Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le parc animalier ferme, la préfecture abat des dizaines de singes !

Publié le par Ricard Bruno

Scandaleux, honteux ! ils on osés abattre plus de 150 singes qui ne demandaient qu'à vivre, des solutions existaient et bien non le préfet a donné ordre de les abattre !

J'en suis écœuré...

Bruno Ricard

  1. Honte au préfet Frédéric Périssat et au ministre Nicolas Hulot qui n'a rien fait pour stopper cette barbarie !
  2. https://twitter.com/Prefecture40
    frederic.perissat@landes.gouv.fr
Le parc animalier ferme, la préfecture abat des dizaines de singes !

Les macaques de Java du parc animalier de la Pinède des singes de Labenne (Landes), placé en liquidation judiciaire en 2016, ont tous été euthanasiés vendredi.

Une "tuerie"

Cette décision a été dénoncée par la Fondation Brigitte Bardot, qui avait demandé au préfet du département de suspendre cette "tuerie".

En vain: "L’abattage d’un certain nombre de macaques de Java [...] est en cours", a confirmé la préfecture des Landes, peu avant midi, sans préciser le nombre de macaques concernés ni les raisons exactes de cette décision.

150 macaques abattus?

"Ce sont les services vétérinaires qui procèdent à ces euthanasies sur la commune de Labenne", selon la préfecture.

En cause, un "herpès mortel pour l'homme" dont seraient porteurs les animaux tués.

Défaut de gestion du parc

Le parc avait été mis en liquidation en raison, notamment, de graves défauts de gestion - comme la non-maîtrise de la reproduction des animaux. Ces singes étaient passés de 60 à 165 en très peu de temps, souvent mal soignés.

La préfecture n'a pas souhaité commenter la "lettre ouverte" de la Fondation Brigitte Bardot, qui dénonçait une "scandaleuse tuerie de 150 macaques, totalement disproportionnée face au problème sanitaire rencontré".

Aucun animal ne devait mourir

L’association de protection des animaux s’étonne, parce qu'elle avait reçu en 2016 l’assurance qu’un "repreneur avait été trouvé pour assurer la poursuite de l’activité et le maintien des animaux" sur le site de Labenne.

Après la fermeture de la Pinède des singes, motivée à l’époque par la protection des personnes et du bien-être animal, les singes avaient été pris en charge par des responsables du zoo de Labenne.

Source de l'article  : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Singes euthanasiés à Labenne (40) : que se passe-t-il au parc animalier ?

Publié le par Ricard Bruno

C'est incompréhensible de vouloir euthanasier ces animaux, c'est scandaleux !

Bien entendu la fondation Brigitte Bardot est sur ce dossier...

Bruno Ricard

La Pinède des singes était une attraction touristique unique sur la Côte sud des Landes.

La Pinède des singes était une attraction touristique unique sur la Côte sud des Landes.

Jeudi, sur le réseau social Twitter : « 115 macaques vont être abattus à La Pinède des singes de Labenne. » C’est un jeune homme qui a prévenu ce qui allait advenir, ce vendredi, à la centaine de macaques de Java qu’il restait de la Pinède des singes. Si le nombre avancé d’animaux concernés n’a pu être vérifié, la décision a été confirmée du bout des lèvres par la préfecture des Landes...

Partager cet article

Repost 0

Mon engagement pour les animaux !

Publié le par Ricard Bruno

Ma déclaration comme candidat dans la 9ème circonscription des Hauts-de-Seine pour l'Alliance écologique indépendante est faites.

Comme chacun le sait, mon créneau depuis toujours est "la protection animale", je serais donc candidat pour la liste de "L'alliance écologique indépendante"...

Mille mercis pour votre soutien !

N'hésitez pas à répandre la bonne parole...

Bruno Ricard

Mon engagement pour les animaux !
Mon engagement pour les animaux !

Partager cet article

Repost 0

8 idées rétro pour se la jouer comme Bardot sur la Croisette

Publié le par Ricard Bruno

8 idées rétro pour se la jouer comme Bardot sur la Croisette

Ses initiales B.B. et ses courbes affriolantes furent en leur temps les stars de la croisette. A peine âgée de 19 ans, la jeune actrice faisait ainsi sensation pour la première fois sur le tapis rouge cannois en 1953 aux côtés de Roger Vadim, ensorcelant les photographes de sa candeur et de ses yeux de biche soulignés d'eye-liner. Retour en 2017, 70ème édition du festival de Cannes : le style a changé mais la légende est intacte, Brigitte Bardot incarne toujours l'esprit de la quinzaine.

Ou plutôt son souvenir au charme désuet, celui d'une époque où les choses paraissaient plus simples et où les starlettes passaient plus de temps au bord de la plage qu'à fouler le tapis rouge. Celui d'une insouciance festive et créative, dont Brigitte Bardot est la meilleure ambassadrice. Avec ses robes à imprimé vichy, son panier en osier et ses ballerines, la blonde ingénue s'y est érigée au rang d'icône d'un style féminin, rétro et sexy à souhait ; d'un style qui semble aussi plutôt spontané. Pour faire revivre le mythe aujourd'hui, ce n'est donc pas difficile : suivez le guide et ces 8 thèmes d'inspiration tout droit sortis du placard de B.B.

L'imprimé vichy

Imprimé 60's par excellence, et fétiche de l'actrice, le vichy donne un twist rétro à n'importe quelle tenue. 

Le crochet

Impérativement blanc, il magnifie un hâle d'été. On l'adore sur une petite robe courte qui se suffit à elle même, comme celle portée par Eléonore Toulin.

Le haut "bardot"

Ce haut à épaules dénudées fait tellement partie de la signature stylistique de Bardot qu'il lui a carrément emprunté son nom ! 

Le panier en osier

Une virée au marché du coin, l'été, les fruits et légumes gorgés de soleil... C'est tout ce à quoi appelle ce petit panier en osier, qui vient aussi parfaitement ensoleiller nos trottoirs urbains. 

Les ballerines

Bien injustement critiquée, la ballerine joue très bien le rôle d'atout féminin et chic, surtout associée à un jean 7/8. Pour les plus pointilleuses, le modèle popularisé par BB dans le film Et dieu créa la femme se retrouve chez Repetto sous le nom de Cendrillon.

Le tout petit bikini

Alerte à la bombe ! La blonde incandescente faisait sensation dans son tout petit bikini dans les années 60, et le mythique maillot n'a depuis pas pris une ride. 

Les lunettes papillon 

Le trait d'eye-liner n'était pas le seul secret de l'actrice pour des yeux de chat : les solaires "papillon" apportent elles aussi une élégance féline. 

La taille marquée et la jupe Corolle

Connue pour sa taille de guêpe, Brigitte Bardot a imprimé dans les mémoires cette silhouette ceinturée très féminine. 

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Festival de Cannes : 70 ans de légende !

Publié le par Ricard Bruno

Festival de Cannes : 70 ans de légende !

Dès ce mercredi, le plus prestigieux rendez-vous du cinéma mondial est en fête. Retour sur quelques-uns de ses plus beaux souvenirs.
 

Et Bardot créa le Festival
Que serait devenu le Festival de Cannes sans Brigitte Bardot ? Peut-être un événement majeur pour l’élite du cinéma, comme la Mostra et la Berlinale, mais sans le frémissement sensuel qu’on attend des apparitions de stars sur la Croisette. Ce petit truc en plus qui en a fait la première attraction culturelle au monde. Dès 1952, Bardot se prête au jeu des apprenties vedettes en bikini sur la plage, mais c’est en 1956, avec « Et Dieu créa… la femme », qu’elle enfièvre le Festival.




Des couples éternels… ou pas
Chaque année en mai, Hollywood envoie ses plus beaux bijoux au Festival, hors ou en compétition. Du glam éternel et un témoignage de la vie amoureuse des stars… souvent compliquée. De 2005 à 2011, de Jennifer Aniston à Angelina Jolie, Brad Pitt a Cannes à ses pieds.



La joie de Roberto Benigni
1998. Roberto Benigni reçoit le grand prix pour « La vie est belle » et étreint chaleureusement le président du jury, Martin Scorsese, avant de se prosterner à ses pieds, pour le remercier.



Une histoire belge

Depuis la Caméra d’or obtenue par Jaco Van Dormael en 1991 pour « Toto le héros » et le passage remarqué de « C’est arrivé près de chez vous » l’année suivante, le Festival de Cannes est le témoin privilégié de l’essor du cinéma belge francophone. En 1996, Daniel Auteuil partage le prix d’interprétation avec Pascal Duquenne pour « Le huitième jour », de Jaco Van Dormael. A quand la prochaine Palme d’or ?

Partager cet article

Repost 0

La corrida à l’honneur à l’Assemblée, la République en marche (arrière)

Publié le par Ricard Bruno

La corrida à l’honneur à l’Assemblée, la République en marche (arrière)

La corrida à l’honneur à l’Assemblée, la République en marche (arrière)

La torera Marie Sara vient d’être investie pour les législatives dans le Gard par La République en marche. Les défenseurs des animaux demandent son remplacement.

La corrida a toujours eu ses entrées à l’Assemblée nationale grâce à des élus aficionados. Un groupe d’études sur la tauromachie réunit des dizaines de députés de droite et de gauche, et certains n’hésitent pas à financer des associations taurines. Mais un nouveau pas risque d’être franchi avec l’arrivée possible au Palais-Bourbon de la plus célèbre porte-parole française de la tauromachie, la torera Marie Sara. L’actuelle délégataire des arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer et de Mont-de-Marsan vient d’être investie pour les législatives dans la 2e circonscription du Gard par La République en marche, le mouvement créé par le nouveau président Macron. Le signal envoyé à travers un tel adoubement est catastrophique : il témoigne d’un mépris inadmissible pour les droits des animaux.

Marie Sara est censée incarner la «société civile» si chère à Emmanuel Macron. Mais quel pan de la société représente-t-elle exactement ? Cette nouvelle venue en politique doit sa notoriété aux taureaux qu’elle a torturés et exécutés dans les arènes pendant des années. «Torturés», «exécutés», ces mots semblent trop durs ? Ils n’expriment pourtant que la réalité. Cette réalité dont vous, monsieur le Président, dites ne pas avoir peur. Alors, regardez à nouveau des images de corrida, si vous l’avez jamais fait. Observez la lance du picador qui coupe les ligaments de la nuque pour que l’animal baisse la tête, cette lance qui insiste et revient. Voyez les banderilles colorées qui continuent l’ouvrage en déchirant la chair. L’animal agonise dans l’incompréhension de ce qu’il subit, tandis que le public exulte. Au bout d’un trop long quart d’heure, l’épée s’enfonce ensuite entre les épaules du supplicié, plusieurs fois si nécessaire, et un poignard dans le crâne l’achève s’il refuse de mourir. Il paraît que c’est de l’art, une métaphore de la mort, le combat de l’homme contre sa propre animalité, ou une foutaise du genre.

Vraiment, monsieur le Président, est-ce cela la France moderne, progressiste et humaniste que vous souhaitez incarner ? Vous rendez-vous compte qu’en promouvant une pratique rétrograde et barbare, alors même que la Catalogne l’a supprimée il y a plusieurs années, alors même que le code civil français vient de reconnaître la sensibilité de l’animal, vous vous faites au contraire le porte-parole d’une France en marche… arrière ? Pire : vous vous opposez frontalement à la majorité des Français, qui rejettent désormais massivement cette pratique.

Un sondage Ifop-Alliance anticorrida affirmait en 2015 que 73 % des Français sont favorables à la suppression des corridas avec mise à mort des taureaux. «Oui, mais il y a la tradition !» répondent en chœur les défenseurs de la tauromachie. L’argumentum ad antiquitatem, philosophiquement inacceptable, est toujours le même : «Il faut préserver une belle habitude locale porteuse d’histoire et d’identité !» Même cette justification est fausse. La corrida n’a jamais été une tradition française, mais espagnole. Elle n’est arrivée en France qu’en 1853, pour faire plaisir à Eugénie de Montijo, l’épouse de Napoléon III.

Aujourd’hui, la corrida est interdite sur l’ensemble du territoire français, au nom de l’article 521 du code pénal qui interdit de pratiquer des «sévices graves» ou «actes de cruauté» envers les animaux apprivoisés ou tenus en captivité.

Des dérogations sont accordées pour quelques départements du sud de la France, au nom d’une «tradition locale ininterrompue» dont nous avons rappelé plus haut qu’elle est imaginaire.

Par ailleurs, contrairement aux arguments promotionnels, la population des départements concernés n’est pas plus favorable que le reste des Français aux massacres de taureaux en public : en 2017, un sondage Ifop-Alliance anticorrida révélait que 75 % des habitants des départements «taurins» sont opposés aux corridas.

Monsieur le Président, beaucoup de ceux qui ont voté pour vous le 7 mai l’ont fait dans des circonstances qu’il est inutile de rappeler ici. Parmi vos électeurs d’un jour, il y avait de très nombreux défenseurs des droits des animaux. Si vous voulez être le président rassembleur que vous annoncez, ne vous enfermez pas dans des calculs électoraux déconnectés de la volonté des Français et des vérités éthologiques les plus basiques qui disent toute l’indignité de la tauromachie.

Monsieur Macron, il est temps encore de remplacer votre candidate dans la 2e circonscription du Gard. Faites-le pour prouver que, même si l’écologie et les droits des animaux sont des sujets secondaires pour vous, vous n’y êtes pas non plus complètement insensible. Des millions de Français attendent de vous un tel geste.

La corrida sera abolie un jour. Peut-être ne serez-vous pas le président qui pourra s’en enorgueillir. Mais ne soyez pas, au moins, celui qui l’aura remise en lumière.

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Simon Casas et Marie Sara s'invitent à notre soirée... Médiatisation assurée !

Publié le par Ricard Bruno

Simon Casas et Marie Sara s'invitent à notre soirée... Médiatisation assurée ! C'était le but pour notre cause...
Corrida BASTA !
Simon Casas et Marie Sara s'invitent à notre soirée... Médiatisation assurée !

Partager cet article

Repost 0

Roger Vadim, prince déchu d’une époque bohème...

Publié le par Ricard Bruno

Clément Ghys retrace le parcours désinvolte et romanesque du cinéaste qui, tel un démiurge, fit naître le phénomène Bardot.

BB et Vadim sur le tournage du «Repos du guerrier» (1962)...

BB et Vadim sur le tournage du «Repos du guerrier» (1962)...

«Certains noms font sourire, écrit Clément Ghys. Ils paraissent décatis, enkystés dans une époque.» Que dit celui de Vadim aux plus jeunes de nos lecteurs ? Rien, sans doute. Et aux plus anciens ? On parierait qu’il fleure bon la douceur de vivre pré-68, starlettes et stations de ski, petits scandales et Ferrari. Ou, comme l’écrit l’auteur, ancien journaliste à Libération désormais à M le magazine du Monde, «la France des loisirs, catégorie supérieure».

Mais pourquoi diable est-ce sur cet homme-là que Clément Ghys a jeté son dévolu d’écrivain, ce Vadim dont il avoue avoir vu, en guise de premiers films, les publicités pour Slim Fast qu’il tourna avec sa dernière épouse, Marie-Christine Barrault ? Ce réalisateur dont il juge le cinéma «suranné, curieux, sans moelle» ? C’est que Vadim, remisé aux oubliettes des gazettes, reste un totem de son époque, le danseur d’un bal où l’auteur aurait aimé se rendre. Ce dernier a beau avoir le nez sur le contemporain, traquant «les signaux qui clignotent et disent quelque chose de notre temps», il ne peut oublier ceux d’hier. «Quand une nouveauté en chasse une autre, je n’arrive pas à oublier les rebuts, explique-t-il. J’y vois la légèreté et la beauté fossilisée.» De fait, malgré le destin romanesque en diable de Vadim, le livre vaut plus pour les obsessions de son auteur que de son personnage, cette manière de traquer une modernité depuis longtemps révolue, celle «des meubles en Formica, de l’argot daté», de se demander pourquoi et d’y répondre de manière calmement touchante.

Remariage. Mais Vadim, donc. Toute l’enfance est intéressante, car inconnue. Son père est diplomate, aristocrate né à Kiev et naturalisé français. Sa mère, née à Marseille, est divorcée lorsqu’elle le rencontre. Roger Vadim Plemiannikov (il se débarrassera de l’encombrant nom de famille en entrant en cinéma) naît à Paris en janvier 1928. Il grandit à Alexandrie, puis en Turquie, et a 9 ans lorsqu’une crise cardiaque terrasse son père, catapultant la famille «des "Mille et Une Nuits" à Emile Zola». C’est le retour en France, l’installation en Savoie, l’ouverture d’une auberge de jeunesse, le remariage de sa mère avec un résistant de quinze ans son cadet.

A la fin de la guerre, tout ce petit monde s’installe à Paris, où Vadim suit les cours de théâtre de Charles Dullin et traîne à Saint-Germain-des-Prés. Il est un «J3», du nom des tickets de rationnement de la guerre réservés aux jeunes. Et comme les autres, il ne songe qu’à s’amuser. Ce qui suit est la partie la plus entraînante du livre, une chronique de l’ascension du héros : l’amitié avec Christian Marquand, personnage totalement oublié dont quelques descriptions, notamment de son intimité avec Marlon Brando, donnent envie d’y aller voir de plus près ; le compagnonnage avec Marc Allégret, qui lui mettra le pied à l’étrier dans le milieu ; la fréquentation mondaine du salon des frères Mille, rue de Varenne. Et le plus important : l’amour naissant entre ce rejeton de la bohème pailletée et une jeune fille «comme il faut» du XVIe arrondissement nommée Brigitte Bardot. Rencontre, mariage, train-train très domestique rue Chardon-Lagache.

Léthargie. On se pince, mais c’est pourtant dans ce petit appartement bourgeois qu’éclora le phénomène Bardot, guidé par Vadim : «Quand elle tire la tronche, il lui assure qu’elle n’est jamais aussi belle qu’ainsi… Quand elle dit un gros mot, il l’encourage.» Suivra Et Dieu… créa la femme, film dont on peine à voir pourquoi il fit jadis tant de tintouin, et que Clément Ghys trouve «un peu long, l’histoire ne tient pas vraiment. Il n’y a pas de ces sous-couches qui font d’un film un sommet». Mais il lui reconnaît ceci, que Vadim a filmé «une jeune fille de son époque, comme elle est parfois, comme elle rêve d’être tout le temps».

En juillet 1957, dans les Cahiers du cinéma, Jean-Luc Godard écrira : «Inutile de féliciter Vadim d’être en avance, car il se trouve seulement que si tous les autres sont en retard, lui, en revanche, est à l’heure juste.» Bientôt, Vadim ne le sera plus vraiment, puis plus du tout. Il y aura les années Fonda («l’ère du vinyle, du plastique, du Plexiglas»), puis l’avènement conjugué du féminisme et du porno, qui achèvent de le ringardiser, et l’installation dans une agréable léthargie. Ce n’est pas une raison pour «oublier les fantômes», juge l’auteur. Il a raison. L’histoire peut être écrite pour les perdants magnifiques.

Source : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

La statue olé-olé de Brigitte Bardot crée le scandale à Saint-Tropez

Publié le par Ricard Bruno

1) Les puritains ont une réaction totalement ridicule. BB était et est superbe, alors pourquoi ne pas la représenter dans la beauté de sa nudité ? L'art est au-dessus de la pudibonderie. La Vénus de Praxitèle était bien nue. (écrits d'un commentaire en réponse à l'article sur Orange.fr)

2) il y aura toujours des "pisse froid" pour se scandaliser, si la principale intéressée est d'accord je ne vois pas ou est le problème, elle a été en son temps la plus belle actrice française.

3) Bravo , une reconnaissance pour BB. St- Tropez est devenue ce qu'elle est grâce à BB et le cinéma français a su profiter de ses rôles .

Bruno Ricard

La statue olé-olé de Brigitte Bardot crée le scandale à Saint-Tropez

Brigitte Bardot trônera bientôt à Saint-Tropez, sa ville d'adoption. Une statue de bronze représentant l'actrice dans le plus simple appareil y sera installée d'ici la fin de l'été, détaille La Parisien ce mardi.

Et c'est le dessinateur érotique Milo Manara qui a été choisi pour représenter la star époque "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim. Si la majorité municipale soutient le projet de l'illustrateur italien, ce n'est pas le cas de tous les élus, rapportait le quotidien Var Matin en avril dernier. Pour l'opposante Vérane Guérin, la représentation de Brigitte Bardot dans une conque, référence à la Vénus de Botticelli est ainsi d'un "kitsch absolu" tandis que d'autres vont jusqu'à dénoncer "un scandale". Et que pense la principale intéressée de sa future statue d'un montant de 250 000 euros ? BB fait savoir par la voix de son mari qu'elle est "d'accord même si elle n'aspire qu'à rien d'autre que défendre la cause animale".

Source de l'article : Cliquez ICI

Partager cet article

Repost 0

Ces stars révélées au Festival de Cannes...dont Brigitte Bardot...

Publié le par Ricard Bruno

Juliette Binoche en 1985

Juliette Binoche en 1985

EN IMAGES - Depuis sa première édition en 1946, la Croisette voit les plus grandes légendes du cinéma défiler sur son tapis rouge. Certains acteurs et actrices lui doivent même leur ascension dans le monde du septième art.

● 1953: Brigitte Bardot

Et Cannes créa B.B. Quelques foulées sur la plage en bikini, et Brigitte Bardot devient la starlette préférée des photographes, en 1953. Trois ans plus tard, elle figure à l'affiche du film de Roger Vadim, Et Dieu créa la femme, et devient le symbole de l'émancipation féminine.

Elle remonte les célèbres marches dix ans plus tard, 1967, escortée par une meute de policiers. Son arrivée provoque l'émeute d'une horde de photographes et de fans.

» Lire aussi - Brigitte Bardot: ses cinq films cultes

» Lire aussi - En effeuillant BB

Brigitte Bardot, 18 ans, sur la plage lors du festival de Cannes en 1953.

Brigitte Bardot, 18 ans, sur la plage lors du festival de Cannes en 1953. Crédits photo :

● 1959: Jean-Pierre Léaud

À seulement 14 ans, Jean-Pierre Léaud est l'enfant chéri de Cannes, grâce au film de François Truffaut, Les Quatre cents coups qui remporte le prix de la mise en scène.

Lors du 69e Festival de Cannes, il reçoit la palme d'or d'honneur dans La Mort de Louis XIV, d'Albert Serra, présenté hors compétition.

» Lire aussi: Cannes: la Palme d'or d'honneur décernée à Jean-Pierre Léaud

» Lire aussi: François Truffaut, l'homme qui aimait Jean-Pierre Léaud

Jean-Pierre Léaud au Festival de Cannes pour le film Les 400 coups de François Truffaut.

Jean-Pierre Léaud au Festival de Cannes pour le film Les 400 coups de François Truffaut. Crédits photo :

● 1963: Claudia Cardinale

La belle italienne est révélée en 1963 aux côtés d'Alain Delon dans Le Guépard, de Luchino Visconti, un film qui remporte la palme d'Or.

Cette année, elle est l'emblème de Cannes, figurant sur l'affiche de la 70e édition du festival, dansant sur les toits de Rome en 1959.

» Lire aussi - Claudia Cardinale: «Le Guépard, le tournant de ma carrière»

» Lire aussi - Claudia Cardinale: «Cannes n'est que du cinéma, ne l'oublions pas»

» Archives: Souvenir cannois du Figaro: en 1963, un guépard arpente la Croisette

Claudia Cardinale dans la scène de la valse dans «Le Guépard».

Claudia Cardinale dans la scène de la valse dans «Le Guépard». Crédits photo :

 1964: Catherine Deneuve

Catherine Deneuve est la révélation du drame musical Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy, récompensé par la palme d'or. Depuis, Mademoiselle Deneuve est devenue Cannes: six décennies de présence ininterrompues et une palme d'or d'honneur, un prix d'interprétation spécial, une vice-présidence de jury.

Alors que Laurent Lafitte, maître de cérémonie du 69e Festival de Cannes, prononce son discours d'ouverture, le voilà soudain interrompu par Catherine Deneuve qui entre en scène et l'embrasse fougueusement.

Catherine Deneuve dans «Les parapluies de Cherbourg» en 1964.

Catherine Deneuve dans «Les parapluies de Cherbourg» en 1964. Crédits photo :

● 1976: Robert de Niro

Robert de Niro, lui, entre dans la lumière avec Taxi Driver, un film de Martin Scorcese. Bien que hué lors de la projection, le film, qui lance aussi la carrière de Jodie Foster, remporte finalement la palme d'or lors de la cérémonie de clôture.

Cette année, pour la 70e édition, il fait part de son souhait de présider à nouveau le jury, un rôle déjà endossé en 2011.

Jodie Foster (13 ans seulement!) et Robert de Niro à Cannes pour leurs rôles dans «Taxi driver».

Jodie Foster (13 ans seulement!) et Robert de Niro à Cannes pour leurs rôles dans «Taxi driver». Crédits photo :

● 1985: Juliette Binoche

En 1985, l'actrice monte les marches pour Rendez-vous, d'André Téchiné. Nue sur l'affiche de ce film primé pour sa mise en scène, elle devient l'une des comédiennes les plus sollicitées.

» Archives - Souvenir cannois du Figaro: en 1985, la révélation Juliette Binoche se confie

L'actrice Juliette Binoche pour le film «Rendez-vous» en 1985.

L'actrice Juliette Binoche pour le film «Rendez-vous» en 1985. Crédits photo :

● 1991: John Turturro

Désigné meilleur acteur pour son rôle dans Barton Fink, John Turturro remportera l'année suivante, cette fois en tant que réalisateur, la caméra d'or pour Mac.

Barton Fink de Joel Coen avec «John Turturro» en 1991.

Barton Fink de Joel Coen avec «John Turturro» en 1991. Crédits photo :

● 1992: Sharon Stone

La grande révélation de Cannes, c'est elle. Cette année-là, Sharon Stone présente le film Basic Instinct de Paul Verhoeven, aux côtés de Michael Douglas. L'actrice devient la star du cinéma et enchaîne les nominations : Casino de Martin Scorcese, qui lui vaut un Golden Globe et une nomination aux Oscars mais aussi Total Recall, Sliver et Mort ou vif.

» Archives: Souvenir cannois du Figaro: en 1992, Sharon Stone embrase la Croisette avec Basic instinct

Sharon Stone, Michael Douglas et Jean Tripplehorn au Festival de Cannes le 11 mai 1992 pour le film «Basic Instinct» .

Sharon Stone, Michael Douglas et Jean Tripplehorn au Festival de Cannes le 11 mai 1992 pour le film «Basic Instinct» . Crédits photo :

● 1999: Émilie Dequenne

Émilie Dequenne n'a que dix-sept ans lorsqu'elle remporte le prix d'interprétation féminine pour son rôle dans Rosetta. Un film des frères Dardenne récompensé par la palme d'or.

Émilie Dequenne remporte le prix d'interprétation féminine pour son rôle de «Rosetta».

Émilie Dequenne remporte le prix d'interprétation féminine pour son rôle de «Rosetta». Crédits photo :

● 2000: Monica Belluci

C'est grâce au film Suspicion de Stephen Hopkins que Monica Bellucci foule pour la première fois le tapis rouge, en 2000. Cette année, elle est maîtresse de cérémonie pour la seconde fois. En 2006, elle faisait déjà partie du jury, sous la présidence de Wong Kar-wai.

Monica Bellucci pose sur le tapis rouge avec les acteurs Gene Hackman (à gauche), Morgan Freeman (derrière) et le réalisateur Stephen Hopkins (à droite).

Monica Bellucci pose sur le tapis rouge avec les acteurs Gene Hackman (à gauche), Morgan Freeman (derrière) et le réalisateur Stephen Hopkins (à droite). Crédits photo :

● 2013: Adèle Exarchopoulos

Fait exceptionnel durant le Festival de Cannes, Adèle Exarchopoulos partage en 2013 et à seulement 19 ans, la palme d'or avec sa partenaire à l'écran Léa Seydoux et son réalisateur Abdellatif Kechiche pour La vie d'Adèle. Depuis, l'actrice joue aux côtés des plus grands. À vingt-trois ans, elle a déjà treize ans de carrière derrière elle, avec vingt films et six prix d'interprétation.

Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos embrassent le réalisateur, Abdellatif Kechiche, après avoir reçu la palme d'or pour La vie d'Adèle.

Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos embrassent le réalisateur, Abdellatif Kechiche, après avoir reçu la palme d'or pour La vie d'Adèle. Crédits photo :

● 2017: Marine Vacth

Récompensée en 2013 dans Jeune et Jolie de François Ozon, Marine Vacth est très attendue cette année dans son dernier film, L'amant double, pour la 70e édition du Festival. Sera-t-elle la révélation de cette année?

Marine Vacth arrive sur la Croisette pour la projection du film  Jeune et jolie (2013) .

Marine Vacth arrive sur la Croisette pour la projection du film Jeune et jolie (2013) . Crédits photo :

Partager cet article

Repost 0