Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3834 articles avec le web en parle

Un Niortais condamné à 15 mois de prison ferme pour avoir battu son chien à mort

Publié le par Ricard Bruno

Un Niortais a été condamné à 15 mois de prison ferme pour avoir battu son chien à mort. La pauvre bête avait subi d'importants sévices, comme des brûlures ou des entailles.

Illustration

15 mois de prison ferme pour un homme interpellé dimanche matin chez lui dans son appartement en centre-ville de Niort. Il était alcoolisé et venait de s'acharner sur son chien en lui portant de nombreux coups. L'animal a dû être euthanasié pour abréger ses souffrances. La pauvre bête avait subi d'importants sévices, comme des brûlures ou des entailles. 

Jugé pour diverses infractions, notamment outrage et menaces sur policiers, il a été écroué à l'issue de l'audience qui s'est tenue ce lundi.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot Lettre au président Macron

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Lettre au président Macron

Partager cet article

Repost0

Ils sauvent les galgos, les chiens martyrs d'Espagne

Publié le par Ricard Bruno

Flyer, galgo recueilli par Guy Dedieu...

Flyer, galgo recueilli par Guy Dedieu...

Source de l'article et vidéo : Cliquez ICI

ous les ans, des milliers de galgos, lévriers de chasse espagnols, sont tués et martyrisés. Près de Toulouse, une association en a déjà sauvés des centaines. Au cœur de l'horreur...

Cette coutume ancestrale reste peu connue en France, à l'exception des défenseurs de la cause animale qui pour certains en ont fait un combat. C'est le cas de Guy Dedieu, président de l'association «Galgos sans famille». Depuis une vingtaine d'années, et six ans à la tête de l'association, cet habitant de Trébons-sur la Grasse sauve ces chiens.

 

Régulièrement, il se rend en Espagne et recueille des galgos grâce à un réseau de refuges partenaires. Soignés, les chiens sont ensuite ramenés en France. Faisant appel à la générosité de chacun, il les place alors dans une famille… inoffensive. En six ans, plus de six cents chiens ont ainsi été extraits de l'horreur.

Plus de 30 000 tortures par an

Mais Guy Dedieu compte bien aller plus loin : «Aujourd'hui notre mission est de sauver tout ce qu'on peut. On le fait dans les règles. Tout est contrôlé par les services vétérinaires. La sortie de territoire l'est également. Nous menons ensuite une enquête sévère pour répondre, ou pas, aux demandes. En Espagne, une loi interdit depuis peu d'entraîner ces chiens en les accrochant derrière les voitures. Mais notre combat doit s'intensifier. On voit trop de choses terribles, insupportables.»

C'est une vérité. Car si les galgos hébergés sous le toit de Guy Dedieu ont aujourd'hui une vie paisible et plein d'amour, cela n'a pas toujours été le cas. Vulcane, a été sauvée, suffoquant, pendue à une corde. Aïka, a été brûlée à plusieurs endroits par des mégots de cigarettes, sa patte a été brisée et sa tête fendue. Elle en porte encore les stigmates. Zaz, enfermée dans une minuscule cage et enchaînée, ne servait qu'à la reproduction, Elle allait être tuée. Flyer, nourrit exclusivement à l'huile de friture, a fini par ne plus pouvoir lutter, malgré les soins. Son nom sera donné à un refuge encore à l'état de projet mais qui intéresse le maire de la ville.

En attendant, en Espagne, le massacre continue. Les chiffres, bien qu'en baisse, effraient toujours. Entre 30 000 et 40 000 galgos sucoomberaient, chaque année, à la folie et là la cruauté des chasseurs espagnols.

www.galgossansfamille.com ;

contact 06 85 29 24 53

 

 

Galgos : une vie de chien pendue à un fil

La chasse aux lapins et lièvres avec lévriers est interdite en France depuis 1 844. Mais L'Union européenne l'autorise encore en Espagne où elle reste une tradition. Bien entendu, porter un jugement sur les coutumes d'un autre pays que le sien peut être déplacé, quand bien même celles-ci peuvent paraître incomprises, étranges, voire cruelles. Mais lorsqu'elles sombrent dans la folie, il est difficile d'y rester insensible. La triste vie des galgos en est un exemple.

En Espagne, le galgo, comme son proche cousin le podenco, n'est pas reconnu comme animal de compagnie mais comme outil de travail. Le chasseur peut le maltraiter comme il le désire en toute impunité. D'où des scènes choquantes où l'on voit des chiens aux yeux arrachés, brûlés, traînés derrière des autos et victimes d'autres sévices inimaginables… Cette barbarie est la triste évolution d'une coutume ancestrale. «Par le passé, des meutes de galgos représentaient pour le chausseur un coût qu'il ne pouvait assumer après la saison. C'est pourquoi les chiens étaient livrés à eux-mêmes, ou abattus. De nos jours, la tradition a pris une autre dimension particulièrement cruelle. Le lévrier est tout au long de sa courte vie mal nourri et maltraité pour soi-disant stimuler sa motivation derrière le lièvre. Il est de coutume ensuite de le «remercier» à l'âge de deux ou trois ans. S'il a bien chassé, sa mort est rapide. Dans le cas contraire, afin de laver l'honneur du Galguero, il est torturé. Plus il souffre meilleur sera le prochain galgo !», explique Guy Dedieu, président de l'association «Galgos sans famille».

La question demeure donc : ces coutumes s'arrêteront elle un jour ? Nul ne peut le prédire. En revanche, les associations se multiplient pour alerter sur ces actes. L'Association pour le sauvetage et l'adoption des lévriers espagnols, Lévriers du sud, GALGOS, Groupe d'aide aux lévriers galgos odieusement sacrifiés, Ma Vie de Galgo, pour ne citer qu'elles, mais aussi des médias scientifiques, ou spécialisés dans les animaux ont entamé le même le combat que celui mené depuis 6 ans l'association haut garonnaise. L'Espagne, de son côté, a commencé à réagir pour protéger ces chiens. Mais la chasse est toujours autorisée. Et la vie des galgos encore et toujours pendue à un fil.

E.H

 

Interview Jean-Philippe PASCAL, Président de GALGOS (Groupement d'Aide aux Lévriers Galgos Odieusement Sacrifiés).

«Patience et amour leur font oublier le traumatisme»

Quel est le rôle de votre association ?

Nous proposons des galgos et podencos rescapés à l'adoption. Grâce à un système de parrainage mensuel, nous pouvons en placer certains en pension, où ils sont plus en sécurité qu'en refuges. Nous organisons aussi tout au long de l'année des journées d'information et de collectes alimentaires dans divers magasins, mais aussi de tout matériel pouvant être utile aux refuges et donnés par des particuliers (couvertures, parapharmacie, paniers…) que nous amenons personnellement en Espagne une fois par an, en octobre.

Quels sont les résultats à ce jour ?

Nous réalisons une centaine d'adoptions par an depuis 2012, et en octobre dernier, nous avons loué (grâce aux dons) 5 camions et distribué 31 tonnes de matériel et de nourriture, répartis entre 19 refuges très démunis. C'était notre sixième convoi de ce type.

En France, combien êtes-vous à participer à ce combat ? Combien d'antennes de votre asso ?

Il y a environ 25 associations en France, et sans doute plus de 100 en Europe. La nôtre compte 370 adhérents et une vingtaine de délégués régionaux, mais également en Belgique et en Suisse.

De récentes lois espagnoles interdisent par exemple d'attacher son chien pour l'entraîner derrière sa voiture. Selon vous, le pays prend-il conscience de ces actes d'un autre âge ?

Dans certaines provinces oui, mais dans le nord de l'Espagne. Dans d'autres non, parce que les lois concernent les animaux de compagnie, et que les galgos et podencos sont encore considérés comme des outils de travail. Mais grâce au courage de merveilleux bénévoles sur le terrain, il faut garder espoir.

Les chiens peuvent-ils s'adapter facilement à notre climat ?

Oui, ce sont des chiens qui ont un très grand pouvoir d'adaptation, et qui prennent très vite goût à cette chaleur humaine qu'ils n'ont jamais connue. Et dans le sud de l'Espagne, les étés sont très chauds mais les hivers peuvent être très froids.

Quelles conditions sont nécessaires pour adopter un galgo ?

En maison, il faudra un jardin bien clôturé. En appartement, prévoyez de longues promenades en laisse. Sur un plan humain, il faudra de la patience et de l'amour pour aider certains à oublier leur traumatisme passé.

Partager cet article

Repost0

Ces célébrités attachées à la Vierge Marie dont Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Notre Dame de la Garrigue
Notre Dame de la Garrigue

Notre Dame de la Garrigue

Chanteurs, acteurs, musiciens...ces personnalités célèbres partagent ouvertement leur attachement à la figure de la Vierge Marie. Élevées pour la plupart dans la foi catholique, elles évoquent la grâce, la douceur, la proximité et la protection de Marie à travers leurs chansons, leurs écrits ou tout simplement en parlant avec leur public.

Sting, Brigitte Bardot, Laurent Voulzy, Mireille Mathieu, Michael Lonsdale ou encore Bruce Springsteen… Pour ces artistes célèbres, la Vierge Marie est une source d’inspiration, le modèle de l’amour et le symbole de la perfection humaine. Son amour maternel inconditionnel, sa douceur et sa grâce leur apportent souvent la consolation et la sécurité d’une Mère qui conduit immanquablement à son Fils.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Sauvons nos refuges

Publié le par Ricard Bruno

Sauvons nos refuges
Sauvons nos refuges
Sauvons nos refuges
Sauvons nos refuges

Depuis la fin des contrats aidés, de trop nombreux refuges sont en danger de fermeture pure et simple. Les bénévoles ne sont pas assez nombreux pour subvenir aux besoins quotidiens d'un refuge. Imaginez-vous une structure de plus de 200 chats et autant de chiens. Il faut nettoyer les box, les accès, soigner et nourrir les animaux. L'émission "Un cœur comme le tien" s'engage aux travers de ces 2 journées organisées mais aussi à la mi janvier , la mise en ligne d'une cagnotte dédiée aux personnes qui ne pourront pas se déplacer et qui souhaiteront participer activement. L'objectif est de récolter des fonds pour les refuges en difficulté afin d'éviter leurs fermetures. Si personne ne bouge, dans 2 à 3 ans il n'y aura que des fourrières animales . Il y a de plus en plus d'abandons chaque année, 10 jours de rétention et je vous laisse imaginer ce que deviendront les loulous abandonnés si les refuges n'existent plus.... Engagez-vous avec nous ! Merci pour eux !

 

Vous ne pouvez pas

assister aux 2 journées d'action ?

Alors participez à la cagnotte 
"Sauvons nos refuges"

                 CLIQUEZ ICI

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés.

Merci à tous !

 

Depuis la fin des contrats aidés, de trop nombreux refuges sont en danger de fermeture pure et simple. Les bénévoles ne sont pas assez nombreux pour subvenir aux besoins quotidiens d'un refuge. Imaginez-vous une structure de plus de 200 chats et autant de chiens. Il faut nettoyer les box, les accès, soigner et nourrir les animaux.

 

L'émission "Un coeur comme le tien" s'engage aux travers de ces 2 journées organisées mais aussi à la mi janvier , la mise en ligne d'une cagnotte dédiée aux personnes qui ne pourront pas se déplacer et qui souhaiteront participer activement. L'objectif est de récolter des fonds pour les refuges en difficulté afin d'éviter leurs fermetures. Si personne ne bouge, dans 2 à 3 ans il n'y aura que des fourrières animales . Il y a de plus en plus d'abandons chaque année, 10 jours de rétention et je vous laisse imaginer ce que deviendront les loulous abandonnés si les refuges n'existent plus....

 

Engagez-vous avec nous !

Partager cet article

Repost0

Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019
Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019
Brigitte Bardot Interview du 06 01 2019

Partager cet article

Repost0

Corcondray : la lente mort d’un cheval crée l’émoi...

Publié le par Ricard Bruno

Plusieurs personnes ont été émues par la mort d’un cheval dans un pré de Corcondray. Elles ont alerté une enquêtrice de la Fondation Brigitte Bardot pour évoquer les faits. L’éleveur réfute toute négligence ou maltraitance.

Ce cheval, très affaibli, a, selon un témoin de la scène, « agonisé » pendant trois jours avant de mourir samedi dernier. L’éleveur réfute les accusations de maltraitance et de négligence.

Ce cheval, très affaibli, a, selon un témoin de la scène, « agonisé » pendant trois jours avant de mourir samedi dernier. L’éleveur réfute les accusations de maltraitance et de négligence.

La personne qui a alerté l’enquêtrice de la Fondation Brigitte Bardot (FBB) souhaite conserver l’anonymat. Elle-même a été informée qu’un cheval, seul, était en train de mourir dans un pré à Corcondray. Elle s’y est rendue, la semaine dernière, mercredi, pour constater que l’animal était couché et ne parvenait plus à se relever.

« La pauvre bête hennissait dès qu’on l’approchait », raconte ce témoin. « Elle avait bien de quoi se nourrir, une botte de foin se trouvait non loin d’elle. Ce cheval a été abandonné là, sans soins, pendant trois jours. Des équidés meurent tous les ans chez cet éleveur, mais personne ne dit rien. Un poulain d’environ un an est mort le week-end qui précédait Noël. En plus, il laisse des étalons au milieu des juments. Il ne surveille pas la reproduction de ses animaux à mon sens. J’ai le sentiment qu’il ne les soigne pas comme il faut et qu’il les nourrit parce qu’il le faut bien. »

 

L’éleveur cesse son activité cette année

L’éleveur mis en cause par ce témoin choqué ne semble pas surpris des graves accusations portées à son encontre. « Je sais qu’il y a des personnes au village qui ne m’aiment pas et qui essaient de trouver n’importe quoi pour me causer du tort. Le cheval dont elle parle avait 22 ans. Il s’était déchiré les tendons d’une patte quelques années en arrière. Il était suivi par un vétérinaire, comme c’est évidemment le cas pour le cheptel qui me reste, soit une dizaine d’équins, que je ne fais plus reproduire. Il est mort de vieillesse, c’est tout. »

L’éleveur affirme n’avoir jamais maltraité ni négligé ses animaux. Tous paraissent bien nourris. En tout cas, ils ne manquent ni de foin, ni de compléments alimentaires. Il reconnaît qu’ils n’ont pas de bâtiments pour se protéger, hormis les arbres qui bordent leurs prés. Il estime qu’ils sont suffisants pour eux. « Je n’ai pas les moyens financiers de construire des abris aux normes. J’ai 63 ans, j’ai perdu des terrains suite à une succession familiale qui s’est mal déroulée et mon fils ne reprendra pas l’exploitation. Je fais de l’élevage équin depuis plus de 30 ans et j’estime qu’il est temps de m’arrêter. Je cesserai cette activité cette année. Je vais vendre les chevaux pour la filière bouchère, je pense. »

L’enquêtrice de la FBB tente, de son côté, d’en savoir un peu plus auprès des autorités avant d’envisager, ou non, de porter plainte à l’encontre de l’éleveur pour le cas de ce cheval.

Source de l'article ; Cliquez ICI

Partager cet article

Repost0

Parc naturel du Morvan : jugé "indésirable", un troupeau de daims doit être abattu

Publié le par Ricard Bruno

Les daims dans le parc du siège du Parc Naturel du Morvan à Saint-Brisson.

Les daims dans le parc du siège du Parc Naturel du Morvan à Saint-Brisson.

Non-conformes ! La vingtaine de daims installés depuis 30 ans dans l'enceinte du Parc naturel du Morvan (PNR Morvan), à Saint-Brisson, dans la Nièvre, à la frontière de la Côte-d'Or, est considérée comme indésirable par les services de l'État. Dans un communiqué, le Parc naturel du Morvan explique que "seuls les animaux de race pure de l'espèce Dama dama peuvent être détenus dans ce type de parc de vision. Les animaux ne correspondant pas à ces caractéristiques phénotypiques doivent être abattus."

Les services de l'État vont conduire les opérations d'élimination de ce troupeau, rapporte Le Journal de Saône-et-Loire.

À noter qu'une pétition a été lancée par les associations Respectons et la Fondation Bardot, qui a recueilli en quelques heures plus de 1500 soutiens.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Partager cet article

Repost0

Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy

Publié le par Ricard Bruno

Je serais présent durant ces deux jours de Salon à Mennecy, pour celles et ceux qui voudraient venir me rencontrer, je présenterais mon livre "Brigitte Bardot icône absolue BBiographie"...

Bruno Ricard 

 Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy
 Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy
 Salon du livre et de la BD d'île de France les 2 et 3 février 2019 à Mennecy

Partager cet article

Repost0

Foies gras définitivement interdit en Californie ! à quand la France !

Publié le par Ricard Bruno

La cour suprême des états-unis a validé hier l'interdiction du foies gras en Californie.

Journal le Parisien du 08 01 2019

Journal le Parisien du 08 01 2019

Partager cet article

Repost0