Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Fontaine Saint Martin : 6 chevaux confiés à la fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Fontaine Saint Martin : 6 chevaux confiés à la fondation Brigitte Bardot

Depuis l'an dernier, un élevage de chevaux situé dans la commune de Fontaine Saint Martin fait l'objet d'un suivi régulier de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) avec l'appui d'un vétérinaire sanitaire. Ainsi cet élevage avait été contrôlé le 9 juin, 8 octobre et 12 novembre 2015 dernier.

A la suite de ces inspections, le propriétaire devait apporter des améliorations, notifiées par la DDPP, notamment pour le confort des animaux pendant l'hiver : diminuer l'effectif sur le site (passage de 7 à 4 chevaux sur le site), nettoyer le parc (ramassage des crottins, évacuation de matériels inutiles pouvant présenter un risque pour les animaux tels que tôles ondulées ou palettes au sol), rénovation de la clôture et de l'abri.

Constatant que le situation sanitaire de ces animaux ne s'améliorait pas malgré les contrôles répétés aux cours de ces derniers mois, les services de la DDPP, accompagnés de la gendarmerie, ont procédé jeudi à une opération de retrait administratif de ces 6 chevaux face à la négligence et aux mauvais traitements subis par ces animaux.

Les animaux ont été confiés à la Fondation Brigitte Bardot, qui a également apporté son appui à l’opération.

Désormais, le troupeau de 6 chevaux pourra bénéficier de soins réguliers et d’une alimentation suffisante dans l’attente d’une décision judiciaire.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

L'espagne mobilisation contre le massacre des Galgos !

Publié le par Ricard Bruno

L'espagne mobilisation contre le massacre des Galgos !
L'espagne mobilisation contre le massacre des Galgos !

Les espagnols et es bénévoles amis des animaux et des Galgos et Podencos seront nombreux ce dimanche 07 février dans toutes les grandes villes d'Espagne a défiler contre le massacre des lévriers.

Partager cet article

Défense des animaux : Brigitte Bardot s'indigne contre le sort réservé aux lévriers en Espagne

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot a adressé une lettre au roi d'Espagne. Elle dénonce le massacre des milliers de lévriers dans des conditions abominables et dans le silence des autorités.​

Tous les hivers, la tradition est la même en Espagne. La chasse aux lièvres se fait sans fusil, mais avec des lévriers. Les chiens sont entraînés pour courser leurs proies. Mais quand la saison est finie ou que les chiens sont trop vieux, ou pas assez performants, leurs maîtres les abandonnent ou les tuent. Chaque année 50 lévriers sont suppliciés.

Une mentalité à changer

Brigitte Bardot s'indigne. Elle vient d'écrire au gouvernement et au roi d'Espagne. "Ils lui font subir une mort lente, affreuse, une torture. Ils les pendent, le chien peut presque encore toucher le sol avec ses pattes. La mort met longtemps à arriver", explique-t-elle à France 2. Les animaux subissent de véritables tortures : "On les jette au fond d'un puits, on leur crève les yeux", détaille la présidente de la Fondation Brigitte Bardot.

En Espagne, cela est considéré comme une tradition. Sur place, les associations qui se préoccupent du sort de ces chiens sont rares. La mentalité doit être changée dans tout un pays. Même les pouvoirs publics restent insensibles.

Source : France2

Partager cet article

Galgos : l'appel de Brigitte Bardot à L'Espagne...

Publié le par Ricard Bruno

Galgos : l'appel de Brigitte Bardot à L'Espagne

En Espagne, la chasse aux lièvres avec des lévriers est une « tradition ancestrale ». Les lévriers ne sont que des "outils" de chasse. Les galgueros (chasseurs espagnols), chassent sans fusil, c’est le lévrier qui rattrape le gibier à la course et le tue. Selon cette tradition, un galgueros dont le chien n’attrape plus de gibier est atteint dans son honneur ce qui lui donne le droit de se venger et de faire souffrir l’animal pour laver l’affront.

À la fin de chaque saison de chasse, les chiens les moins efficaces sont éliminés. Le degré de cruauté de leur mise à mort dépend des performances du chien lors de la saison de chasse.

La méthode traditionnelle de mise à mort est la pendaison qui a deux variantes : haute pour les chiens qui ont bien chassé (la mort est rapide car les pattes ne touchent pas le sol) ; ou basse (la mort est lente car les pattes arrière du chien peuvent toucher le sol). Ils sont aussi parfois brûlés vif, mutilés, tractés à l’arrière d’une voiture en marche ou encore abandonnés dans des puits, piqués à l’eau de javel, abandonnés dans une forêt avec les jambes brisés.

Chaque année en Espagne, ce sont plus de 50 000 Galgos et Podencos qui sont tués !

La lettre ouverte à l'Espagne de Brigitte Bardot

C’est un cri, un appel, un S.O.S urgent et grave que je lance à L’Espagne, à sa Majesté le Roi Felipe VI, au Premier Ministre, au gouvernement, aux médias, et au peuple espagnol.

Il faut abolir d’urgence, sans délai ce que les GALGUEROS appellent « la chasse aux Galgos ». Cette pratique cruelle, barbare, infâme qui, du dressage inhumain à la punition de mort lente et insoutenable, est encore pratiquée dans l’unique pays du monde au 21ème siècle : L’ESPAGNE !

Les chiens Galgos ne doivent plus servir d’assouvissement sadique à des individus primaires et cruels qui usent impunément de leur prédominance pour se défouler sur des innocents, leur faisant des tortures indécentes et obscènes dignes des djihadistes. Je reçois énormément de courrier dénonçant cette abomination, comparant l’abject sort des Galgos au massacre immonde des bébés phoques au Canada et me suppliant d’user de ma notoriété pour faire éclater ce scandale qui évoque la même violente souffrance, la même injustice, et la grande lâcheté humaine.

C’est ce que je m’apprête à faire sans une réponse urgente et officielle déclarant l’abolition immédiate du martyre infligé aux Galgos.

Quel pays pourrait encore accepter que des chiens qui n’ont pas été à la hauteur d’une chasse au lapin soient punis de pendaison, qu’on leur crève les yeux, qu’on les ampute à vif, qu’on les écorche vivants, qu’on les brûle à l’acide, qu’on les empoisonne de produits extrêmement toxiques ? Et même qu’on les traîne derrière une voiture jusqu'à ce que mort s’ensuive.

C’est indigne d’un pays comme l’Espagne. C’est indigne d’un être humain. C’est indigne pour l’humanité dans son ensemble.

Je vous supplie tous de prendre conscience de ces actes de barbarie atroces et de faire le nécessaire pour que cela cesse sans délai, immédiatement, tout de suite.

Merci pour eux !

Brigitte Bardot
Présidente

Source : Fondation Brigitte Bardot

Partager cet article

Chasse: Brigitte Bardot interpelle le roi d'Espagne sur des pratiques et des "tortures dignes des jihadistes"

Publié le par Ricard Bruno

Chasse: Brigitte Bardot interpelle le roi d'Espagne sur des pratiques et des "tortures dignes des jihadistes"

Brigitte Bardot s'alarme vendredi, dans une "lettre ouverte à l'Espagne", du sort réservé aux lévriers utilisés dans ce pays pour la chasse au lièvre.

"C'est un cri, un appel, un SOS urgent et grave que je lance à l'Espagne, à sa Majesté le roi Felipe VI, au Premier ministre, au gouvernement, aux médias et au peuple espagnol", écrit la star activiste. "Il faut abolir d'urgence la 'chasse aux galgos', cette pratique cruelle, barbare, infâme qui (...) est encore pratiquée dans l'unique pays du monde au 21e siècle, l'Espagne!", souligne-t-elle.

De l'autre côté des Pyrénées, des groupes de défense des animaux demandent depuis plusieurs années l'interdiction de ce type de chasse qui, selon eux, entraîne chaque année l'abandon de 50.000 lévriers ou "galgos". Pendant les parties, au cours d'une saison qui dure de novembre à février, les chiens sont chargés d'attraper, tuer et rapporter les lièvres. Puis une fois la saison terminée, certains sont abandonnés et finissent par mourir de faim ou dans des accidents de la route.

Parfois même, les chasseurs les pendent à des arbres, ou les jettent dans des puits, décrivent ces organisations. "Les chiens galgos ne doivent plus servir d'assouvissement sadique à des individus primaires et cruels qui usent impunément de leur prédominance pour se défouler sur des innocents, (...) des tortures indécentes et obscènes dignes des jihadistes", écrit Brigitte Bardot. "Je reçois énormément de courrier comparant l'abject sort des galgos au massacre des bébés phoques au Canada (...) qui évoquent la même violente souffrance, la même injustice, et la grande lâcheté humaine", ajoute l'ancienne actrice pour qui, "c'est indigne d'un pays comme l'Espagne, indigne d'un être humain, indigne pour l'humanité".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Brigitte Bardot pide la abolición urgente en España de la caza con galgos

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot pide la abolición urgente en España de la caza con galgos

PARÍS. La actriz francesa Brigitte Bardot pidió hoy al Rey Felipe VI, al Gobierno de España, a los medios y la población del país la abolición "urgente e inmediata" de la caza con galgos, una práctica que definió como "cruel, salvaje" e "infame".

La intérprete destacó en una carta abierta que esta abarca "desde el adiestramiento inhumano hasta el castigo con una muerte lenta e insoportable", y subrayó que España es el único país en el mundo que aún la lleva a cabo en el siglo XXI.

"Los galgos deben dejar de servir para la satisfacción sádica de individuos primarios y crueles que se sirven impunemente de su supremacía para desfogarse con seres inocentes, haciéndoles sufrir torturas indecentes y obscenas dignas de yihadistas", dijo.

Bardot, que tiene una fundación homónima centrada en la defensa de los animales, señaló que recibe muchas cartas que denuncian esa "abominación", comparan "el abyecto destino de los galgos con la repugnante masacre de los bebés foca en Canadá", y le piden usar su influencia para conseguir que "estalle el escándalo" al respecto.

"Esto es lo que me dispongo a hacer si no recibo una respuesta urgente y oficial en la que se declare la abolición inmediata del martirio infligido a los galgos", advierte.

Bardot se preguntó "qué país podría seguir aceptando que perros que no han estado a la altura en una caza de conejos sean castigados con el ahorcamiento, que les revientes los ojos, los amputen o les despellejen vivos", e incidió en que "es indigno" tanto para España como para la humanidad en su conjunto.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Lettre d'information du CRAC

Publié le par Ricard Bruno

La lettre d'information

vendredi 5 février 2016

2016, année historique ?

Bonjour,

Le procès du lynchage de Rodilhan a enfin eu lieu au tribunal correctionnel de Nîmes les 14 et 15 janvier 2016. Il s’est agi d’un moment historique à plus d’un titre, dont vous retrouverez les points forts dans les articles qui suivent cet éditorial. Le procureur de la République a prononcé un réquisitoire remarquable, à l’issue duquel il a demandé que des peines pouvant aller jusqu’à de la prison ferme soient infligées aux agresseurs. Il serait peu pertinent d’en commenter les détails tant que le jugement n’aura pas été rendu.

081100

En ce qui concerne Jean-Pierre Garrigues, considéré comme unique responsable de cette action héroïque, une peine symbolique a été demandée. Le jugement a été mis en délibéré au 14 avril 2016.

Le 28 janvier s’est tenu à l’Assemblée Nationale un colloque organisé par les députées Laurence Abeille (EELV) et Geneviève Gaillard (PS), auquel une vingtaine d’associations de protection animale d’importance nationale ont répondu présent : le CRAC Europe pour la Protection de l’Enfance, L214, One Voice, Peta France, la Confédération nationale des SPA, la Fondation Assistance aux animaux, la Fondation 30 Millions d’amis, la Fondation Brigitte Bardot, l’OABA, la SPA, l’ASPAS, Pro Anima, l’association Stéphane Lamart, Antidote Europe, AVF, le CIWF France, FUDA, IFAW France, Welfarm-PMAF et la LFDA. Egalement invitées, les associations AVF, Sea Shepherd et Alliance Anticorrida étaient absentes (cette dernière était représentée par F. Freund de l’OABA).

DSC06406p

Ce colloque a pour objectif d’aboutir d’ici la fin de l’année 2016 à un manifeste commun à toutes les associations qui consistera en une série de propositions concrètes visant à mettre la protection animale au coeur des enjeux politiques. Le but est de créer un groupe de pression qui soit suffisamment représentatif pour être pris en considération par la classe politique et ce, avant les prochaines grandes échéances électorales. Différents thèmes ont été définis, sur lesquels les représentants des associations vont travailler jusqu’à un prochain colloque en juin, puis un troisième en fin d’année pour une présentation officielle du manifeste au grand public et aux médias. Nous y reviendrons le moment venu.

Nous profitons de cette lettre d’information pour vous présenter les grandes lignes de notre stratégie pour 2016.

1 – Étendre les actions d’information sur les corridas aux 90% de départements hors zone tauromachique avec des stands d’information, tractage, contacts média, etc. C’est déjà le cas dans ceux de ces départements où nous avons des délégués, mais nous souhaitons propager graduellement cette offensive à tous les autres. De trop nombreux Français ignorent encore quasiment tout de la survivance de ces spectacles barbares dans le sud et de leur cortège de pratiques indignes. Un document général sera distribué, mettant en avant la réalité de la corrida, sa définition dans le Code pénal, sa radiation du Patrimoine Culturel immatériel de la France, son état de faillite permanent masqué par des fraudes fiscales, l’existence d’écoles taurines, l’accès des corridas aux enfants et la raison pour laquelle tous les Français même hors zone infectée sont concernés (ce sont leurs impôts qui financent tout cela).

2 – Poursuivre et étendre les actions des chargés de mission qui vont à la rencontre des députés afin de recueillir leur position sur la question de l’abolition de la corrida. Dans l’optique du manifeste évoqué au début de cet éditorial, nous souhaitons que soient identifiés à l’occasion des rendez-vous qui seront pris ceux des élus qui se montreront également ouverts à d’autres formes d’améliorations de la condition animale.

3 – Poursuivre les actions de terrain classiques. Les lieux où se tiendront ces actions pacifiques seront annoncés par nos moyens habituels d’information. Ils concerneront en priorité des communes qui sont restées jusque-là peu ou pas atteintes, même si certaines visées dans les années précédentes nous reverront sous une forme ou sous une autre.

4 – Promouvoir un message d’unité. Le CRAC Europe ne revendique en aucune façon d’être le meneur principal de ce combat, mais simplement l’une des forces agissantes parmi toutes les autres. C’est tous unis que nous parviendrons à notre but : l’abolition. Cette abolition, elle viendra avec l’aide de l’ensemble des militants qui oeuvrent à l’obtenir, depuis le simple soutien financier jusqu’à la présence sur le terrain ou les rencontres avec les élus.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe

Prochains événements

Stand d’information anti-corrida à Arles le 06/02/16 Stand d’information anti-corrida à Arles le 06/02/16
Manifestation anti-corrida à Magescq le 14/02/16 Manifestation anti-corrida à Magescq le 14/02/16
Manifestation anti-corrida à St Etienne du Grès le 28/02/16 Manifestation anti-corrida à St Etienne du Grès le 28/02/16

Derniers comptes rendus

Compte-rendu Riscle, 24 janvier 2016 Compte-rendu Riscle, 24 janvier 2016
CR Antibes 09/01/16 CR Antibes 09/01/16
Stand d’Arles, 9 janvier 2016 Stand d’Arles, 9 janvier 2016

Dernières actus

Concours International de dessins « Taureaux oui, toreros non » Concours International de dessins « Taureaux oui, toreros non »
L’Office du Tourisme d’Arles supprime de son site l’inscription de la corrida au PCI L’Office du Tourisme d’Arles supprime de son site l’inscription de la corrida au PCI
Procès de Rodilhan, revue de presse Procès de Rodilhan, revue de presse
Rodilhan, que justice soit faite Rodilhan, que justice soit faite
Procès de Rodilhan, J-1 Procès de Rodilhan, J-1
Aidez les taureaux
Don & Adhésion Don & Adhésion
Suivez-nous
Suivez le CRAC Europe sur FacebookSuivez le CRAC Europe sur TwitterSuivez le CRAC Europe sur YouTube


 

Comité Radicalement Anti Corrida
B.P. 10244
30105 ALÈS Cedex

Partager cet article

Aider Francine Néago à vivre décemment et à sauver les orangs-outans

Publié le par Ricard Bruno

Aider Francine Néago à vivre décemment et à sauver les orangs-outans

L'engagement n'a pas d'âge : FRANCINE NEAGO, 85 ans toujours dans l'action pour les Orangs-outans.
La primatologue spécialiste mondiale des Orangs-outans est réfugiée au Samu social à Paris et lance un appel à l'aide pour sauver sa fondation à Sumatra (Indonésie).
Francine NEAGO est une grande dame Française née à Paris en 1930, médecin et primatologue, spécialiste mondiale de l'étude et de la protection des Orangs-outans avec une bibliographie riche de 11 ouvrages références sur le sujet. Après 55 années passées sur le terrain en Amérique du sud, en Indonésie et en Malaisie, où elle a créé deux fondations pour la préservation de la flore et de la faune, Francine NEAGO est de retour en France pour tenter de préserver sa retraite et sauver sa fondation de Sumatra : Noah and his Ark (Noé et son arche).

Seule à Paris, démunie et privée de toutes ressources financières depuis fin 2015 (mais en parfaite santé physique et mentale), elle est actuellement hébergée par le SAMU Social de Paris à l'hôpital Jean Rostand et lance un appel à l'aide pour la soutenir et tenter de sauver sa fondation.

Pétition Adressée à

Laurent Fabius

Aider Francine Néago à vivre décemment et à sauver les orangs-outans...

Pour signer la pétition : Cliquez ICI

Partager cet article

Brigitte Bardot : Adoptez à la fondation...

Publié le par Ricard Bruno

Tant d’animaux vous attendent en refuge, adoptez plutôt que d’acheter dans un magasin...adoptez votre futur compagnon auprès de la fondation Brigitte Bardot...

Actuellement il y a 298 chiens et 359 chats en adoption ! Alors on n'hésite pas !

Pour adopter un chien cliquez ICI

Pour adopter un chat cliquez ICI

Normandie : La Mare Auzou

Brigitte Bardot : Adoptez à la fondation...

Le 2 décembre 1992, grâce à la générosité de ses donateurs, la Fondation fait l’acquisition, dans l’Eure (27), d’un grand domaine entouré de forêts, composé d’une maison, d'une ancienne écurie, d'un pigeonnier, de deux bâtiments à l’abandon, le tout sur 8 hectares de terrain : « la Mare Auzou ».
La Fondation Brigitte Bardot trouve alors le lieu idéal pour créer son premier refuge et offrir à ses futurs pensionnaires un cadre de vie convenable.
Aujourd’hui, transformé, aménagé, agrandi, le domaine accueille près de 1 000 animaux : chiens, chats, chevaux, ânes, moutons, vaches…

LES CHIENS

Les chiens (près de 200) sont répartis, selon leur caractère et leur état de santé, dans 60 parcs aménagés. Une cinquantaine de privilégiés, plutôt âgés et sociables, sont en totale liberté.

LES CHATS

Les chats (près de 700) sont répartis dans 10 grandes chatteries agrémentées d’aires de jeu, de cabanes, et d’espaces médicalisés. Des volières extérieures leur permettent de profiter du jardin.

Les autres pensionnaires

La Mare Auzou accueille aussi de grands animaux rescapés ou sauvés de l’abattoir, soit une centaine de chevaux, poneys et ânes, des moutons, des chèvres, des vaches, des cochons et des poules. Une véritable ferme! Ces animaux, qui ont besoin d’espace, vivent en stabulation libre sur des pâtures de six hectares dotées chacune d’abris. Le refuge dispose aussi de grandes écuries avec boxes, de paddocks, d'une bergerie, solarium, d’une infirmerie spécifique pour les chevaux. Un véritable havre de paix pour des animaux qui ont beaucoup souffert. Tous sont stérilisés et vaccinés.

Les Yvelines : Bazoches

Brigitte Bardot : Adoptez à la fondation...

Bazoches a été aménagé à partir de la propriété offerte par Brigitte Bardot à la Fondation.
En 2006, Brigitte Bardot fait don de sa propriété de plusieurs hectares située à Bazoches dans les Yvelines, à proximité de Paris.
Dotée d'un étang, de pâtures, de bergeries et d'une chatterie " dernier cri " elle devient un lieu d'accueil idéal pour petits animaux de ferme souvent rescapés de l'abattage rituel, pour les canards, poules, chèvres...et pour quelques chiens et chats. Le refuge permet de proposer nos chats à l'adoption dans un site facilement accessible aux habitants d'Ile-de-France.

Les Pensions et familles d'accueil

Les pensions

La Fondation Brigitte Bardot, n'ayant pas vocation à développer des refuges sur notre territoire, fait appel à des pensions dont les normes correspondent à son éthique. Ainsi, à travers nos familles d'accueil et les pensions, près d'une centaine de chiens et chats sont placés sur l'ensemble du territoire, hors des structures propres de la Fondation.

Les familles d'accueil

Nous avons tissé à travers la France un réseau de familles d'accueil qui offrent à nos animaux une vraie vie de famille, ce qui est d'un grand bienfait pour certains de nos animaux souvent stressés, désociabilisés par un passé douloureux. Bien évidemment, la Fondation Brigitte Bardot assure la nourriture et le suivi sanitaire des animaux en pension. Si vous souhaitez devenir famille d'accueil, un formulaire à compléter est à votre disposition.

Partager cet article

Elle a dit au chimpanzé qu'elle avait perdu son enfant. Ce que le singe a ensuite fait était complètement inattendu.

Publié le par Ricard Bruno

Après la lecture de cette histoire, vous comprendrez à quel point la maternité et la perte d’un enfant sont des évènements aussi bien marquants qu’universels.
Washoe était une guenon chimpanzé qui vécut à l’Institut de la communication du chimpanzé et de l’humain. Elle était exceptionnellement intelligente et savait s’exprimer en langage des signes, ce qui lui permettait de communiquer avec ses gardiens. Washoe est connue pour avoir été le premier primate non-humain à acquérir un langage humain et connaissait environ 250 signes ce qui constituait son lexigramme.

Elle a dit au chimpanzé qu'elle avait perdu son enfant. Ce que le singe a ensuite fait était complètement inattendu.

Une des gardiennes de Washoe prénommée Kat était enceinte et n’alla pas au travail pendant plusieurs semaines ce qui attrista le chimpanzé. Lorsque Kat revint, celle-ci présenta ses excuses auprès de Washoe et lui expliqua les raisons de son absence. Kat lui dit en langage des signes « Mon bébé est mort ».

Washoe regarda Kat puis baissa les yeux. Puis finalement le chimpanzé plongea ses yeux dans ceux de Kat et fit soigneusement le signe " pleurer " en touchant sa joue et imitant le trajet d’une larme qui coule (alors que les chimpanzés sont incapables de verser des larmes). Kat compris que les capacités mentales de Washoe étaient énormes, qu’elle était capable d’exprimer des phrases grammaticalement parfaites.

Elle a dit au chimpanzé qu'elle avait perdu son enfant. Ce que le singe a ensuite fait était complètement inattendu.

Washoe eut elle-même le malheur d’être endeuillée. En effet, elle perdit elle aussi un enfant, et cela à deux reprises. Le premier décéda peu de temps après sa naissance suite à une malformation cardiaque et le second est mort d’une infection à l’âge de deux mois. Après ces pertes tragiques, les chercheurs souhaitaient absolument permettre à Washoe d’assumer un rôle de mère, et ainsi, ils lui apportèrent un chimpanzé de dix mois prénommé Loulis.

L’un des gardiens est allé voir Washoe et lui dit ceci en langage de signe : « J’ai un bébé pour toi ». A ce moment là, Washoe est devenu incroyablement excitée, criant de joie tout en se balançant de gauche à droite, pour finalement dire en langage de signe « Mon bébé ».

Puis le gardien revint avec Loulis et l’excitation de Washoe retomba subitement.
Elle refusa de prendre Loulis dans ses bras car celle-ci pensait qu’on allait lui rendre Sequoyah, son second enfant décédé prématurément. C’est finalement le petit Loulis qui aborda Washoe en premier, et dès le lendemain les deux singes étaient devenus inséparables.

Elle a dit au chimpanzé qu'elle avait perdu son enfant. Ce que le singe a ensuite fait était complètement inattendu.

À partir de ce moment là, Washoe assuma pleinement son rôle de mère et s’impliqua totalement dans l’éducation de Loulis. Chose plus intéressante encore, après avoir tissé des liens de mère-enfant, Washoe enseigna à Loulis comment s’exprimer en langage des signes, comme l’auraient fait des parents humains à leurs propres enfants.

Il n’aura fallu que 8 jours à Washoe pour apprendre à Loulis son premier signe. Bien entendu, les gardiens aidèrent Washoe dans sa démarche d’apprentissage auprès de Loulis. Un apprentissage si bien réussi que Loulis était par la suite, capable de s’exprimer aussi bien que sa mère d’adoption et ainsi pouvait communiquer lui aussi avec les humains.

L’histoire de Washoe nous aura appris au moins une chose. Il ne faut jamais sous estimer l’intelligence des animaux, et plus important encore, nous avons le devoir de faire preuve de compassion les uns envers les autres, car si les chimpanzés en sont capables, nous devrions l’être aussi.

Source de l'article : Cliquez ICI

Publié dans Le web en parle

Partager cet article