Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3751 articles avec le web en parle

L214 diffuse une nouvelle vidéo choc dans un abattoir de l'Indre

Publié le par Ricard Bruno

EXCLUSIF - Les nouvelles images prises par l'association vegan dévoilent des vaches et des chèvres cruellement tuées à l'abattoir de Boischaut. Le site avait pourtant été inspecté en 2016.

Des vaches gisant dans le sang de leurs congénères, un chevreau hurlant, pendu encore vivant à un crochet, un salarié qui s'y prend à plusieurs fois avant de mettre à mort des bovins qui meuglent. Difficile d'aller jusqu'au bout de cette nouvelle vidéo choc de plus de 3 minutes publiée par l'association vegan L214 et dont Le Figaros'est procuré une copie.

Les images ont été tournées entre fin août et début septembre dernier dans l'abattoir multiespèces du Boischaut, géré par la communauté de communes de La Châtre-Sainte-Sévère, dans l'Indre. Un établissement de 17 salariés, certifié bio, «le plus gros abattoir bovin de la région Centre-Val de Loire», selon le quotidien La Nouvelle République. Malgré un investissement récent de 1,6 million d'euros pour moderniser le site, on constate la présence d'outils inadaptés et des pratiques cruelles. Pourtant, ce site, comme l'ensemble des 268 abattoirs français, a fait l'objet, au printemps 2016, d'un audit commandé par le ministère de l'Agriculture à la suite de premières vidéos chocs de L214 dans plusieurs abattoirs de l'Hexagone.

«Nous sommes conscients que ce métier d'abatteur, très difficile, doit évoluer»

François Daugeron, président de la communauté de communes de La Châtre

Au Boischaut, malgré le compte rendu de l'inspection, qui avait relevé des infractions notées C et D - notamment à la tuerie -, rien ne semble avoir changé deux ans après. «Le rapport accablant des services vétérinaires avait déjà identifié des non-conformités majeures qu'on retrouve dans cette nouvelle enquête en 2018», déplore Sébastien Arsac, porte-parole de L214.

Parmi les élus et les agriculteurs locaux, c'est l'incompréhension. «Je vais toutes les semaines apporter des bêtes au Boischaut, et j'ai assisté plusieurs fois à toute la chaîne, depuis l'abattage jusqu'à la découpe, mais je n'ai jamais constaté de mauvaises pratiques, indique Nicolas *, important éleveur bovin et porcin du coin. Si ces images étaient avérées, cela porterait préjudice à toute la filière.» «Nous sommes conscients que ce métier d'abatteur, très difficile, doit évoluer, réagit François Daugeron, président de la communauté de communes de La Châtre, après avoir vu cette vidéo. Nous venons de recruter une personne responsable de la qualité pour faire évoluer nos pratiques.»

Sur le terrain juridique, L214 a porté plainte auprès du procureur de la République de Châteauroux pour «maltraitance et actes de cruauté». L'association demande en outre à la préfecture «la fermeture immédiate de l'établissement» pour des raisons d'hygiène. Pour sa part, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, va demander une enquête auprès des services de la Direction générale de l'alimentation. Dans ce contexte, l'installation obligatoire de vidéosurveillance au poste d'abattage est plus que jamais d'actualité.

* Le prénom a été changé.

Source de l'article et Vidéo : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Le Portugal interdit les animaux sauvages dans les cirques

Publié le par Ricard Bruno

Le Portugal interdit les animaux sauvages dans les cirques

Le Portugal a décidé d'interdire les animaux sauvages dans les spectacles de cirque d'ici 2024, selon une loi adoptée par le Parlement mardi soir et saluée mercredi par les associations de défense des animaux.

"Cette loi était très attendue. La place des animaux sauvages n'est pas dans les cirques. Les gens doivent pouvoir se divertir sans souffrance pour les animaux", a déclaré à l'AFP Bianca Santos, vice-présidente de l'association portugaise AZP, qui milite pour le bien-être des animaux.

Lions, tigres, éléphants, chameaux ou zèbres: cette interdiction concernera plus de 1.100 animaux appartenant à une quarantaine d'espèces.

Avec la loi approuvée cette semaine grâce aux voix des députés de gauche comme de droite, qui prévoit une période de transition de six ans, le Portugal rejoint ainsi la quarantaine de pays dans le monde, dont la moitié en Europe, qui limitent déjà l'utilisation d'animaux dans les cirques.

"Le Parlement a enfin compris que des cages plus grandes, des règles plus strictes ou davantage de contrôles n'étaient pas une solution au problème de ces animaux, réduits à de simples marionnettes, à qui on a retiré leur dignité", a réagi le député André Silva, du Parti personnes-animaux-nature (PAN), qui a le premier soumis un projet de loi sur ce sujet il y a près d'un an.

D'ici 2024, les propriétaires des cirques devront enregistrer ces animaux sur une plateforme qui sera créée prochainement, tandis que le gouvernement devra organiser le placement de ces animaux dans des centres d'accueil, au Portugal ou à l'étranger.

Les professionnels du spectacle qui accepteront de se séparer de leurs animaux avant la fin de la période de transition pourront bénéficier en outre d'une aide pour leur reconversion professionnelle.

L'association représentative de la vingtaine de cirques portugais s'était opposée à cette loi, affirmant dans un communiqué qu'elle "contribue à la disparition" de cette filière.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

La SPA de Montpellier dépose plainte après la découverte d'une chienne dans une benne à ordures

Publié le par Ricard Bruno

Illustration d'un chien noir.

Illustration d'un chien noir.

La SPA de Montpellier a indiqué son intention de déposer une plainte, après la découverte d'une chienne dans une benne à ordures. Vendredi, ce caniche d’une dizaine d’années, retrouvé dans un état de maigreur avancé par un agent de nettoiement, a été soigné en urgence dans une clinique vétérinaire de la ville, relate Midi Libre.

Le refuge a lancé une collecte pour financer les soins de la chienne : ce mercredi matin, un peu de 700 euros avait été récoltés sur le Facebook de l'association.

« Elle va mieux »

Si son pronostic vital était engagé vendredi, la chienne, qui présentait de nombreuses lésions, est aujourd’hui sauvée. « Elle va mieux, elle a été toilettée et détartrée, note le refuge sur Facebook. Elle reste toujours en soins et sous surveillance à la clinique. »

Une personne s'est déjà manifestée auprès de la SPA pour adopter l'animal.

Aujourd'hui, petite femelle caniche balancée dans une benne à ordure à Montpellier, trouvé par un agent de la société Nicollin. Amenée à la fourrière dans un état pitoyable et transportée en clinique vétérinaire.
La SPA va immédiatement déposer une plainte.

La SPA de Montpellier dépose plainte après la découverte d'une chienne dans une benne à ordures

DE MEILLEURES NOUVELLES DE LA PETITE CANICHE TROUVÉE DANS UNE BENNE A ORDURES A MONTPELLIER
Oufff... elle va mieux, elle a été au toilettée et détartrée.
On a refait une prise de sang les paramètres sont presque normaux.
Pour l'instant elle reste toujours en soins et sous surveillance à la clinique vétérinaire, 
Nous avons décidé de l'appeler CHOUPY.
Dès sa sortie elle partira en famille d'accueil chez une bénévole pour se remettre sur pattes et se remonter le moral. Une personne qui habite loin du refuge s'est déjà proposée pour l'adopter. Nous ferons au mieux afin de lui trouver une famille aimante.
un grand merci de tout cœur pour tous vos messages de soutien !

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Messe des animaux...par Raphaël Steck

Publié le par Ricard Bruno

Malgré le temps pluvieux une très grande assemblée et de nombreux quatre pattes présents pour la messe des animaux.

Un très beau moment partagé.

 

Raphaël Steck

Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck
Messe des animaux...par Raphaël Steck

Publié dans ACTUALI, le web en parle

Partager cet article

Repost0

Le roi Macron pro chasse...

Publié le par Ricard Bruno

Alors que les « accidents de chasse », souvent tragiques, se multiplient, retour sur un épisode peu médiatisé de la campagne présidentielle.
Accompagné du délicieux lobbyiste des chasseurs, Thierry Coste, dont il est proche, Emmanuel Macron annonce à ceux qu'il considère comme « les garants de la biodiversité terrestre », vouloir développer le tourisme de la chasse en France !

Partager cet article

Repost0

Princesse Hermine de Clermont-Tonnerre...Quelle Honte !

Publié le par Ricard Bruno

Pour la Princesse Hermine de Clermont-Tonnerre, donner une seconde vie a des "objets" est une seconde nature pour elle, quelle honte, ce n'est possible de prendre des animaux pour des meubles, regardez les pièces jointes extraites d'une vidéo de You Tube que vous pourrez retrouver ICI

 Princesse Hermine de Clermont-Tonnerre...Quelle Honte !
 Princesse Hermine de Clermont-Tonnerre...Quelle Honte !
 Princesse Hermine de Clermont-Tonnerre...Quelle Honte !

Partager cet article

Repost0

Lionceau dans un appartement : six mois de prison pour le propriétaire

Publié le par Ricard Bruno

Le lionceau, une femelle de deux mois et demi, avait été retrouvé mardi soir, chez des voisins de cet homme bien connu de la police

Le lionceau, une femelle de deux mois et demi, avait été retrouvé mardi soir, chez des voisins de cet homme bien connu de la police

La femelle de deux mois et demi avait été retrouvée mardi soir, chez des voisins de l'homme, qui était bien connu des services de police. 

L'homme qui détenait un lionceau dans un appartement du Val-de-Marne et se présentait comme un amoureux des animaux a été condamné à six mois de prison ferme vendredi par le tribunal de Créteil.
Le trentenaire, également condamné à 2.000 euros pour avoir illégalement détenu et tenté de vendre l'animal, a été envoyé en prison directement après son jugement.

Le lionceau, une femelle de deux mois et demi, avait été retrouvé mardi soir à Valenton, chez des voisins de cet homme bien connu de la police. Lui était caché dans un placard, le lionceau, en bonne santé, dans la chambre d'enfant.

Un lionceau qui aurait été proposé à la vente pour 10.000 euros. Il ne s'agit pas d'un cas isolé, a noté le procureur pendant l'audience, indiquant que l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage enquêtait sur la présence de trois autres lionceaux en banlieue parisienne. Un autre lionceau a été retrouvé mercredi dans un garage automobile à Marseille, selon les douanes. Celui du Val-de-Marne était apparu dans plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux, où on le voyait mordiller la tête d'un jeune homme, se faire gratter le crâne par d'autres et déambuler dans la rue. Son détenteur avait été repéré après un signalement à la police: un de ses contacts Snapchat l'avait vu proposer le lionceau à la vente dans une vidéo, pour 10.000 euros.

"J'ai été hypnotisé (...) je n'ai pas pensé aux conséquences". Devant le tribunal, il a assuré avoir juste voulu "frimer", "faire croire" que le lionceau lui appartenait alors qu'il lui avait simplement été "prêté" par un proche venu lui rendre visite. "J'aime beaucoup les animaux, j'en ai toujours eu. J'ai été hypnotisé par ce lionceau, je n'ai pas pensé aux conséquences", a-t-il poursuivi, assurant regretter sa "connerie". Il a précisé avoir regardé "sur Google" comment le nourrir - les enquêteurs ont trouvé un biberon chez lui - et "à quel moment il allait devenir dangereux".

L'animal sera remis à la Fondation 30 millions d'amis. Ses explications n'ont convaincu ni la Fondation 30 millions d'amis, partie civile, qui a rappelé l'ampleur du trafic d'animaux sauvages, ni le procureur. "Il ne l'avait pas parce qu'il le trouvait mignon, mais parce qu'il comptait le revendre", a martelé ce dernier. Le lionceau sera remis à la Fondation 30 millions d'amis. L'enquête n'a pas encore permis de déterminer son origine.

 

Des dealers qui monnayaient des selfies avec un tigre

En 2017, un lionceau avait été découvert enfermé dans une cage dans un appartement de Seine-Saint-Denis, puis réintroduit dans une réserve en Afrique du Sud. Son détenteur avait été interpellé après avoir été repéré sur les réseaux sociaux, où il s'affichait avec l'animal. Un jeune tigre avait aussi été retrouvé dans le même département en 2016. Des dealeurs qui monnayaient des selfies en sa compagnie contre quelques euros l'avaient abandonné quand la police s'était mise à sa recherche. Il avait été confié à un refuge.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Rémi Gaillard obtient le retrait du renard de la liste des nuisibles

Publié le par Ricard Bruno

Rémi Gaillard obtient le retrait du renard de la liste des nuisibles

L'humoriste a posté une photo sur twitter ce vendredi annonçant que François de Rugy avait accepté de retirer le renard de la liste des nuisibles, avant la fin de l'année. 

Sur la vidéo (Cliquez ICI), on découvre Rémi Gaillard et François de Rugy autour d'une table. L'humoriste y remercie le ministre de la Transition écologique d'avoir retiré le renard de la liste des nuisibles, "même s'il n'a pas l'air d'accord sur la vidéo, mais c'est l'émotion je crois", explique l'humoriste en commentaire. Cette décision fait écho à la "prime à la chasse" dont sont victimes les renards qualifiés de nuisibles par les chasseurs. Sur Facebook, l'association One Voice avait, elle aussi, appelé le ministre de la Transition écologique pour qu'il retire l'animal de la liste des nuisibles. 

Fervent défenseur de la cause animale, Rémi Gaillard s'est illustré à plusieurs pour ses prises de position qui ont porté leurs fruits. En août 2018, il s'était engagé pour deux ours polaires du Marineland, parc animalier situé à Antibes, demandant qu'ils soient transférés. Il avait directement interpellé l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot: "Si Nicolas Hulot pouvait [...] suggérer le transfert des ours polaires qui se font chier sous la canicule à Marineland". Quelques jours plus tôt, il avait obtenu que Kiwi et Dominique, deux ours du parc zoologique de Fort-Mardyck à Dunkerque soient transférés, en 2019, au sein du parc animalier Zoodyssée, dans les Deux-Sèvres. Sur twitter, le Montpelliérain avait dénoncé les mauvaises conditions de vie des deux mammifères. 

Partager cet article

Repost0

Marseille : un lionceau retrouvé dans un garage du 14e

Publié le par Ricard Bruno

Marseille : un lionceau retrouvé dans un garage du 14e

C'est sur la foi d'une information livrée par les enquêteurs de la police judiciaire que leurs collègues de la Douane se sont immédiatement mis en quête de ce lionceau. Après quelques heures de repérage, les fonctionnaires lançaient, mercredi soir, une perquisition dans un garage automobile du 14e arrondissement et finissaient par découvrir la petite bestiole, aux faux airs de nounours. L'un des employés, soupçonnés d'en avoir fait l'acquisition, était interpellé.

Selon nos sources, le lionceau aurait trois semaines et souffrirait de divers maux. "Il a une grosse perte de poils, un ventre très gonflé et des ulcères aux deux yeux", décrit l'un des membres de l'association Tonga Terre d'accueil installée au zoo de Saint-Martin la Plaine (42) à laquelle il a été confié.

Après son audition, son éphémère propriétaire, "qui n'a pas le profil d'un voyou" selon un enquêteur, a assuré l'avoir simplement recueilli, et a été relâché par les autorités dans l'attente de la décision du Parquet quant à d'éventuelles poursuites judiciaires.

En parallèle, la Douane va s'atteler à déterminer où ce lionceau est né, qui l'a amené à Marseille, puis échangé ou vendu. "C'est de toute façon du trafic", estime-t-on du côté de l'association. "Les lionceaux, c'est très rare, on a en général des oiseaux, des serpents, des singes, mais tous ont un point commun : ils sont protégés par la Convention de Washington et il est strictement interdit de les posséder sans être titulaire d'une capacité comme les zoos ou les cirques",précise le porte-parole de la Douane marseillaise.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article

Repost0

OISEAUX AFFAMÉS: LES EXPERTS LANCENT UN APPEL À L'AIDE

Publié le par Ricard Bruno

Les volatiles souffrent d'une grave pénurie d'insectes due aux sols trop secs. Un virus touche aussi les merles. Certains experts recommandent de nourrir les oiseaux.

Les oiseaux manquent d'insectes et les experts recommandent de les nourrir actuellement comme en hiver. Image

Les oiseaux manquent d'insectes et les experts recommandent de les nourrir actuellement comme en hiver. Image

La sécheresse qui règne en Suisse a de graves conséquences sur les oiseaux. En effet, ils n'arrivent plus à trouver suffisamment de nourriture et sont affamés. Au point que les centres de soins pour les oiseaux doivent les nourrir. «Depuis le 1er août, nous avons reçu 37 oiseaux très amaigris. Alors que les autres années, nous en avons à peine quelques uns», explique Marc Stähli, éleveur et membre de la société d'aviculture de Zurich, au quotidien 20 Minuten.

La plupart des oiseaux ont été rapportés par des gens qui les ont trouvés, les ailes flasques et affaiblis, dans les jardins ou les parcs. Ce sont surtout les merles et les espèces de grive qui sont touchés. «Ils sont si maigres et faibles qu'ils ne peuvent pas voler», explique-t-il. Ce qui en fait une proie facile pour les chats.

Même constat à la société de soins pour les oiseaux et les animaux sauvages de Schaffhouse. «Nous avons nous aussi remarqué une tendance à la hausse d'oiseaux affamés dans nos unités de soins, surtout les insectivores», explique la directrice Helen Homberger. D'habitude, c'est en hiver que la société les voit arriver. Du coup, ils sont nourris au centre avec des grillons. «Dans les cas les plus graves, nous devons leur instiller une solution nutritive ou les perfuser.» Parfois, cela suffit à les remettre sur pattes, mais si les volatiles n'ont pas volé depuis plusieurs jours, ils sont infestés de parasites et ils finissent par mourir.

Moins d'insectes

«Il y a déjà de moins en moins d'insectes, d'arachnides, d'escargots et de vers en Suisse. La chaleur a empiré les choses», déplore de son côté la présidente du Network for Animal protection, Esther Geisser. Elle explique que les mangeoires de son jardin ne désemplissent pas. «Depuis plusieurs semaines, une septantaine d'oiseaux viennent se nourrir tous les jours dans les mangeoires de mon jardin. D'habitude, je n'en vois pas plus d'une vingtaine.»

Ce manque de nourriture a aussi des conséquences pour les oiseaux migrateurs qui vont bientôt entamer leur voyage vers le sud, comme les grives, les étourneaux ou les fauvettes à tête noire. De nombreuses baies sont désséchées, ce qui n'est pas idéal pour eux qui doivent faire le plein de graisse pour leur longue migration, explique Stefan Bachmann, porte-parole de Birdlife Suisse.

Côté romand, on ne partage pas ce constat. «Je n'ai pas eu vent de ce problème», confie François Turrian, directeur romand de BirdLife Suisse à La Sauge. Selon lui, la plupart des oiseaux arrivent à trouver de l'eau et de la nourriture en suffisance et à s'adapter, même en période de sécheresse.

Un virus émergent

En revanche, certains volatiles qui trouvent asile sous les toits ou dans des nichoirs ont connu une mortalité plus élevée que d'habitude. «Avec la chaleur, les petits martinets par exemple ont quitté le nid beaucoup trop vite afin d'échapper à la fournaise», explique-t-il. Il déconseille du coup aux gens de placer des abris sur les façades sud des maisons ou dans des endroits exposés au soleil.

Autre phénomène qui pourrait expliquer en outre la mortalité plus élevée de certains oiseaux comme les merles ou les grives: l'apparition d'un virus émergent venu d'Afrique, le Usutu, qui se transmet par les moustiques. «Nous attendons la confirmation de sa présence en Suisse, mais il pourrait être davantage responsable de la mort de certains oiseaux que la canicule.»

Trop profond dans les sols

C'oté alémanique, les experts expliquent tous ce qui se passe en ce moment: la chaleur a fait que les vers et les insectes se sont enfoncés plus profondément dans les sols. Il faudrait une longue période de pluie pour qu'ils soient à nouveau à la portée des oiseaux. Par ailleurs, les volatiles ont aussi de la peine à trouver des graines en raison des plantes qui se sont desséchées. Et même les sources d'eau viennent à manquer, puisque de nombreux étangs ou petites mares d'eau sont à sec.

Certains défenseurs des animaux et des oiseaux appellent donc la population à nourrir les oiseaux avec les mélanges habituels qu'on leur donne en hiver. Mais même les graines et de l'eau n'atténueront que temporairement la situation.

Il faut des habitats appropriés

A la station ornithologique de Sempach, on estime que pour aider les oiseaux, il faudrait surtout créer des habitats appropriés à leur intention. Un jardin naturel avec des buissons indigènes et de nombreuses possiblités de faire des nids serait idéal, explique ainsi le biologiste Livio Rey.

Un avis que partage François Turrian. «Je déconseille le nourrissage des oiseaux en été. Ce n'est pas une mesure pertinente car les oiseaux arrivent quand même à trouver de la nourriture. En outre, les gens qui les nourrissent leur donnent souvent des restes d'aliments qui peuvent s'avérer néfastes», critique-t-il. Pour lui aussi, des endroits aménagés pour les volatiles sont le meilleur moyen d'enrayer la diminution du nombre d'oiseaux dans notre pays.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0