, Bibendum peut reprendre la célèbre chanson écrite par Serge Gainsbourg.

Michelin vient en effet de créer un pneu, le Scorcher 31, qui équipera, en 2010, les Harley-Davidson Dyna Super Glide, Super Glide Custom, Street Bob et Low Rider.

Comble du ravissement, le nom de Michelin se retrouvera gravé sur le flanc du pneu, à côté de l'écusson emblématique du constructeur américain.

Un pneu innovant

Si Michelin propose des pneus de remplacement pour Harley depuis 2007, ce Scorcher 31 a été conçu à Clermont-Ferrand en étroite collaboration avec les ingénieurs de Milwaukee, où se trouve l'usine Harley.

Un pneu innovant (il intègre la dernière génération de polymères synthétiques) pour répondre aux exigences des possesseurs de Harley-Davidson.

Source : http://www.lamontagne.fr/editions_locales/clermont_ferrand/des_harley_chaussees_michelin@CARGNjFdJSsHFB8ABRU-.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot offre un tableau de la Ponche à la ville de Saint Tropez.

Publié le par Ricard Bruno

nm-photo-258445.jpg
Andrée Anselmi, adjointe au maire, présente la toile de Félix Tisot, que Brigitte Bardot a offerte à la commune de Saint-Tropez.

Peinte en 1976 par Félix Tisot, père de l'humoriste Henri Tisot, la toile que Brigitte Bardot a donnée à la ville de Saint-Tropez représente le petit port de la Ponche et ses barques de pêcheurs d'une autre époque. Un temps révolu, puisque la Pesquière n'accueille plus aujourd'hui que des baigneurs.

Reste qu'Henri Tisot, grand ami de Brigitte Bardot, et connaissant son amour indéfectible pour Saint-Tropez, lui avait offert cette toile l'an passé à l'occasion de son anniversaire. Et ce d'autant plus que l'endroit représenté sur le tableau n'est autre que le lieu de tournage du film qui fit la renommée mondiale de BB, « Et Dieu créa la femme ».

Avec l'accord d'Henri Tisot

Mais voilà. Brigitte n'a pas la place nécessaire pour mettre le tableau en valeur et elle a donc préféré, après avoir pris l'avis d'Henri Tisot évidemment, en faire don à la commune.

Henri Tisot a accepté, à condition que l'oeuvre de son père soit bien visible de tous ceux qui visitent l'hôtel de ville, et la municipalité s'applique donc à lui trouver la meilleure place.

Le don de l'oeuvre a été accepté il y a environ deux mois par le conseil municipal et la toile est récemment arrivée à la mairie.

Très discrète, Brigitte Bardot n'a pas souhaité qu'il y ait de réception officielle de ce don. C'est donc en toute simplicité que le tableau figure à présent parmi les oeuvres exposées dans la maison commune.

Un peintre de Provence

L'oeuvre d'un Provençal, - Félix Tisot était en effet pâtissier à La Seyne dans les années 1950 -, l'oeuvre entre bien dans le cadre d'un patrimoine pictural qui représente la cité du Bailli sous plusieurs aspects et à plusieurs époques. Elle aurait même pu figurer dans l'exposition du musée des peintres de Saint-Tropez qui s'est déroulée l'an dernier salle Despas. En effet, Félix Tisot, tiraillé par une passion de toujours : la peinture, avait fini par abandonner son pétrin de boulanger pour se livrer corps et âme à son art.

C'est ainsi qu'il s'est spécialisé dans les paysages de Provence et a produit une véritable oeuvre complète. Avec beaucoup d'humour, il disait : « Il y a eu le douanier Rousseau, il y aura le pâtissier Tisot ». Depuis son décès, son fils Henri Tisot, célèbre notamment pour avoir imité le Général de Gaulle, s'emploie à promouvoir l'oeuvre de son père, par de nombreuses expositions. A quand une exposition Félix Tisot à Saint-Tropez ?

Source : http://www.varmatin.com/ra/culture-loisirs/204185/sainte-tropez-brigitte-bardot-offre-un-tableau-de-la-ponche-a-la-ville

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Dimanche 16 août 2009, à 20h40 sur M6...

Publié le par Ricard Bruno

Pour tous ceux qui ne partent pas en vacance en août, Capital propose une sorte de voyage virtuel à travers un numéro spécial qui vous fait découvrir ces nouvelles destinations branchouilles dans lesquelles tout vos collègues se ruent.

Cap sur ces lieux peu onéreux, exotique ou dans l'air du temps, qui vont vous donner pas mal d'idées pour l'été 2010.

Guy Lagache vous fera donc découvrir la Turquie, qui regorge de ces criques d'eau turquoise, plutôt accessibles, et qui fait que ce pays est devenu le leader mondial de la croisière bon marché.

Vous passerez aussi par le Brésil, et plus précisément par Buzios, le saint-trop' brésilien, qui a vu défiler notre Brigitte Bardot nationale période canon. Aujourd'hui, les investisseurs se battent pour exploiter ces plages, de plus en plus prisées…

Enfin, vous vous arrêterez au Vietnam, la nouvelle destination incontournable des catalogues de vacances.

Source: http://www.tele7.fr/tv/news-tele/capital-decouvrez-les-nouvelles-destinations-a-la-mode/(gid)/849751

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

BB à la télé...

Publié le par Ricard Bruno

Retrouvez Brigitte Bardot dans deux films :


Bruno Ricard

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Tenu de n'en garder que neuf, le refuge de Condé place ses chiens

Publié le par Ricard Bruno

« Quand j'ai vu ça, ç'a été alerte rouge ! » Commerçante dans la rue Saint-Géry à Valenciennes, Anne Defrance s'est mobilisée sur-le-champ en faveur du refuge de Condé. Elle a placardé des affichettes sur sa vitrine et sa voiture. Sur son comptoir, le cahier de pétition est ouvert à la vue de tous. Pas une journée sans qu'un client n'y appose sa signature. Et les dons n'ont cessé d'affluer. Le commerce d'en face l'a rejointe dans son combat, et six cents euros ont ainsi été collectés en moins de deux semaines.

Symptomatique de l'élan de solidarité créé. Un élan qui, grâce à Internet, a vu s'élargir considérablement le champ des familles d'accueil. Longtemps rétive à laisser partir loin ses vieux chiens, Irène Maton a dû baisser la garde, sous la pression même des bénévoles qui l'entourent. On est venu en chercher de Beauvais (Oise). Une association de Meaux (Seine-et-Marne) en a pris quatre. « Nous avons eu des nouvelles et reçu des photos. Ils sont très bien », se félicite Jo. « L'objectif est bien d'arriver à euthanasie zéro », justifie cette bénévole.

Partis, les Jules, Mylord, Loulou, Valentin... dont certains pourtant affligés de handicaps qui paraissaient rédhibitoires. De sorte qu'ils ne sont plus aujourd'hui que quatorze, contre trente-sept lors du contrôle vétérinaire qui a tout déclenché. « Cette vague d'adoptions est d'autant plus remarquable que nous sommes en période estivale », observe-t-on à la Fondation Bardot. N'empêche : « Le refuge fait drôlement vide », lâche Irène Maton pour qui le départ contre son gré de vieilles bêtes reste un crève-coeur.

Quatorze... On n'est donc plus très loin du seuil requis de neuf. Suite à la menace de fermeture brutale contenue dans l'arrêté préfectoral, la Fondation Bardot, qui soutient le refuge de Condé depuis de nombreuses années, était prête à financer les aménagements exigés. Mais le débat s'est déplacé depuis lors. Les autorités ont clairement signifié leur refus de voir se pérenniser la structure. Ne rien entreprendre par conséquent qui aille en ce sens. En échange, le préfet - à qui Brigitte Bardot s'était adressée - s'est montré disposé à repousser le délai de régularisation jusqu'à septembre, le temps de placer les chiens encore excédentaires... Réaliste, la Fondation Bardot souscrit elle-même à cette démarche : « Une formidable chaîne de solidarité s'est créée, qui a permis d'éviter le pire. Nous-mêmes sommes prêts à prendre en charge certains animaux si nécessaire, expliquait hier Christophe Marie, directeur du bureau de protection animale à la Fondation. Mais les autorités devront se montrer vigilantes à l'avenir pour que n'arrivent pas de nouveaux chiens : c'est notre souhait. Tout n'est pas gagné, mais ça va dans le bon sens. Il fallait juste accorder un peu de temps : Mme Maton a subi ces dernières semaines un vrai traumatisme. » Elle n'en est pas quitte : convoquée hier au commissariat, Irène Maton, qui est dans sa 82e année, comparaîtra en novembre devant le tribunal de police pour répondre des contraventions dressées par les services vétérinaires

Source : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Valenciennes/2009/07/30/article_tenu-de-n-en-garder-que-neuf-le-refuge-d.shtml

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot part en guerre contre les hélicos!

Publié le par Ricard Bruno

Déjà harcelée dans sa propriété de la Madrague par « les bateaux promenant des touristes et qui hurlent ma vie en long et en large dans un micro en six langues et vingt fois par jour », et les autres « envahisseurs en bateau, à pied, ou en voiture » faisant le siège de sa maison, Brigitte Bardot adresse une lettre ouverte - et pas piquée des vers - au préfet, au maire de Saint-Tropez et « tutti quanti » pour se plaindre d'un autre ballet tout aussi nuisible.

« Depuis une semaine à la Garrigue, écrit B.B., nous avons la valse ininterrompue d'hélicoptères qui se posent à 50 mètres de ma maison, effrayant mes animaux et provoquant une nuisance inacceptable ». La star menace « si cela ne cesse pas immédiatement » d'en « référer à un très haut niveau ». Et d'ajouter : « Je n'ai pas quitté Paris définitivement pour me retrouver à Saint-Tropez dans une annexe de Roissy ou d'Orly. Si tous les milliardaires qui polluent notre tranquillité ne peuvent se déplacer qu'en hélicoptères, qu'ils aillent atterrir à La Môle, c'est étudié pour ». Fermez le ban !

Les hélicos indésirables

L'aérodrome de La Môle est situé à seulement 18 km de Saint-Tropez, mais la circulation automobile dans le golfe et dans la presqu'île, déjà compliquée toute l'année, vire au cauchemar en été, faute notamment d'une route de contournement promise depuis des lustres. Ceux qui peuvent se payer des moyens de transport onéreux ne s'en privent pas, au mépris des autres.

Pourtant, le nombre de rotations est limité cette saison, et les hélicoptères sont sous la surveillance de quatre gendarmes de la compagnie des transports aériens de Nice, détachés à cet effet. Ils doivent veiller au respect du nouvel arrêté préfectoral qui règle les mouvements d'hélico dans la presqu'île de Saint-Tropez.

L'association « Halte Hélico », qui avait menacé l'an dernier de bloquer la cité du Bailli, a saisi la justice pour les excès constatés l'an passé (9 000 rotations entre le 15 juin et le 15 septembre pour 200 mouvements autorisés). Avec une autre association de défense de riverains, elle a poursuivi les sociétés contrevenantes, réclamant 150 000 euros de dommages et intérêts. Les jugements ont été mis en délibéré au 15 septembre prochain.V. G.

Source : http://www.varmatin.com/ra/var/203116/var-brigitte-bardot-part-en-guerre-contre-les-helicos

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

Brigitte Bardot : «Une admiration sans bornes pour ces astronautes»

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot : «Une admiration sans bornes pour ces astronautes»

Je tournais en Normandie L'Ours et la Poupée avec Cassel. En regardant en direct ces premiers pas, j'ai eu une impression difficile à décrire, une émotion mêlée d'incrédulité. C'était comme un film de fiction. Pourtant je vivais bien un moment unique, extraordinaire. Je trouve que ces héros planétaires n'ont pas eu les hommages grandioses qui auraient dû leur être rendus ! On parle plus de la mort de Michael Jackson que de ces trois hommes uniques, fantastiques et courageux qui ont foulé pour la première fois au monde le sol lunaire. Moi, je leur voue une admiration sans bornes.

Source : http://xavier.blogspirit.com/archive/2009/07/19/21-juillet-1969-nuit-historique.html

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0

En 1969, Gainsbourg va et vient entre ses reins...

Publié le par Ricard Bruno

Cette année-là, l’homme à tête de chou fait scandale avec «Je t’aime... moi non plus».



Serge et Jane. C’est sur le tournage de «Slogan» que débute la love story entre le vieux bougon et la poupée anglaise.

Le tube de l’année 1969 a été écrit en… 1967! Le temps, pour Serge Gainsbourg, de glisser des bras de Brigitte ­Bardot dans ceux de Jane ­Birkin.

C’est en effet pour BB, alors au sommet de sa gloire, que l’homme à la tête de chou a composé «la plus belle chanson d’amour qu’il puisse imaginer», comme lui avait réclamé sa muse. Pour le titre, il se serait inspiré d’un trait d’esprit de Salvador Dali: «Picasso est espagnol, moi aussi. Picasso est un génie, moi aussi. Picasso est communiste, moi non plus.»

Dans une interview accordée à Denise Glaser en 1971, Serge Gainsbourg fournit une explication un peu différente: «Pourquoi Je t’aime... moi non plus? Parce que je suis trop pudique pour dire moi aussi.»

Interdit d’antenne

Pudique, sans doute, mais pas autant que Brigitte Bardot. Alors mariée à l’ombrageux milliardaire allemand Gunther Sachs, elle prie son amant de ne pas publier l’enregistrement. Gainsbourg obtempère et range la chanson dans sa culotte en se jurant de «ne jamais la réenregistrer» (la version originale sortira toutefois en 1986).

On le sait, il ne faut jamais dire jamais. Un an après son idylle avec Bardot, le compositeur croise les longues jambes de Jane Birkin sur le tournage de Slogan. Elle a 22 ans, il en a 40. Elle le trouve drôle, il la trouve charmante. Pour la séduire, il lui propose un album, qui comprend évidemment Je t’aime... moi non plus.

Dans un premier temps, la chanson choque la jeune Anglaise. A cause des paroles? «Je vais et je viens/Entre tes reins/Et je me retiens.» Non, Jane ne capte pour ainsi dire pas un mot de français à l’époque. «Ce qui m’a choqué, c’était les respirations», expliquera-t-elle plus tard. «Parce que je ne comprenais pas les paroles. Alors, j’ai rougi complètement et je comprends les gens qui ont été choqués.»

C’est peu dire. Hors les murs des clubs, le scandale est énorme. «La maison de disques a décidé de changer de label tellement ils avaient honte!» se souviendra Serge Gainsbourg trois ans plus tard. Sur les radios françaises, le titre est proscrit avant 23 heures. En Espagne, en Suède et en Italie – sur ordre du Vatican –, il est carrément interdit. Pareil à la BBC en Angleterre, où Je t’aime... moi non plus va pourtant devenir la première chanson française à grimper en tête du hit-parade. Dans toute l’Europe, on s’échange le disque dissimulé sous une pochette de… Maria Callas!

«Je comptais en vendre 25 000, et j’ai dû en vendre 3,5 à 4 millions», dira encore l’artiste. «Après, je suis passé à la caisse. Cette chanson a fait ma fortune. Ce n’était pas provoqué.» Pour son auteur, ce n’est pas le scandale qui a assuré le triomphe du titre. C’est Jane. «Nous avons gardé la tonalité du do majeur et elle a pris l’octave au-dessus. C’est ça qui a lancé le disque. Je ne suis pas sûr que l’original aurait connu une carrière internationale.»

Depuis, nombre d’artistes ont repris Je t’aime... moi non plus. Preuve de sa notoriété: l’expression est devenue d’usage courant, notamment dans les articles politiques.


Source : http://www.tdg.ch/actu/divers/1969-gainsbourg-va-vient-reins-2009-07-12

Publié dans le web en parle

Partager cet article
Repost0