Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1293 articles avec action protection animale

Incroyable sauvetage d'une Orque adulte

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Voici la raison pour laquelle Brigitte Bardot ne votera pas pour Macron !

Publié le par Ricard Bruno

Devant la table de Brigitte un de ses chiens "Roudoudou"...BR

Devant la table de Brigitte un de ses chiens "Roudoudou"...BR

Dans un tweet envoyé ce mardi, l'ancienne égérie invite "ceux qui aiment et respectent les animaux à ne pas voter pour Emmanuel Macron". Pour la Tropézienne, le projet porté par le candidat d' "En marche !" est " mortifère, scandaleux, désespérant, et sans aucun espoir d'amélioration dans aucun domaine".

"Je ne m’en cache pas et je n’en ai rien à fiche de ce que l’on va penser ou raconter sur ma pomme. Moi je voterai Marine le Pen", nous déclarait Brigitte Bardot en 2012. Cinq ans après, le discours n’est pas aussi tranché - BB n’appelle pas ouvertement à voter FN - mais le message sous-tend une finalité identique. "Si Macron passe, les animaux trépassent !", lance ce mardi, dans un communiqué acéré, la pensionnaire de la Madrague.

Brigitte Bardot qui reproche au favori des sondages d'avoir pris "le parti des éleveurs et des chasseurs contre les associations de défense des animaux qui luttent avec difficulté face aux lobbies." Lesquels auraient tout pouvoir sur le candidat, selon elle.

Et BB d'en remettre une couche : "Le mépris qu’il affiche devant les souffrances animale résume son manque total d'empathie que prouve la froideur de son regard bleu acier". 

Source de l'article : Cliquez ICI

Voici la raison pour laquelle Brigitte Bardot ne votera pas pour Macron !

Partager cet article

Repost 0

Brigitte Bardot : Ne votez pas Macron !

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot appel à ne pas voter Macron, elle a bien raison, voter pour lui est une monumentale erreur...

Les positions Anti-Animalistes
d'Emmanuel Macron!
-Macron ne remet pas en cause la chasse de nuit, ni la chasse le dimanche.
-Macron ne s'engage pas à modifier la loi pour étendre aux animaux sauvages (y compris non captifs) la notion de sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux.
-Macron à propos de la corrida : «Je suis à ce titre opposé à l'interdiction dans les territoires de tradition taurine»
-Macron refuse de soutenir l'interdiction de l'abattage des vaches gestantes.
-Macron refuse de soutenir la création d'une autorité indépendante dédiée au développement des méthodes de remplacement.
-Macron a déclaré que la création d'un Secrétariat d'Etat dédié à la condition animale «n'est pas la solution»
-Macron sur le lobby des chasseurs : «j'écoute toujours cette voix»
-Macron défend l'élevage intensif et un modèle tourné vers l'exportation.
-Macron refuse de soutenir l'obligation de l'abattage avec étourdissement.
-Macron affiche son mépris des associations de protection animale lors du congrès de la FNSEA.
-Macron a « beaucoup d’autres choses à faire » que d'écouter les 80% de Français qui jugent la cause animale importante.
-Macron « remercie les 500 000 bénévoles de la chasse »
-Macron vient courtiser les chasseurs à l'occasion de l'Assemblée générale de la FNC.
-Macron soutient le principe d'une place prépondérante des chasseurs dans les décisions concernant la faune sauvage.
-Macron revient sur son engagement sur la fin de l'élevage en cage des poules pondeuses d'ici 2022
-Macron refuse de s'engager pour l'abolition du gavage.
-Macron refuse d'abolir les corridas et les combats de coqs.
-Macron refuse de soutenir la fin des programmes de reproduction à des fins commerciales dans les zoos et les delphinariums.
-Macron soutient les quotas d'abattage de loups.
-Macron nie l'impact de l'élevage sur les eaux de Bretagne.
-Macron promeut l'élevage intensif des poulets
-Macron souhaite davantage d'aides financières pour l'industrie de la pêche.
-Macron veut affaiblir la politique européenne de quotas de pêche.
-Macron « souhaite que le travail des chasseurs pour la biodiversité soit reconnu »
-Macron souhaite relancer les chasses présidentielles.
-Macron ne soutient pas la lutte contre l’insécurité liée à la chasse.
-Macron ne soutient pas le renforcement des sanctions pénales concernant les atteintes aux animaux dans la recherche.
-Macron ne soutient pas la mise en place d'alternatives végétales dans la restauration.
-Macron ne soutient pas l'interdiction des euthanasies animales non justifiées médicalement.
-Macron ne soutient pas l'interdiction d'importer à des fins de divertissement des animaux sauvages capturés.
-Macron ne soutient pas l'instauration d'une véritable politique nationale de stérilisation.
-Macron ne se prononce pas pour la suppression des chasses commerciales et chasses privées en enclos.
-Macron ne se prononce pas pour l'abolition des élevages d’animaux destinés aux lâchers de tirs.
-Macron ne se prononce pas pour l'abolition du déterrage (vènerie sous terre).
-Macron ne se prononce pas pour l'abolition de la chasse à courre.
-Macron ne se prononce pas sur l'abolition des privilèges accordés aux chasseurs, dont l'attribution de missions de service public.
-Macron ne se prononce pas pour l'abolition des chasses dites « traditionnelles» (matolles, tendelles, gluaux, lacets, etc )
-Macron ne se prononce pas sur la suppression de la notion de « nuisible ».
-Macron refuse de soutenir la création de services d’aide aux animaux appartenant à des personnes en situation de difficulté.
-Macron soutient l'abattage massifs des requins de l'île de la Réunion.
source Camille Claire

Bruno Ricard

Brigitte Bardot : Ne votez pas Macron !

Partager cet article

Repost 0

NOUVELLE CAMPAGNE CHOC DE LA FLAC CONTRE LA CORRIDA !

Publié le par Ricard Bruno

NOUVELLE CAMPAGNE CHOC DE LA FLAC CONTRE LA CORRIDA !

Chers amis,

Une grande agence de communication française, BETC, accompagne la FLAC pour dénoncer la corrida  grâce à son film extraordinaire ! Le symbole est très fort !

Voir le film ci-dessous.

http://flac-anticorrida.org/une-grande-agence-de-communication-et-la-flac-condamnent-la-corrida/

Sa diffusion sur les réseaux sociaux français et internationaux est déjà colossale. Et les médias commencent à le relayer... Particulièrement en Espagne et en Amérique latine.

Afin que sa diffusion soit maximale, nous vous demandons de partager cet article le plus possible. Nous comptons sur vous !

Merci à l'avance !

Amitiés dans la lutte.

Thierry Hély
Président de la FLAC
www.flac-anticorrida.org

Partager cet article

Repost 0

VeggieWorld Paris : Jeanne Mas s’engage auprès de Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

La troisième édition de la VeggieWorld Paris se tenait le week-end dernier, au 104. A cette occasion, les visiteurs ont pu rencontrer plus de 140 exposants, un record. La chanteuse Jeanne Mas, très engagée contre la cruauté animale, était présente. Elle explique pourquoi au micro de Non Stop People.

Le week-end dernier se déroulait la troisième édition parisienne de la VeggieWorld, au 104. Et le succès attendu ne s’est pas démenti, avec un public nombreux pour découvrir le travail des 140 exposants présents, un record. « Pour la première fois, le salon affichait complet dès le mois de février, soit 2 mois avant l’ouverture des portes.  Cela montre que nous passons encore une nouvelle étape et que le salon est un rendez-vous attendu de tous les professionnels du mode de vie végane. C’est très positif pour la suite », a expliqué Swantje Tomalak, directrice de VeggieWorld France.

JEANNE MAS, CHANTEUSE ENGAGÉE

Parmi les personnes présentes à ce rendez-vous, on pouvait retrouver Jeanne Mas, qui a décidé de s’engager avec la Fondation Brigitte Bardot contre la cruauté animale. « Les animaux me tiennent à coeur. En fait, je m'associe à tous ceux qui luttent contre la cruauté animale, qui est aujourd'hui totalement injustifiée. La cruauté animale a toujours été injustifiée, mais aujourd'hui, je trouve qu'elle a dépassé des normes qui sont inacceptables », a déclaré la chanteuse au micro de Non Stop People.

Les prochaines dates VeggieWorld :
Düsseldorf, 9-10 septembre 2017
Zurich, 30 septembre – 1er octobre 2017
Munich, 7-8 octobre 2017
Paris, 14-15 octobre 2017
Bruxelles, 21-22 octobre 2017
Marseille, 2-3 décembre 2017
Lyon, 27-28 janvier 2018


Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

La fondation Brigitte Bardot au salon "Veggie World"

Publié le par Ricard Bruno

Partager cet article

Repost 0

Interview exclusive de Marine Le Pen : "La protection animale, une priorité de mon quinquennat"

Publié le par Ricard Bruno

Interview exclusive de Marine Le Pen : "La protection animale, une priorité de mon quinquennat"

A l'aube de l'élection présidentielle, Wamiz a tenu à interroger les candidats - via un questionnaire identifique pour tous - sur leurs propositions en ce qui concerne la cause animale, et en particulier celle des animaux de compagnie. Dans une interview exclusive, Marine Le Pen (Front national) nous explique son projet et son rapport à l'animal. 

 

Wamiz : Avez-vous grandi avec des animaux de compagnie ? Si oui, lesquels et qu’ont-ils apporté à votre enfance ? Actuellement, avez-vous des animaux de compagnie ? Si oui, pouvez-vous nous dresser brièvement leur portrait et nous expliquer ce qu’ils représentent pour vous ? Êtes-vous plutôt « team chien » ou plutôt « team chat » ? Plutôt « de race » ou plutôt « bâtard » ?

Marine Le Pen : Je suis résolument « team chat », sans hésitation aucune ! J’ai toujours été entourée de chats dès mon plus jeune âge et c’est la raison pour laquelle je les affectionne tant !

Actuellement, j’ai cinq chats Bengal chez moi. Ils se prénomment Jazz, Kerillo, Gavroche, Jusan et Miniminette. Ces chats sont joueurs, parfois sauvages mais me rendent bien l’amour que je leur porte. Vos projets pour la cause des animaux de compagnie

A l’instar de nombreux Français, êtes-vous sensible à la cause animale ?

La cause animale et le sort des animaux sont très importants à mes yeux. J’ai en horreur les atteintes au bien-être animal et j’ai voulu faire de la protection animale une priorité de mon quinquennat. J’ai d’ailleurs fait figurer cet engagement dans mon projet présidentiel.

D’après notre sondage, la majorité des électeurs propriétaires d’animaux de compagnie souhaitent que les sanctions pénales pour les actes de maltraitance envers les animaux soient durcies. Vous Présidente, alourdirez-vous ces peines ?

Je suis pour un renforcement de l’arsenal pénal et pour des peines réellement dissuasives : il faut punir lourdement ceux qui portent une atteinte volontaire à l’animal, avec l’idée de le blesser ou de lui faire subir des comportements cruels.

Les Français sont majoritairement favorables à la lutte contre les trafics d’animaux. Et vous ? Renforcerez-vous les cellules de lutte contre les trafics et augmenterez-vous les enquêtes de terrain comme les Français le souhaitent ?

Je m’engage à mettre fin au trafic d’animaux, qui est un véritable fléau pour la protection animale. Nous y parviendrons en rétablissant des frontières nationales qui faciliteront les contrôles. Le travail mené par la Cellule Anti-trafic de la SPA devra être reconnu et les inspecteurs des douanes seront encouragés à travailler en étroite coopération avec les associations.

Avoir un animal de compagnie peut coûter cher et cela peut être un frein à leur identification et à leur stérilisation. Pour pallier cette difficulté, les propriétaires à faibles revenus aimeraient que les dispensaires vétérinaires soient plus nombreux. Y êtes-vous favorable ?

Il faut en effet inciter à la création de services d'aide aux animaux appartenant à des personnes en situation de difficulté ponctuelle ou d'exclusion, non seulement pour soulager ces gens qui se trouvent en difficulté (posséder un animal représente parfois une charge financière très lourde) mais aussi pour protéger l’animal.

Pour aider les propriétaires à faibles revenus, les prestations vétérinaires seront par ailleurs exemptées de TVA et la TVA sur les médicaments vétérinaires sera baissée de 20 à 10%, afin de l’aligner sur celle des médicaments humains nonremboursés par la sécurité sociale. Le passage chez le vétérinaire (ne serait-ce que pour les vaccins obligatoires) représente en effet un coût considérable pour les familles modestes.

Alors que les vidéos montrant les conditions de vie des animaux de laboratoire ne cessent de choquer l’opinion publique, 38% des sondés souhaitent que l’expérimentation animale sur les chiens et chats soit interdite. Et vous ?

Au-delà de l’émoi naturel que les images d’animaux sacrifiés pour des expériences suscitent, l’expérimentation animale peut être très souvent évitée. Par ailleurs, certaines expériences sur animaux ne sont pas toujours fiables quand il s’agit de développer un traitement médical pour les hommes : le métabolisme des animaux ne répondant pas toujours de la même manière que celui des humains.

Nous ne pouvons pas fermer totalement la porte aux expériences sur animaux, notamment dans les cas où il n’existe aucune autre manière de tester un vaccin ou un nouveau traitement. Mais je m’engage à encourager les méthodes substitutives (telles que la peau artificielle, les expériences in vitro plutôt qu’in vivo) et la réduction de l’emploi d’animaux vivants.

 

 

La science a prouvé les nombreux bienfaits que procurent les animaux aux personnes en situation de difficulté. Les Français en sont convaincus : ils souhaitent que les hôpitaux, centres médicalisés, maisons de retraite, prison, etc. soient incités à développer des programmes de zoothérapie/médiation animale. Vous engagez-vous en ce sens ?

Je suis pour la réintégration de la notion de respect des animaux dans les programmes scolaires et pour former le personnel éducatif à cet enseignement.

La zoothérapie sera enfin promue car les études scientifiques tendent à prouver que la présence d’animaux parmi les enfants ou les personnes âgées a une influence positive sur leur santé. Elle favorisera en conséquence la protection animale et la santé humaine.

Sans tenir compte des précédentes questions, quelle serait pour vous LA priorité en matière d’amélioration de la condition animale ?

En octobre dernier, durant ma convention consacrée à la protection animale, j’ai pris l’engagement de développer l’élevage raisonné, qui permet à la fois de renforcer la protection et le bien-être des animaux, tout en assurant aux consommateurs de meilleurs produits. De récents reportages ont mis en évidence des pratiques inacceptables, le développement de méthodes industrielles très douloureuses pour les animaux et très dangereuses pour la santé des consommateurs. Je pense notamment à toutes ces situations où les animaux sont entassés dans des cages et où ils ne peuvent exprimer leurs comportements naturels ni même se mouvoir. Je pense aussi à la ferme des 1000 vaches, modèle absolument scandaleux et refusé en bloc par nos compatriotes. Je veux donc avancer sur ce sujet : l’élevage en plein-air sera favorisé, les cages et conditions d’élevage incompatibles avec les besoins des animaux seront interdites. Je serai aux côtés des éleveurs français, qui sont eux aussi attentifs au bien-être de leurs bêtes, afin qu’ils puissent moderniser leur exploitation en ce sens. La transformation de la Politique Agricole Commune en Politique Agricole Française permettra de favoriser cette évolution et de renforcer les subventions d’équipement.

Un Ministre des Animaux, vous y pensez ?

Je souhaite disposer autour de moi d’une équipe resserrée d’une quinzaine de ministres afin de mettre rapidement en œuvre les grandes mesures qu’attendent les Français pour remettre notre pays en ordre et lui rendre son indépendance.

Je veux que la protection animale progresse sensiblement durant mon quinquennat. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la protection animale ne peut être du seul ressort du ministère de l’Agriculture et que le ministère de l’Environnement doit évidemment y être associé.

Je propose donc la création d’un grand conseil public en charge de la protection animale, qui réunira tous les acteurs et où les associations auront une place significative.

Je suis enfin favorable à ce que l’effort financier envers les associations de protection animale soit renforcé afin qu’elles puissent assurer convenablement leurs missions.

La tradition veut que le Canada offre un chien à tous les Présidents de la République française. Maintiendrez-vous cette coutume ?

Bien sûr et je suis favorable à ces traditions qui entretiennent des liens très forts entre nos deux pays. Le Canada est pays ami, francophone et à ce titre, nous devons encourager tout ce qui renforce la coopération entre nos deux pays.

Quelque chose à ajouter ?

Selon la Chambre d’agriculture d’Île-de-France, 100 % de la viande abattue dans la région est hallal. Au niveau de la France, ce taux est de 60 %, bien au-delà des besoins. L’abattage rituel fait souffrir les animaux mais il pose également de nombreuses questions en termes de traçabilité de la viande et de transparence des produits offerts aux consommateurs. L’abattage rituel accroît considérablement le stress et la souffrance des animaux abattus, en témoignent les nombreuses vidéos prises dans les abattoirs qui montrent des animaux égorgés à vif, se tordant de douleur, asphyxiés par leur propre sang. Je rendrai donc obligatoire l’étourdissement préalable des animaux avant l’abattage, pour en finir avec ces traitements d’un autre âge.

Pour toute la viande vendue en France (même importée), l’étiquetage devra préciser la méthode d’abattage.

Source de l'article et Vidéo Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Après 36 loups tués en neuf mois, l'Etat autorise deux nouveaux abattages

Publié le par Ricard Bruno

SCANDALEUX ET HONTEUX !

Bruno Ricard

Ce mercredi, le gouvernement a donné son feu vert pour que deux nouveaux loups soient tués d'ici le mois de juin. Une décision liée aux attaques de troupeaux.

Après 36 loups tués en neuf mois, l'Etat autorise deux nouveaux abattages

L'arrêté, pris ce mercredi par le gouvernement, est déjà très critiqué par les associations de défense du loup. Ce texte indique que l'abattage de deux loups supplémentaires "peut être autorisé par les préfets", jusqu'en juin 2017.

Il précise aussi que cette mort ne peut se produire que dans le cadre "de tirs de défense" lorsque des troupeaux ont été attaqués. Depuis un précédent arrêté pris en juillet 2016, 36 de ces animaux sauvages ont d'ores et déjà été tués. La France compte à ce jour 300 spécimens de loups, dont une majorité dans le sud-est.

Le gouvernement "s'acharne contre les loups"

Le texte pris ce mercredi a suscité la fronde de quatre associations de défense du loup (Aspas, One Voice, SFEPM, Ferus). Elles ont fait part de leur intention de le contester l'arrêté devant le Conseil d'Etat, mais s'attendent à la publication d'un autre arrêté autorisant deux nouveaux abattages. Elles estiment que le gouvernement "s'acharne contre les loups".

"À ce total de 40 (36+4), s'ajoutent 10 loups trouvés morts depuis juillet 2016, principalement à la suite de collisions, et non décomptés par l'État (...) et le braconnage invisible", écrivent-elles ces associations dans un communiqué. 

"Sur une population estimée à moins de 300, ce nombre de 40 abattages (...) met en péril la conservation de l'espèce en France", s'alarment les militants. 

9788 bêtes blessées ou tuées par des loups entre 2016 et 2017

En mars, une étude commandée par le ministère de l'Environnement a estimé que le taux de mortalité du loup s'est élevé en moyenne à 22% entre 1995 et 2013, sachant que sa survie est menacée à long terme lorsque ce taux avoisine les 34%. Sur la période 2014-2016 le nombre de décès s'est accru du fait de l'augmentation des abattages, afin de limiter les prédations sur les troupeaux et le taux de mortalité "pourrait atteindre les 34%", indique l'étude.

Dans le détail, la Direction régionale de l'Environnement d'Auvergne-Rhône-Alpes affirme que parmi les 36 loups déjà abattus depuis juin 2016, 14 l'ont été dans les Alpes-Maritimes, 6 en Savoie, 5 dans le Var, 4 dans les Alpes-de-Hautes-Provence, 3 dans la Drôme ainsi qu'en Isère et 1 dans les Hautes-Alpes. Depuis le début 2016, 9788 bêtes auraient été blessées ou tuées par des loups. Les départements les plus visés par ces attaques de troupeaux étant les Alpes-Maritimes (2959 bêtes), la Savoie (1780), les Alpes-de-Haute-Provence (1193), le Var (928), les Hautes-Alpes (777) et l'Isère (709).

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Trois habitants sur quatre opposés à la corrida dans les territoires taurins !

Publié le par Ricard Bruno

Trois habitants sur quatre opposés à la corrida dans les territoires taurins !

Vous noterez qu'à la fin de cet article il a été posé la question à Mr Macron qui se positionne pour la corrida...on sait maintenant pour qui ne pas voter !

Bruno Ricard

On pensait la corrida solidement ancrée dans les traditions françaises, seulement honnie par quelques trublions animalistes, forcément marginaux. La réalité n'est peut-être pas si évidente, y compris dans les départements du Sud de la France où elle est solidement ancrée, et où parfois, elle est un élément majeur de l'écomonie locale.

Ainsi, l'Alliance anticorrida vient de publier un sondage Ifop indiquant que 75% des habitants des départements concernés par la corrida, c'est à dire le spectacle qui iclut les piques, les banderilles et surtout la mise à mort de l'animal, y sont défavorables. Il s'agit donc de l'Aude, des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Gers, de la Gironde, de l'Hérault, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Orientales.

Les femmes et les jeunes les plus hostiles

Pour l'Alliance anticorrida, ce sondage montre que «l'attachement à la corrida dans des départements dits de tradition taurine n'est qu'un mensonge», alors que la saison des ferias vient tout juste de démarrer dans le Grand Sud avec la Feria de Pâques à Arles.

Même dans le Gard et dans les Landes, départements où les arènes sont présentes en grand nombre, les habitants affichent «une certaine frilosité à l'égard des corridas» indique Alliance anticoorida sur son site et note que 63 % des sondés y sont opposés dans le premier et 63 % dans l'autre.Les Bouches-du-Rhône, l'Hérault et la Gironde sont les plus sensibles à l'abolition avec 76 % des sondés.

A ce compte-là, ce sont les plus jeunes et les femmes qui manifestent leur plus ferme opposition à ces pratiques : 81 % des jeunes de 18 à 24 ans sont aujourd'hui favorables à l'abolition. Pour leur part, 83% des femmes sont sur la même ligne.

Dans le détail, 84% des personnes interrogées dans ces départements du sud déclarent qu'elles approuveraient une interdiction d'assister à des corridas avec mise à mort pour les enfants de moins de 14 ans. De même, l'attribution de subventions publiques aux écoles de tauromachie et aux organisateurs de corrida est fortement désapprouvée (73% sont contre, 27% pour) dans les 10 départements cités, selon cette étude.

Avec ce sondage, l'Alliance anti-corrida entend à nouveau interpeller les élus, parmi lesquels seuls Jacques Cheminade, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud sont clairement prononcés contre.

De son côté, le président de l'Observatoire national des cultures taurines, André Viard a minimisé la porté de ces chiffres : c'est un sondage et rien de plus, a t'il estimé.

Le sondage a été mené du 7 au 10 mars via des questionnaires papier et internet selon la méthode des quotas après stratification auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, vivant dans les 10 départements cités.


Qu'en dit Macron ?

Faut-il interdire la corrida ou l'encadrer ?

Nous avons posé cette question à Emmanuel Macron, en marge de son déplacement à Toulouse jeudi dernier. Pour le candidat d'En Marche !, «la corrida fait partie intégrante de la culture et de l'économie, y compris du tourisme, de la région». «Je suis à ce titre opposé à l'interdiction dans les territoires de tradition taurine» explique-t-il, ajoutant : «Le bien-être animal m'importe beaucoup». Mais, selon lui, «l'enjeu central aujourd'hui, en ce qui concerne la souffrance animale, réside dans l'élevage et l'abattage. C'est pourquoi mon plan d'investissement de 5 milliards d'euros à destination de l'agriculture financera des projets permettant de mieux prendre en compte le bien-être animal».

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Une ONG de défense des animaux part en campagne contre les trophées de chasse !

Publié le par Ricard Bruno

Pour ne plus en avoir rien à tirer !

Pour ne plus en avoir rien à tirer !

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>