Brigitte Bardot, icône intemporelle de Saint-Tropez

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot, icône intemporelle de Saint-Tropez

~~ Deux expositions à Saint-Tropez rendent hommage à l'actrice. Il y a cinquante-huit ans, Brigitte Bardot, la vingtaine, faisait des débuts remarqués à l'écran dans « Et Dieu...créa la femme », tourné dans les décors naturels de Saint-Tropez. Deux ans plus tard, l'actrice en fait son lieu de villégiature et participe au mythe de la station balnéaire, désormais fréquentée par la Nouvelle Vague et les stars des années Yéyés. Très discrète depuis la fin de sa carrière au cinéma, la comédienne fait encore figure d'icône à Saint-Tropez, comme en témoigne cette nouvelle exposition du 29 août au 26 octobre 2014 au Château de la Messardière. Des clichés rares y seront dévoilés, pris dans l'intimité de la star, et issus de la collection privée de Bruno Ricard, un des plus célèbres collectionneurs et admirateurs de Brigitte Bardot. Le temps de l’exposition, il mettra à disposition des visiteurs quelques unes des plus belles pièces de sa collection : affiches de films originales, disques vinyles, couvertures de magazines internationaux, objets à l’effigie de l’icône. L'événement coïncidera avec le quatre-vingtième anniversaire de la star, le 28 septembre prochain. Preuve de la popularité de l'actrice, une autre exposition lui rend hommage depuis le 27 juillet, dans la Salle Jean Despas à Saint-Tropez. L'événement, intitulé « Brigitte For Ever », rassemble des clichés inédits de Gérard Schachmes, un ami de l'actrice. Brigitte Bardot a ouvert au photographe les portes de son quotidien, des années 80 à nos jours. Au fil de l'exposition, on découvre Brigitte Bardot et son mari dans leurs propriétés tropéziennes de La Madrague et de la Garrigue ou encore la star au travers de ses nombreux combats pour la cause animale. Trois décennies d'images qui feront également l'objet d'un livre à la rentrée, « Brigitte après Bardot », publié aux Éditions du Cherche Midi. « Brigitte For Ever », Salle Jean Despas à Saint-Tropez, jusqu'au 2 septembre. « B.B. :Best Of Bardot » au Château de la Messardière, jusqu'au 26 octobre.

Source : Les Echos.fr Cliquez ICI

Brigitte Bardot en couverture de Paris Match...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot en couverture de Paris Match...de cette semaine !

Celle qui imposé la femme moderne avant de devenir une légende fêtera en septembre ses 80 ans. Elle a reçu Paris Match chez elle, à la Madrague.

L’odeur des eucalyptus verts et des lauriers roses accompagne mes pas sur l’allée de gravier qui conduit à «La Madrague». A droite, à l’ombre des oliviers, une centaine de petites tombes et des noms de compagnons à quatre pattes. Dans le grand salon blanc m’attend Bri, notre Bardot. Autour d’elle mille souvenirs d’une vie. Amincie et souriante, appuyée sur ses cannes elle conserve encore et toujours cette silhouette unique d’où émerge cette élégance corporelle incomparable. Elle dégage une énergie et une bonne humeur communicatives à travers nos cinquante-quatre ans d’amitié. Deux petites fleurs rouges du jardin soulignent ses cheveux joliment relevés. Près de la cheminée, sur le mur, le symbole des années Match. Telle une mosaïque de photos réduites les 39 couvertures que le journal lui a consacrée. Une vie complète de star de 50 centimètres sur 60 centimètres. Par la baie vitrée le ponton aujourd’hui vide s’avance vers la mer. Les lèvres de la plus célèbre moue planétaire ne connaissent plus le goût du champagne, mais celui du cidre rosé que nous partageons. Paris Match. Tu es le symbole d’une certaine émancipation féminine. Si tu faisais le point, une fois pour toutes ? Brigitte Bardot. Le point sur quoi ? L’émancipation des femmes, je n’y suis pour rien. J’ai vécu comme j’en avais envie et je continue, mais je suis à la fois libre et dépendante de l’homme que j’aime. Quel regard jettes-tu sur le temps qui passe ? Je respecte la loi naturelle de la vie, sans la contredire. Le temps m’a beaucoup appris. J’essaie de transmettre, je suis sereine. Dans « La vérité » de Clouzot, tu interprètes une femme qui tue par amour. Ce rôle te ressemble-t-il ? Un peu, sauf que je n’ai tué personne. Je l’ai joué à ma manière, passant, comme dans ma vie, de l’impertinence à la grande détresse. J’ai failli en mourir. Ta détermination a souvent dérangé les bien-pensants. As-tu évolué ? Je continue à choquer les simples d’esprit, les médiocres et les sectaires. Je dirai toute ma vie ce que je pense, que ça plaise ou non. "J'ai souffert du manque de liberté que m'imposait cette célébrité encombrante" Comment réagissais-tu devant la “bardolâtrie” ? Ça m’est passé bien au-dessus de la tête. Ce sont les autres qui ont inventé ces trucs-là. Moi, j’ai toujours vécu de la même façon, ne me prenant pas au sérieux et souffrant souvent du manque de liberté que m’imposait cette célébrité encombrante. As-tu aimé comme tu le désirais ? Oh ! oui. J’ai aimé beaucoup, passionnément, à la folie et pas du tout, mais j’ai aimé et je continue d’aimer. C’est dans ma nature. Je pose tes hommes et n’en retiens qu’un. Lequel ? Le prochain. Toi qui fus le visage de Marianne, te sens-tu profondément française ? Je suis française “de souche lointaine” et fière de l’être. Je déplore simplement que mon si beau pays se détériore à tous les points de vue. C’est criminel de le soumettre à la bassesse. Si Marine Le Pen arrive aux responsabilités, accepterais-tu un poste de conseillère pour la protection du monde animal ? Marine sait ce qu’elle doit faire et n’a pas besoin de mes conseils. Je souhaite qu’elle sauve la France, elle est la Jeanne d’Arc du XXIe siècle ! Sincèrement, que t'inspire l'approche de tes 80 ans ? Ma vie est tellement remplie que je n'ai pas le temps d'y penser. Les autres y pensent pour moi. Je vis au jour le jour. Christian Brincourt est l’auteur, avec Marc Brincourt, de « Brigitte Bardot, la petite fiancée de Match », éd. Glénat.

Source : Paris Match : Cliquez ICI

Brigitte Bardot en couverture de Paris Match...

Saint-Tropez : dans le sillage des fans de BB...

Publié le par Ricard Bruno

Angèle et Jeanne, la nouvelle génération BB.

Angèle et Jeanne, la nouvelle génération BB.

~~Sur le livre d'or, des témoignages d'amour à la pelle : « Toutes les femmes ont voulu vous imiter » (Claire), « La dame de cœur », « Maravihoso » signe José de Buzios (Brésil) où Brigitte a laissé son empreinte. Depuis l'ouverture le 26 juillet, l'exposition « Brigitte for ever » consacrée à Bardot attire les foules, salle Despas. Elle prouve, une fois encore, la fascination qu'exerce la star auprès des Français et touristes du monde entier. Pourtant, rien de son passé de sex-symbol ne transparaît dans ces clichés. Les portraits de Gérard Schachmes offrent plutôt un focus sur la période 1990-2000, principalement des instants de vie quotidienne, entourée par ses animaux. Les jardins secrets de BB dévoilés Chez tous les visiteurs, la même flamme qui brille dans leurs yeux à l'évocation de leur idole. Sans réserve. Même la nouvelle génération, pourtant éloignée par le temps de ce qu'elle a pu incarner, lui voue une réelle admiration. Souvent par atavisme, la passion envers BB se transmet au sein des familles en lisant l'un de « ses ouvrages, pour la jeune Angèle. On disait même que ma grand-mère lui ressemblait. Moi, je trouve qu'elle touche toutes les générations. C'est une icône », tranche-t-elle. Icône, le mot est lâché. Comme si en se retirant de la vie publique, il y a plus de quarante ans, BB était devenue une image statufiée, inscrite dans l'inconscient collectif. Mais chacun picore et retient de BB, le bout d'histoire qu'il veut. Pascal et Viviane sont venus respirer le parfum de leurs 20 ans : « C'est toute notre jeunesse ». D'ailleurs, il aurait préféré une expo « avec une chronologie plus longue ». Plutôt que « Brigitte for ever », ce rendez-vous aurait dû s'intituler « Bardot en toute intimité », tant les clichés entrouvrent la porte sur son jardin secret. Surtout en compagnie de ses animaux, sur le ponton et dans son salon de la Madrague, ou sur les collines de sa propriété de la Garrigue. Pour Pascal, elle restera un modèle à part : « Elle représentait l'idéal féminin... et cela perdure ! » Alors pas question de quitter les lieux sans une ''relique'' dans la boutique qui clôture le parcours. « Je me laisserai bien tenter par un portrait », avoue Viviane. Qu'est-ce que vous voulez, semble-t-elle dire, « on est fan ! » Icône intemporelle BB, deux initiales synonymes de vent de liberté aussi. « Elle représente beaucoup, reconnaissent Magali et Brigitte, venues d'Aix-en-Provence, comme en pèlerinage. « Admirée », elle les a fait rêver, « car elle a fait ce qu'elle a voulu de sa vie ». Encore plus quand elles découvrent en images, « la simplicité de la Madrague ». À l'issue de la visite, Salomé, ado souriante, fige sur le livre d'or son amour pour Brigitte. Pour sa maman, Valérie, l'émotion est palpable. « On vient des Vosges. On m'appelle la BB locale dans le village. Chaque été, depuis vingt ans, « je vais me baigner près de la Madrague. Sans la voir, je ne sais même pas si elle est là. On ne veut pas l'importuner de toute façon », les yeux humides au fur et à mesure qu'elle parle de son modèle. Éblouie par cette femme qui « a quitté ce monde du show-biz, des paillettes pour se consacrer aux animaux. » L'air imaginé par Gainsbourg pour Bardot Je t'aime, moi non plus flotte à présent dans la pièce. Pour ses fans, ce serait plutôt ''Je t'aime'', tout court.

Source : Var Matin Cliquez ICI

N'OUBLIEZ PAS DU 29 AOUT AU 26 OCTOBRE : EXPOSITION BRIGITTE BARDOT....

Hôtel du château de la Messardière !

Saint-Tropez : dans le sillage des fans de BB...
Saint-Tropez : dans le sillage des fans de BB...

1971 : Bardot érotise la République en prêtant ses traits à Marianne

Publié le par Ricard Bruno

1971 : Bardot érotise la République en prêtant ses traits à Marianne

~~ P our ses 70 ans, Midi Libre propose de donner un coup de projecteur sur une année de 1944 à 2014. Revivez les temps forts de l'année 1971. 1971 : quand Bardot érotise la République Marianne se trouve une ambassadrice de choc en la personne de Brigitte Bardot. Pour la première fois depuis la création de ce symbole au lendemain de la Révolution, une personnalité va lui prêter ses traits, et ses courbes.

~~Réalisé par les ateliers de moulage du Louvre en 1969, le buste de Marianne-Bardot est diffusé à partir de 1971. Exécutée par Alain Aslan en 1969, la statue est en quelques mois acquise par 8 000 des 36 000 communes françaises. Midi Libre la met en une le 12 mars, quelques jours avant les élections municipales.

Source : Cliquez ICI

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog