Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3751 articles avec le web en parle

Abattoir d'Alès le directeur condamné à 1200 euros d'amende

Publié le par Ricard Bruno

Décision scandaleuse...je n'en revient pas...justice à deux vitesses dans ce pays qui part en sucette ! UNE HONTE !

Bruno Ricard 

L'abattoir d'Alès

L'abattoir d'Alès

Le tribunal de police a condamné le directeur de l'abattoir d'Alès à 1200 euros d'amende pour "installations et équipements non conformes", après la diffusion en octobre 2015 d'une vidéo de l'association L214 dénonçant des infractions et des mauvais traitements d'animaux. 

Le parquet d'Alès avait ouvert une enquête préliminaire sur des "faits d'acte de cruauté et mauvais traitements sur animaux" après la diffusion d'images montrant des bovins et des moutons saignés alors qu'ils avaient repris connaissance, des porcs entassés dans une cage avant d'être asphyxiés au CO2, un cheval apeuré frappé avec un aiguillon électrique ou un veau sorti d'un tonneau de contention.

Lors du procès, le 11 février, le procureur de la République avait requis 2250 euros d'amende (3x750 euros) contre le directeur de l'abattoir d'Alès. Le tribunal de police d'Alès l'a jugé coupable et l'a condamné à 1200 euros d'amende (3x400 euros). Il a dix jours pour faire appel. 

"une peine ultra symbolique qui n'est pas du tout dissuasive"

"Il s'agit d'une peine ultra symbolique qui n'est pas du tout dissuasive. Cette peine est dérisoire au regard des souffrances supplémentaires aigües infligées aux animaux. Un abattoir qui n'est pas en règle n'a donc aucune inquiétude à se faire avec la justice," regrette Barbara Boyer, porte-parole de l'association L214. 

Le tribunal a jugé irrecevable l'action civile des associations Alliance corrida associée à la fondation Brigitte Bardot, SPA et L214 car la "souffrance animale n’était pas ce qui était poursuivi."

 Selon elles, 175 infractions avaient été relevées au cours de l'enquête mais seulement trois ont été poursuivies. L214 a décidé de porter plainte contre l’État pour dysfonctionnement des services de la justice, estimant que l"’absence de poursuite de 172 infractions identifiées par l’enquête judiciaire constitue une faute lourde et que la transmission tardive du dossier pénal relève du déni de justice." 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Grasse : dix mois de prison ferme pour avoir laissé mourir ses chats de faim

Publié le par Ricard Bruno

Jeudi 4 avril 2019 a été rendu le verdict d’un procès que de nombreux défenseurs des animaux attendaient. Joëlle Moulard, présidente de l’association Paradise cat’s, a été condamnée par le tribunal de Grasse à 16 mois de prison, dont 10 mois de prison ferme, comme le rapporte le site d’informations 20 Minutes.

Grasse : dix mois de prison ferme pour avoir laissé mourir ses chats de faim

Joëlle Moulard avait comparu la première fois le 5 mars 2019, après la découverte de nombreux cadavres de chats chez elle le 16 novembre dernier. Sur place, les policiers avaient trouvé une maison totalement abandonnée, jalonnée de chats morts. Certains se trouvaient encore dans leur cage, fermée. Des corps de félins avaient aussi été retrouvés dans un vieux congélateur.

Grasse : dix mois de prison ferme pour avoir laissé mourir ses chats de faim

Joëlle Moulard avait dans un premier temps assuré que les animaux étaient morts de maladie, mais les autopsies pratiquées sur deux des félins ont très vite contredit ses affirmations. Les chats ont bel et bien succombé à la faim et à la soif, après des jours d’agonie.

Lors du procès le 5 mars 2019, la procureure, bien que reconnaissant l’état fragile et dépressif de la prévenue, ainsi qu’un discernement alterné, avait requis seize mois de prison, dont dix ferme. Sa demande a donc bel et bien été prise en compte par le tribunal de Grasse. Joëlle Moulard écope également d’une mise à l’épreuve de deux ans, avec obligation de soins et de suivie. Elle a interdiction définitive de posséder un animal de compagnie et ne pourra plus exercer de métiers en lien avec les animaux durant cinq ans.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Lille ne veut plus de cirques présentant des animaux sauvages

Publié le par Ricard Bruno

Une manifestation contre les animaux dans les cirques à Lille.

Une manifestation contre les animaux dans les cirques à Lille.

  • EELV a présenté un texte pour interdire à Lille les cirques avec des animaux sauvages.
  • Ce vœu, largement modifié, a été adopté à l’unanimité par le conseil municipal.
  • Aucune loi en ce sens n’existe en France, au contraire de 20 pays de l’Union.

Jeudi, le conseil municipal de Lille a fait un vœu. Celui de ne plus accueillir sur son territoire les cirques exhibant des animaux sauvages. C’est le groupe Europe écologie les Verts (EELV) qui est à l’origine de cette proposition, adoptée à l’unanimité par le conseil.

Les villes de Strasbourg et Montpellier ont déjà adopté des textes équivalents.

« Retrait progressif des animaux sauvages »

Le texte de base, soutenu par l’écologiste Vinciane Faber, a été largement revu et corrigé. Il était notamment demandé que la ville « se déclare en faveur de l’interdiction de la captivité et de l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques et autres spectacles itinérants ». Cela s’est transformé en « retrait progressif des animaux sauvages dans les cirques ». Pour Vinciane Faber, c’est mieux que rien : « C’est un vœu, parce qu’en l’état de la législation, il est difficile d’interdire à un cirque de se produire avec des animaux sauvages. Les villes qui ont pris des arrêtés se sont fait retoquer par la justice. »

Mais le message est passé, Lille ne veut plus de cirques avec des animaux sauvages. « On salue le geste, c’est une avancée qui participe au mouvement. Les gens ne veulent plus de cela et les villes qui prennent position ont un rôle à jouer afin qu’une loi soit votée en ce sens », espère Amandine Sanvisens, co fondatrice de l’association Paris animaux zoopolis.

Une décision partagée par les Français

En 2018, un sondage Ifop pour la fondation 30 Millions d'amis montrait que 67 % des Français « demandent une réglementation qui mette fin à l’exploitation cruelle des animaux sauvages dans les cirques ». Interrogés sur Facebook, les lecteurs de 20 Minutes se sont prononcés à 85 % pour l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques. « Il y a un consensus scientifique autour de cette question et de nombreux pays européens ont déjà légiféré sur ce point », poursuit Amandine Sanvisens. Une vingtaine à ce jour, dont la Belgique, le Portugal ou encore l’Italie.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

BRIGITTE BARDOT FRANZ WEBER ÉTAIT L'HOMME DE MA VIE

Publié le par Ricard Bruno

L'icône du cinéma a rendu hommage à l'écologiste décédé, avec qui elle s'était engagée contre le massacre des phoques.

Brigitte Bardot et Franz Weber en 2005, après la récolte des signatures de la pétition en faveur de la défense des bébés phoques.

Brigitte Bardot et Franz Weber en 2005, après la récolte des signatures de la pétition en faveur de la défense des bébés phoques.

«Je ne le pleure pas, je l'encense de toute ma reconnaissance.» Dans une lettre publiée sur sur Twitter, Brigitte Bardot a rendu un vibrant hommage à Franz Weber, décédé mardi à l'âge de 91 ans.

«Franz était l'homme de ma vie», écrit l'ancienne actrice, qui avait lutté aux côtés de l'écologiste contre la chasse aux bébés phoques. «Il fut l'homme de mon premier combat et du seul dont nous sommes sortis vainqueurs après 30 ans d'attente.»

 

Visiblement très touchée, elle ajoute: «C'est grâce à lui que je suis devenue la guerrière, la combattante de toutes les sortes d'atrocités que les humains font subir de par le monde [...] Il m'a transmis sa force, son pouvoir, sa détermination, cet héritage que je continue à transmettre en son nom et en mémoire de lui.»

Et de conclure en adressant ses pensées à la famille de l'écologiste disparu. «À sa merveilleuse fille Véra qui a repris son flambeau et à toute sa famille, j'adresse toute ma tendresse et mon immense tristesse.»

BRIGITTE BARDOT FRANZ WEBER ÉTAIT L'HOMME DE MA VIE

Une honte Justice à géométrie variable...

Publié le par Ricard Bruno

Une honte Justice à géométrie variable...

 Justice à géométrie variable : le recours du Parti animaliste concernant sa participation aux débats télévisés a été rejeté par le tribunal administratif alors que son poids politique est comparable aux partis auxquels la justice a donné raison lundi...
Manifestation devant le siège de France 2 Demain de 19:00 à 20:00
7 Esplanade Henri de France, 75015 Paris.
Pour que le Parti Animaliste participe au Grand débat télévisé pour les Européennes 2019.

En complément de la pétition (lien ci-dessous), venez manifester pour que le Parti Animaliste puisse, comme tous les partis politiques, participer au grand débat pour les élections européennes 2019 sur France 2.
Il en va de notre démocratie française & européenne.

Venez nombreux, avec tous nos remerciements pour votre présence.
Visuels en cours

RER C :Pont de Garigliano
Tramway T3
Metro ligne 8 Balard

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot Soirée Hippie Chic

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Soirée Hippie Chic
Soirée au Maroc
 
Réservation en ligne : https://bit.ly/2TAyo4N

Pour plus d'information : +212 524 45 85 65

 Rue Ibn Hanbal (face au commissariat central), Hivernage, Marrakech
 
Mille mercis à JM pour cette inforamtion

Partager cet article

Repost0

Élections européennes cinq listes qui sortent de l’ordinaire

Publié le par Ricard Bruno

Le drapeau et les affiches avec slogans des partis animaliste, volt et parti pirate.

Le drapeau et les affiches avec slogans des partis animaliste, volt et parti pirate.

À côté des familles politiques classiques, quelques «petits partis» sortent du lot. Le parti pirate, animaliste ou encore celui pour l’espéranto mènent aussi leur campagne pour les élections européennes de 2019. Description.

L’un appelle à voter «en faveur des animaux», tandis que l’autre affiche clairement pour slogan: «Arrêtez d’emmerder les Français». Parmi les listes candidates aux élections européennes de mai 2019, cinq partis affichent une différence et sortent de l’ordinaire. C’est le cas notamment du nouveau parti Volt, qui rassemble des jeunes foncièrement pro-européens, ou encore celui du parti pirate, qui a déjà un pied au Parlement européen et souhaite un monde «réellement libre, juste et solidaire».

 Volt, le parti transnational

Le jeune parti se définit comme paneuropéen, progressiste et en lutte contre les partis extrémistes. Son mot d’ordre: s’unir. Volt veut ressouder l’Europe et proposer le même programme dans tous les États membres. Les 25.000 personnes qui ont rejoint le mouvement transnational déplorent que «l’UE soit bloquée par des querelles de compétences et par l’incapacité de s’aligner sur des intérêts partagés.»

Volt se veut un parti jeune. La plupart des adhérents ont moins de 30 ans et regrettent tous que «la politique nationale semble coincée dans les anciennes divisions gauche-droite et libérale-conservatrice, mais ne donne pas de réponses dans un monde instable et en mutation rapide.»

 Le Parti pirate

Un drapeau flotte en fond de leur site internet: un P en forme de voile. Les pirates français ont rejoint en 2011 le mouvement international fondé en 2006 en Suède. Leur devise: «Liberté, démocratie, partage». S’ils ont choisi de se nommer ainsi, c’est pour l’étymologie du mot «pirate» qui, en latin, signifie «qui est entreprenant». «Ainsi, face aux systèmes politiques et économiques actuels dépassés par la révolution numérique, le Parti pirate constitue une nouvelle aventure humaine pour construire et apporter une réponse politique aux aspirations des citoyens pour un monde réellement libre, juste et solidaire», annoncent-ils.

Le Parti pirate a déjà un pied au Parlement. Lors des dernières élections européennes, l’Allemande Julia Reda y a obtenu un siège. En République tchèque, le parti a un certain succès. Aux élections législatives de 2017, il a obtenu le troisième meilleur résultat: 10,79%.

» LIRE AUSSI - Élections européennes: ce qui change en 2019 par rapport à 2014

 Le Parti animaliste

Comme son nom l’indique, le parti défend la cause animale et appelle à «voter en faveur des animaux». «Le sort réservé aux animaux apparaît sclérosé depuis des siècles et n’a pas fait l’objet d’évolutions significatives», déplorent ses membres sur le site internet de la formation. Leur but: faire émerger la question animale dans le champ politique.

Créé officiellement en 2016, le groupe avait, au cours des deux années précédentes, rejoint les actions menées par le parti néerlandais Partij voor de Dieren (Parti pour les animaux). La majeure partie de son programme vise donc à «inclure dans les politiques publiques, la prise en compte des intérêts des animaux».

Un programme soutenu par Brigitte Bardot et Laurent Baffie, qui se sont joints à la liste pour les élections européennes. Le parti a d’ailleurs été pénalisé pour ne pas avoir respecté le principe de parité lors des élections législatives de 2017 en proposant plus de femmes que d’hommes. Son financement public a donc été amputé de 36%.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article

Repost0

Près de Perpignan : la gendarmerie sauve des animaux de "la ferme de l’horreur"

Publié le par Ricard Bruno

Près de Perpignan : la gendarmerie sauve des animaux de "la ferme de l’horreur"

Une opération judiciaire a été menée ce mardi 2 avril par les services de gendarmerie, assistés par l’association “Un refuge, un cœur”, afin de récupérer des animaux sur un domaine privé à Bompas. Le propriétaire y aurait, dans des conditions d’extrême insalubrité, installé un élevage frauduleux de chèvres naines et cochons. Il aurait revendu les bêtes à des particuliers et les aurait abattues sur place "à l’ancienne". En toute illégalité et en dehors de toutes considérations d’hygiène.

Tous ceux qui y ont mis un pied, l’appellent "la ferme de l’horreur". Pour traduire en quelques mots l’innommable, découvert sur cette propriété privée le samedi 22 mars. Ce jour-là, une équipe de l’association de protection animale “Un refuge, un cœur” se trouve dans les parages pour vérifier l’état d’un cheval prétendument à l’abandon.

 

Or, au moment de repartir, l’attention des bénévoles est attirée par une étrange exploitation à proximité. "On est arrivé sur un champ fait de bric et de broc, raconte Céline Henri. Là, on a vu des peaux de bête, des restes de carcasses, une chèvre en décomposition dans une remorque".

 

 

Sur une étagère, une tête de chèvre. À terre, encore, des peaux de bête. Derrière, deux pattes d’âne au sol 

Au milieu de ce qui ressemble à un élevage, les déchets jonchent le sol, d’anciennes baignoires transformées en mangeoires ultra-crasseuses, des palettes, des détritus en tous genres, un meuble éventré, des douilles de cartouches, une climatisation, des roues… Et, planté sur ce terrain boueux qui renifle la mort, derrière un âne interloqué, un abri de fortune fait de planches délabrées et de morceaux de tôles.

À l’intérieur, les défenseurs de la cause animale n’en croient pas leurs yeux. "Sur une étagère, une tête de chèvre. À terre, encore, des peaux de bête. Derrière, deux pattes d’âne au sol. Puis on a vu deux chiens et cinq chiots. Le mâle était cadavérique, la femelle attachée à une palette avec une fine corde à foin de 20 cm à peine. Il n’y avait rien de normal."

"La cuve à eau était vide. Les animaux étaient dans des enclos d’une saleté extrême. Dans celui des cochons, on distinguait des gros os. Mais avec quoi ils les nourrissaient ?". Les visiteurs abordent une personne sur les lieux et se font passer pour des acheteurs potentiels.

Au milieu des immondices et des excréments, il préparait de la viande pour manger !

"Il nous a proposé une chèvre et ses deux bébés pour 120 €. Il vendait le cochon à 50 €. Et pour un supplément de 100 €, il faisait l’abattage sur place. Il les tuait sur une potence en bois et les suspendait toute la nuit pour les vider de leur sang. Dire qu’au milieu des immondices et des excréments, il préparait de la viande pour manger !"

Après une première visite la semaine passée et après accord du parquet et de la préfecture, les gendarmes de Bompas sont revenus ce mardi 2 avril sur les lieux, avec l’association qui a déposé plainte. Entretemps, les chiens avaient disparu, car "volés" selon le mis en cause et trois porcelets avaient déjà vu le jour.

Au total, deux chevreaux, quatre truies, un cochon, cinq porcelets ont ainsi été récupérés par les bénévoles. Le propriétaire a consenti à en faire don à la suite de son audition par les forces de l’ordre. Épinglé pour abattage illégal, non-identification des porcins et des caprins et non déclaration auprès de la préfecture, il aurait reconnu qu’il achetait les bêtes pour "les bouffer" dans le cadre de la consommation familiale, mais aussi en fournissant quelques clients par le bouche-à-oreille.

Sans aucun papier et, donc, aucune traçabilité. L’homme a aussitôt fait le nécessaire pour régulariser sa situation de “petit éleveur” et a fait l’objet d’un rappel à la loi. Toutefois, un suivi de contrôle devrait être effectué et par courrier, le maire l’a mis en demeure de nettoyer ce "dépôt sauvage".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Une tonne de viande clandestine saisie sur un marché illégal de Nice

Publié le par Ricard Bruno

 Près d'une tonne de viande saisie dimanche sur le parking de l'ex-Sonacotra.

Près d'une tonne de viande saisie dimanche sur le parking de l'ex-Sonacotra.

Un marché clandestin se réinstalle régulièrement sur ce qui était jadis l'emplacement du "marché de l'Oued", dans la plaine du Var.

Un marché clandestin a été démantelé dimanche à Nice par les polices municipale et nationale, a indiqué le maire de Nice Christian Estrosi sur son compte Twitter, photos à l'appui.

Sur le parking du foyer Adoma (ex-Sonacotra) dans la plaine du Var, deux personnes ont été interpellées, notamment pour "vente à la sauvette". L'une d'elles ne présentait ni papier d'identité ni titre de séjour.

Lors de cette opération, plus de 900 kg de viande impropre à la consommation, sans traçabilité, stockée et transportée dans des conditions d'hygiène déplorables, ont été saisis par les 15 policiers municipaux, épaulés d'un commandant de la police nationale et de deux fonctionnaires de l'hygiène.

Les policiers ont également mis la main sur plus de 300 kg de fruits et légumes, là encore sans traçabilité, ainsi que neuf cartouches de cigarettes de contrebande et environ 10m3 d'objets divers (notamment des vêtements et accessoires vestimentaires) destinés à la vente à la sauvette ont été saisis.

Trois scooters déclarés volés ont aussi été découverts.

Une tonne de viande clandestine saisie sur un marché illégal de Nice
Une tonne de viande clandestine saisie sur un marché illégal de Nice

Le mois dernier, au même endroit, une "descente" des polices municipale et nationale, de la Douane, de la police aux frontières, de l’Urssaf, de l’inspection sanitaire (DDPP) et des services municipaux avait permis de saisir une tonne de viande impropre à la consommation, ainsi que 750kg de fruits et légumes sans traçabilité, 15 tonnes de produits divers mis à la vente, 25 cartouches de cigarettes de contrebande. Un trafic d'abattage de moutons, revendus sans aucun contrôle sanitaire, avait également été mis au jour. 

Un marché clandestin se réinstalle régulièrement sur ce qui était jadis l'emplacement du "marché de l'Oued". Nice-Village (de son vrai nom) avait été interdit en 2017 et les forains avaient été déplacés le lundi sur un marché officiel à 2 km de là, près du palais Nikaïa. 

Partager cet article

Repost0

Une tonne de viande clandestine saisie sur un marché illégal de Nice

Publié le par Ricard Bruno

 Près d'une tonne de viande saisie dimanche sur le parking de l'ex-Sonacotra.

Près d'une tonne de viande saisie dimanche sur le parking de l'ex-Sonacotra.

Un marché clandestin se réinstalle régulièrement sur ce qui était jadis l'emplacement du "marché de l'Oued", dans la plaine du Var.

Un marché clandestin a été démantelé dimanche à Nice par les polices municipale et nationale, a indiqué le maire de Nice Christian Estrosi sur son compte Twitter, photos à l'appui.

Sur le parking du foyer Adoma (ex-Sonacotra) dans la plaine du Var, deux personnes ont été interpellées, notamment pour "vente à la sauvette". L'une d'elles ne présentait ni papier d'identité ni titre de séjour.

Lors de cette opération, plus de 900 kg de viande impropre à la consommation, sans traçabilité, stockée et transportée dans des conditions d'hygiène déplorables, ont été saisis par les 15 policiers municipaux, épaulés d'un commandant de la police nationale et de deux fonctionnaires de l'hygiène.

Les policiers ont également mis la main sur plus de 300 kg de fruits et légumes, là encore sans traçabilité, ainsi que neuf cartouches de cigarettes de contrebande et environ 10m3 d'objets divers (notamment des vêtements et accessoires vestimentaires) destinés à la vente à la sauvette ont été saisis.

Trois scooters déclarés volés ont aussi été découverts.

Une tonne de viande clandestine saisie sur un marché illégal de Nice
Une tonne de viande clandestine saisie sur un marché illégal de Nice

Le mois dernier, au même endroit, une "descente" des polices municipale et nationale, de la Douane, de la police aux frontières, de l’Urssaf, de l’inspection sanitaire (DDPP) et des services municipaux avait permis de saisir une tonne de viande impropre à la consommation, ainsi que 750kg de fruits et légumes sans traçabilité, 15 tonnes de produits divers mis à la vente, 25 cartouches de cigarettes de contrebande. Un trafic d'abattage de moutons, revendus sans aucun contrôle sanitaire, avait également été mis au jour. 

Un marché clandestin se réinstalle régulièrement sur ce qui était jadis l'emplacement du "marché de l'Oued". Nice-Village (de son vrai nom) avait été interdit en 2017 et les forains avaient été déplacés le lundi sur un marché officiel à 2 km de là, près du palais Nikaïa. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0